Haut-Ogooué

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Gabon
Cet article est une ébauche concernant le Gabon.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Haut-Ogooué
Haut-Ogooué
Administration
Pays Drapeau du Gabon Gabon
Chef-lieu Franceville
Démographie
Gentilé Altogovéen, Altogovéenne
Population 250 799 hab. (2013)
Densité 6,9 hab./km2
Géographie
Superficie 3 654 700 ha = 36 547 km2

Le Haut-Ogooué est une des neuf provinces du Gabon ; elle comptait 250 799 habitants en 2013[1]. Elle est la deuxième province la plus peuplée du pays après l'Estuaire. Son chef-lieu est Franceville et Moanda est sa principale ville économique.

Étymologie[modifier | modifier le code]

La région est nommée d'après le fleuve Ogooué lequel prend sa source en République du Congo[2]. Le fleuve parcourt la province puis d'autres provinces du pays (Ogooué-Lolo, Ogooué-Ivindo, Moyen-Ogooué, Ogooué-Maritime).

Géographie[modifier | modifier le code]

Sa superficie est de 36 547 km2. Elle est constituée de plateaux recouverts de forêts. La province du Haut-Ogooué est située à l'est du pays, elle est frontalière de la République du Congo.

Provinces et départements limitrophes du Haut-Ogooué
Ogooué-Ivindo Drapeau de la République du Congo Cuvette-Ouest
Ogooué-Lolo Haut-Ogooué Drapeau de la République du Congo Cuvette
Drapeau de la République du Congo Niari Drapeau de la République du Congo Lékoumou Drapeau de la République du Congo Plateaux

Le climat est de type équatorial.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de la province est riche en minerais, notamment en or, en manganèse et en uranium, ce dernier expliquant la présence du réacteur nucléaire naturel d’Oklo[3], près de la ville de Franceville.

Crânes de gorilles (mâle et femelle) du Haut-Ogooué

En 2008, près de Franceville, on découvrit, en excellent état de conservation, plus de 250 fossiles d'organismes pluricellulaires datés de 2,1 milliards d'années. Avant cette découverte, les plus anciennes formes de vie complexes (dotées de plusieurs cellules) remontaient à 600 millions d'années environ[4].

Administration[modifier | modifier le code]

Départements du Haut-Ogooué
Départements du Haut-Ogooué

Le Haut-Ogooué est divisé en 11 départements (chef-lieu entre parenthèses) :

Son gouverneur est, en 2016, Jacques Denis Tsanga[5].

Figure de gardien de reliquaire Ondumbo

Politique[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de l'élection présidentielle de 2016, les chiffres de la population, le taux de participation des électeurs et les résultats font l'objet de vives contestations[6],[7],[8].

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Le deuxième président du pays, Omar Bongo Ondimba, est né dans cette région, en 1935, à Lewaï (actuelle Bongoville).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Résultats globaux du recensement général de la population et des logements de 2013 du Gabon (RGPL-2013), Libreville, Direction générale de la statistique, (lire en ligne), p. 6, tableau 4
  2. La République du Congo est frontalière du Gabon par le département de l'Ogooué-Létili (chef-lieu Boumango)
  3. « Des réacteurs nucléaires ont fonctionné sur terre il y a 2 milliards d'années ! », sur ecolo.org
  4. « Découverte de l'existence d'une vie complexe et pluricellulaire datant de plus de deux milliards d'années », CNRS,‎ (consulté le 19 juin 2013)
  5. « Communiqué final du conseil des ministres du 11 février 2016 », sur gabonactu.com,‎
  6. Célian Macé, « Dans le Haut-Ogooué, le score de Bongo trop gros pour être vrai », Libération,‎ (lire en ligne)
  7. Christophe Châtelot, « Gabon : comment truquer une élection présidentielle pour 75 000 euros ? », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. Camille Belsoeur, « L'élection contestée au Gabon se joue aussi sur Wikipédia », slate.fr, 1er septembre 2016.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jérôme J. Adam, Fables, proverbes et devinettes du Haut-Ogooué : Kuya, Duma, Kanin̄i, Nzebi..., les Classiques africains, Issy-les-Moulineaux, 1977, 370 p. (ISBN 2-85049-108-X)
  • Claude Cabrol, La découverte du Haut-Ogooué par les Européens, Cl. Cabrol, Libreville, v. 1977, 24 p.
  • Louis Perrois, « Le Haut Ogooué », in Électrons, décembre 1972, no 8, p. 6-10, [lire en ligne].
  • Louis Perrois, « Arts et traditions du Haut Ogooué », in Électrons, 1973, no 9, p. 6-9, [lire en ligne].
  • Jean-Kevin Aimé Tsiba, L'exploitation minière dans la région du Haut-Ogooué (Gabon) : contribution à l'étude des impacts environnementaux, Université de Lorraine, 2014 (thèse de géographie)

Liens externes[modifier | modifier le code]