CATOBAR

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pont d'envol de l'USS Dwight D. Eisenhower, configuration du catapultage.
Catapultage d'un F/A-18 Hornet sur l'USS Ronald Reagan

CATOBAR (acronyme de l'anglais Catapult Assisted Take-Off But (ou Barrier) Arrested Recovery) est un système utilisé pour le catapultage et l'appontage d'aéronefs sur un porte-avions. Avec cette technique, l'avion est projeté à grande vitesse grâce à une catapulte et atterrit (phase de récupération) en se servant de brins d'arrêt présents sur le pont.

Description[modifier | modifier le code]

Bien que ce système soit coûteux il apporte une grande flexibilité lors des opérations car il permet au porte-avions d'accueillir des appareils conventionnels. D'autres méthodes de catapultage et d'appontage existent (STOVL ou STOBAR) mais seulement certains appareils spécialement conçus peuvent les utiliser.

La marine américaine (United States Navy) est en train de développer un système de catapultage à l'aide d'un moteur électrique linéaire appelé EMALS (mis en œuvre sur le porte avion nucléaire Gerald R. Ford CVN78[1])

Types[modifier | modifier le code]

Le système de catapulte utilisé sur les porte-avions CATOBAR actuellement en service est la catapulte à vapeur. Son avantage est qu'elle peut fournir une importante puissance. Durant la Seconde Guerre mondiale, la US Navy utilisait des catapultes hydrauliques.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Depuis que la marine Brésilienne a annoncé le désarmement du porte avion NAe São Paulo (ex-Foch)[2], seul deux nations sont capables de catapulter des avions. Il s'agit des États-Unis avec les porte-avions de classe Nimitz et la France avec le Charles de Gaulle. Les nouveaux porte-avions américains appartenant à la classe Gerald R. Ford, utilisent le système CATOBAR, mais avec une catapulte électromagnétique (EMALS) à la place d'une catapulte à vapeur [3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Gerald R. Ford-class aircraft carrier », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  2. « La deuxième mort du porte-avions « Foch » », sur Le Monde.fr (consulté le 17 avril 2018)
  3. « Gerald R Ford Class (CVN 78/79) », naval-technology.com (consulté le 15 janvier 2014)