Alfred Flechtheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alfred Flechtheim
Flechtheim.jpg
Alfred Flechtheim autour de 1910. Portrait de Jacob Hilsdorf.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Conflit

Alfred Flechtheim est un artiste, un marchand d'art, un éditeur et un collectionneur d'art allemand, né le à Münster et mort le à Londres[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Plaque d'hommage au 15 de la Bleibtreustraße à Berlin-Wilmersdorf.

Marchand, éditeur et promoteur de l'art moderne, Alfred Flechtheim fonda en janvier 1921 la revue Der Querschnitt qu'il revendit en novembre 1924 à Hermann Ullricht ; il continua cependant à y écrire. Il avait rencontré Hermann von Wedderkop à Paris en 1907 et c'est avec lui qu'il fonde cette revue qui deviendra un important magazine culturel.

En 1912, il est le commissaire de la Sonderbund à Cologne : l'impact sur l'art moderne est important ; il croise durant l'été Walt Kuhn et le conseille pour le futur Armory Show.

En 1932, il choisit d'émigrer du fait de l'arrivée des nazis au pouvoir. Il meurt lors de son exil londonien[2].

Une affaire de faux tableaux (2011)[modifier | modifier le code]

Le peintre Henrik Campendonk, qui n'était pas l'un des peintres les plus connus de l'expressionnisme allemand, vit sa cote bondir avant qu'au printemps 2011 n'éclate une affaire de faux tableaux censés provenir de l'ancienne galerie d'Alfred Flechtheim à Düsseldorf : quatre escrocs ont fabriqué et revendu pour plusieurs millions d'euros de fausses toiles en leur donnant comme origine le fonds de cette galerie dont les archives avait été dévastées par les nazis[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Hanns Bolz, Portrait d'Alfred Flechtheim, 1910 (Reiff-Museum, Aix-la-Chapelle).
Jules Pascin : Alfred Flechtheim habillé en torero, 1927, Musée national d’art moderne, Paris.
  • Stephan von Wiese und Hans Albert Peters: Alfred Flechtheim – Sammler, Kunsthändler, Verleger. 1937, Europa vor dem 2. Weltkrieg. Ausstellungskatalog. Kunstmuseum, Düsseldorf 1987
  • Ralph Jentsch: Alfred Flechtheim – George Grosz. Zwei deutsche Schicksale. Weidle Verlag, Bonn 2008
  • Alfred Flechtheim: "Nun mal Schluß mit den blauen Picassos". Gesammelte Schriften (herausgegeben von Rudolf Schmitt-Föller, mit einem Vorwort von Ottfried Dascher), Weidle Verlag, Bonn 2010 (ISBN 978-3-938803-21-9)
  • Ottfried Dascher: Flechtheim und Dortmund. Eine Spurensuche, in: Verlust der Moderne. Kunst und Propaganda in Dortmund 1933/45. Dortmund 2008, Heft 2, 31-37.
  • Ottfried Dascher: "Es ist was Wahnsinniges mit der Kunst". Alfred Flechtheim. Sammler, Kunsthändler und Verleger. Nimbus Verlag, Wädenswil 2011 (ISBN 978-3-907142-62-2)
  • Eduard Plietzsch: "…heiter ist die Kunst", Erlebnisse mit Künstlern und Kennern. Mit Tafeln und Vignetten. Bertelsmann Verlag. Gütersloh 1955. S. 125-129
  • Reichshandbuch der Deutschen Gesellschaft. Das Handbuch der Persönlichkeiten in Wort und Bild. 1. Bd. Hg. Deutscher Wirtschaftsverlag Berlin 1930
  • (fr) Christian Zervos, Entretien avec Alfred Flechtheim, feuilles volantes, Paris, Revue des Cahiers d'art no 10, 1927.
  • Martin Schieder: "Franzosenhausse". Fernand Légers Ausstellung bei Alfred Flechtheim in Berlin (1928), in: Distanz und Aneignung. Relations artistiques entre la France et l’Allemagne 1870–1945. Kunstbeziehungen zwischen Deutschland und Frankreich 1870–1945, hrsg. von Alexandre Kostka und Françoise Lucbert, Berlin 2004, S. 139–158 (Passagen/Passages, Bd. 8)
  • Flechtheim Tagebuch 1913, abgedruckt in: Neue deutsche Hefte 135, 19. Jg. (1972), Heft 3
  • Christine Fischer-Defoy: Galerie Flechtheim, in: Gute Geschäfte - Kunsthandel in Berlin 1933-1945 (Ausstellungskatalog, herausgegeben von Christine Fischer-Defoy und Kaspar Nürnberg), Berlin 2011, (ISBN 978-3-00-034061-1)
  • Markus Stötzel: Ein jüdisches Kunsthändlerschicksal. Der verfolgungsbedingte Eigentumsverlust der Kunstsammlung Alfred Flechtheim, in: KUR - Journal für Kulturrecht, Urheberrecht und Kulturpolitik, 12. Jg. (2010) Heft 3/4, S. 102-120
  • Esther Tisa Francini/Anja Heuß/Georg Kreis: Fluchtgut - Raubgut. Der Transfer von Kulturgütern in und über die Schweiz 1933-1945 und die Frage der Restitution, Chronos Verlag, Zürich 2001, S. 317-323

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Malcolm Gee, Dealers, critics, and collectors of modern painting : aspects of the Parisian art market between 1910 and 1930, London, Garland, 1981.
  2. D'après le texte de la plaque de la Bleibtreustraße.
  3. « Vaste escroquerie aux faux tableaux en Allemagne », Le Monde du  : « Outre les malversations des quatre escrocs, l'enquête a mis en lumière le rôle d'intermédiaire joué par Henrik Hanstein, directeur de la maison de ventes aux enchères Lemperts, à Cologne. Ce dernier a vendu des toiles de la collection Jägers dont, en 2006, Tableau rouge avec chevaux, un faux Campendonk, pour 2,88 millions d'euros. »

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]