Heinrich Campendonk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant allemand image illustrant un graveur
Cet article est une ébauche concernant un peintre allemand et un graveur.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Heinrich Campendonk
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
AmsterdamVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Mouvement

Heinrich Campendonk, né à Krefeld (Allemagne) le et mort à Amsterdam (Pays-Bas) le (à 67 ans), est un artiste peintre, graveur et dessinateur de vitrail allemand rattaché à l'expressionnisme, membre pour un temps (de 1911 à 1912) du mouvement artistique munichois Der Blaue Reiter.

Biographie[modifier | modifier le code]

Campendonk étudie à l'école des beaux-arts de Krefeld de 1905 à 1909. Son professeur est le peintre symboliste Johan Thorn-Prikker. En 1911, il adhère sur l'invitation d'August Macke au groupe Blaue Reiter.

Chassé par les nazis dès 1934 et déclaré « artiste dégénéré » en 1937, Campendonk se réfugie aux Pays-Bas où il enseigne à la Rijksakademie van beeldende kunsten d'Amsterdam et finit sa vie sans jamais retourner en Allemagne. Avant sa mort, il prend la nationalité néerlandaise.

Très doué dans le domaine des arts décoratifs, il se voit décerner le grand prix pour un vitrail présenté à l'Exposition universelle de 1937 à Paris.

Affaire des faux de la galerie Alfred Flechtheim[modifier | modifier le code]

Campendonk, qui n'est pas l'un des peintres les plus connus de l'expressionnisme allemand, voit sa cote bondir avant que n'éclate l'affaire des faux tableaux censés provenir de la galerie Alfred Flechtheim[1]. En effet, le "Tableau rouge avec chevaux" est un faux peint par Wolfgang Beltracchi. L'affaire éclata parce qu'il a utilisé de la peinture contenant du blanc de titane - n'étant pas en vente à l'époque de réalisation du tableau - pour réaliser ce faux.

Amsterdam[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Vaste escroquerie aux faux tableaux en Allemagne », Le Monde du  : « Outre les malversations des quatre escrocs, l'enquête a mis en lumière le rôle d'intermédiaire joué par Henrik Hanstein, directeur de la maison de ventes aux enchères Lemperts, à Cologne. Ce dernier a vendu des toiles de la collection Jägers dont, en 2006, Tableau rouge avec chevaux, un faux Campendonk, pour 2,88 millions d'euros. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]