Henri Gagnon (compositeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Henri Gagnon (syndicaliste).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gagnon.
Henri Gagnon
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Instruments

Henri Gagnon, né à Louiseville, autrefois Rivière-du-Loup, le et mort à Québec le , est un compositeur, organiste, pianiste et professeur de musique québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Gagnon naquit au sein d'une grande famille de musiciens de la ville de Québec. Il était le fils du compositeur Gustave Gagnon et le neveu du compositeur Ernest Gagnon et d'Elisabeth Gagnon, l'épouse du pianiste Paul Letondal.

Il commença à étudier le solfège et le piano avec son père dès l'âge de huit ans jusqu'à l'âge de 13 ans. De 1900 à 1903, il fut l'élève de William Reed (orgue) et Joseph Vézina (solfège et l'harmonie). Il commença à jouer publiquement comme enfant et eut son premier grand succès à l'Exposition Pan-américaine de 1901 à Buffalo dans l'État de New York. Le "Buffalo Courrier-Express" le qualifia dans ses pages de « véritable prodige » dans le compte-rendu de son concert.

En 1903, Henri Gagnon s'installa à Montréal pour poursuivre ses études musicales. Il y resta jusqu'en 1907. Il étudia avec des professeurs tels que Guillaume Couture (harmonie et contrepoint), le Père Charles-Hugues Lefèbvre (musique d'église), Arthur Letondal (piano), Romain-Octave Pelletier I (orgue) et Romain Pelletier (orgue) .

De 1903 à 1906, il fut organiste de la chapelle du Gesù et ensuite servit dans la même fonction au collège Loyola de 1906 à 1907.

En 1907, Henri Gagnon quitta le Canada pour Paris où il resta trois ans et demi. En France, il étudia avec Amédée Gastoué (plain-chant), Eugène Gigout (orgue, plain-chant, l'improvisation et l'harmonie), Isidor Philipp (piano) et Charles-Marie Widor (orgue). En 1908 et 1909, il fut soliste dans les concerts Touche. Il remplaça occasionnellement Eugène Gigout comme organiste à l'église Saint-Augustin de Paris. Par la suite, il revint à Paris au cours des étés 1911, 1912, 1914 et 1924 pour continuer ses études avec Charles-Marie Widor et avec Joseph Bonnet.

En 1910, Henri Gagnon revint au Canada et fut, pendant 51 années, titulaire de l'orgue de la Basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec.

Henri Gagnon enseigna la musique à l'École normale Laval et au Petit Séminaire de Québec de 1917 à 1933. Il dirigea le Conservatoire de musique et d'art dramatique du Québec de 1946 à sa mort en 1961.

En tant que compositeur, il a composé principalement des œuvres pour orgue et piano.

En 1959, l'Office national du film du Canada réalisa un documentaire de 30 minutes, intitulé Henri Gagnon, organiste.

L'université Laval de Québec a donné son nom à un de ses amphithéâtres, la Salle Henri-Gagnon du Pavillon Louis-Jacques-Casault.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Rondel de Thibaut de Champagne (1916) pour voix et piano
  • Mazurkas pour piano
  • 5 Pièces pour orgue:
  1. Élégie Op. 1 (1901);
  2. Antienne no 1 (1945)
  3. Antienne no 2 (1945)
  4. Prélude à l’Introït du IXe dimanche après la Pentecôte (1950)
  5. Prélude sur l’Alleluia de la fête de saint Michel (1950)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Encyclopédie de la musique au Canada, éditions Fides, Montréal, 1993 (ISBN 2-7621-1688-0)
  • Le Tombeau de Henri Gagnon : pour orgue / collection dirigée par Lucien Poirier. Saint-Hyacinthe, Québec : Éditions Jacques Ostiguy, c1987.

Liens externes[modifier | modifier le code]