Gwendal Poullennec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gwendal Poullennec
Image dans Infobox.
Biographie
Formation
Autres informations
A travaillé pour
Michelin (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata

Gwendal Poullennec, né en 1979, est un cadre dirigeant de l’entreprise Michelin et l’actuel Directeur international des Guides gastronomiques Michelin pour lesquels il travaille depuis 2004[1].

Formation[modifier | modifier le code]

À sa sortie de l'École supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC)[2] en 2003, Gwendal Poullennec intègre le Groupe Michelin et après une rapide période de formation au siège à Clermont-Ferrand il rejoint en 2004 le département des cartes et des guides.

Débuts au Guide Michelin[modifier | modifier le code]

Lorsqu’il arrive au Guide Michelin, l’activité d’édition gastronomique ne se concentre que sur 10 destinations européennes. Sous son impulsion, le développement international du Guide aboutit à l’ouverture de plus de 10 nouvelles destinations. Gwendal Poullennec joue également un rôle moteur dans l’évolution numérique de l’ouvrage iconique.[passage promotionnel]

Développement international des Guides[modifier | modifier le code]

Après quelques années passées au sein des équipes européennes du Guide Michelin et une première participation aux projets de développement du Guide à New York et San Francisco, Gwendal Poullennec prend, à partir de 2006, la responsabilité du développement international.

À cette position, il devient le principal architecte du déploiement du Guide[réf. nécessaire] en Asie - avec Tokyo comme première destination à être couverte – puis dans d’autres villes du continent américain. Depuis la capitale japonaise, Gwendal Poullennec pilote dès 2006, de concert avec les équipes d’inspection, ce projet qui aboutit à la publication fin 2007 du premier Guide Michelin Tokyo. Dévoilé lors d’un événement de lancement qui réunit tous les chefs triplement étoilés du monde, l’ouvrage connait un succès immédiat auprès de la clientèle japonaise et se vend à plus d’un demi-million d’exemplaires en seulement quelques jours[réf. nécessaire]. Établissant un record de vente en librairie dans sa catégorie, le Guide Michelin génère un phénomène de société doublé d’un phénomène culturel au Japon[passage promotionnel]. En plus de devenir une nouvelle référence locale, l’édition projette Tokyo au rang de ville la plus étoilée du monde et contribue grandement à la renommée et à l’engouement pour la gastronomie japonaise à travers le monde[3]. Le succès du lancement du Guide Michelin Tokyo marque le début d’une vague de déploiement vers d’autres destinations asiatiques avec l’arrivée du Guide Michelin à Hong Kong et Macao en 2008, à Kyoto et Osaka en 2009, à Singapour en 2016, Seoul et Shanghai en 2017, ou encore à Bangkok et Taipei en 2018 [4].

Dans les Amériques, Gwendal Poullennec contribue également au lancement du Guide Michelin Rio de Janeiro et São Paulo en 2015 ainsi que Washington et Chicago en 2016. Pour chacune de ces nouvelles éditions, comme partout ailleurs dans le monde, le Guide Michelin applique avec soin une méthodologie identique basée sur l’expérience vécue par ses équipes de sélection. Des équipes composées d’inspecteurs locaux et internationaux permettant d’apprécier finement des cultures gastronomiques extrêmement variées[5],[6].  

En parallèle des projets de déploiement international, Gwendal Poullennec amorce le virage numérique du Guide Michelin. Il entreprend ainsi la mise en ligne progressive des sélections de restaurants ainsi que d’un premier service de réservation à destination des utilisateurs du Guide, notamment grâce à un partenariat en Europe avec TripAdvisor[7] .  

Ascension professionnelle[modifier | modifier le code]

Très présent sur le terrain et particulièrement proche des équipes de sélection[passage promotionnel], Gwendal Poullennec est reconnu [Par qui ?] pour sa connaissance du secteur et des acteurs locaux et internationaux du milieu de l’hôtellerie-restauration. En 2014, il est nommé Secrétaire général des Guides Michelin puis Directeur international en 2018, succédant ainsi à Michael Ellis [8]. Il prend ses nouvelles fonctions sous le mandat de Jean-Dominique Senard à la présidence du Groupe Michelin.

A la tête des Guides Michelin[modifier | modifier le code]

A la tête des Guides Michelin, il entreprend de nombreux projets pour promouvoir la diversité des métiers de la restauration, encourager les professionnels engagés dans une approche plus durable de la gastronomie, intensifier la digitalisation du Guide, poursuivre son expansion internationale et positionner Michelin comme la référence internationale de l’hôtellerie, de la sommellerie et de la gastronomie.[passage promotionnel]

Valorisation des métiers de la gastronomie[modifier | modifier le code]

Dès sa prise de fonction, Gwendal Poullennec lance des prix annuels spéciaux pour mettre en avant la diversité des savoir-faire de la restauration. Remis au cours des événements de lancement des Guides Michelin, ces prix viennent rappeler le rôle essentiel joué par les différents métiers impliqués dans l’expérience gastronomique – des métiers de la salle et de du service en passant par ceux de la sommellerie ou encore de la pâtisserie. Soucieux de valoriser les talents les plus prometteurs,[passage promotionnel] un prix spécial du jeune Chef est également créé.

Lancement de l’Étoile Verte Michelin[modifier | modifier le code]

En janvier 2020, à l’occasion de la présentation de la nouvelle édition du Guide Michelin France, Gwendal Poullennec et Florent Menegaux, Président du Groupe Michelin, dévoilent la toute dernière distinction du Guide Michelin : l’Étoile Verte Michelin. Déploiement concret de la stratégie « Tout Durable » de Michelin[passage promotionnel] dans ses activités gastronomiques, l’Étoile Verte distingue les restaurants particulièrement engagés dans une approche durable de la gastronomie. Nouveau repère consommateur et professionnel[passage promotionnel], elle permet de guider les voyageurs et les gourmets vers des expériences de table plus respectueuses de l’environnement tout en encourageant les professionnels à considérer les actions vertueuses déployées par certains de leurs pairs. 

Lancée en France, l’Étoile Verte est progressivement déployée dans toutes les sélections du Guide Michelin[9],[10],[11].

Transformation numérique[modifier | modifier le code]

Le mandat de Gwendal Poullennec est aussi marqué par le renforcement numérique du Guide Michelin avec la mise en ligne d’une nouvelle version de son site internet et la présentation en décembre 2020 d’une nouvelle application gratuite et internationale disponible sur iOS [12]. Sur les réseaux sociaux, le Guide Michelin anime une communauté de gourmets qui ne cesse de croitre, comptabilisant aujourd’hui plus de 4,5 millions d’abonnés et de followers sur Instagram[13], Facebook, Twitter, YouTube, WeChat et Weibo[14].

Expansions internationales[modifier | modifier le code]

Sur la scène internationale, et en l’espace de deux ans, ce ne sont pas moins de 10 nouvelles destinations qui rejoignent la liste des 40 autres déjà couvertes par le Guide Michelin : Guangzhou, Phuket, Phang-Nga, la Californie, Chiang Mai, Pékin, Malte, la Slovénie, Taichung et Moscou.

Que ce soit grâce à ses expériences professionnelles ou personnelles Gwendal Poullennec a voyagé dans tous les pays du monde où le Guide Michelin est aujourd’hui présent[15].

Acquisitions stratégiques[modifier | modifier le code]

À l’automne 2018, Michelin annonce l’achat de Tablet Hotels[16], l’expert hôtelier spécialisé dans la sélection et la recommandation de boutique-hôtels et hôtels de charme. En 2019, et après une première prise de participation en 2017 à hauteur de 40%, le guide des vins Robert Parker Wine Advocate[17] rejoint à son tour le portefeuille de marques détenu à 100% par Michelin. Ces deux acquisitions contribuent à renforcer la position de Michelin comme leader et référence internationale de l’hôtellerie, de la restauration et de la sommellerie.[passage promotionnel]

Impact sur l'activité[modifier | modifier le code]

Dès son arrivée à la tête des Guides Michelin, Gwendal Poullennec assume des décisions fortes qui rappellent les principes cardinaux du Guide : annualité des distinctions, intégrité et sérieux des sélections, continuité dans la méthodologie des équipes d’inspection.[passage promotionnel]

En marge de la pandémie mondiale de COVID-19 et de ses effets dramatiques sur le secteur de l’hôtellerie-restaurant, Gwendal Poullennec annonce en mai 2019 le lancement d’un baromètre international qui recense chaque semaine à travers le monde le nombre de restaurants étoilés ayant une activité normale d’accueil des clients[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Guide Michelin. Un Breton gardien des étoiles », sur Le Telegramme, (consulté le )
  2. Thibaut Danancher, « Gastronomie : Gwendal Poullennec, nouvel homme fort du Michelin », sur Le Point, (consulté le )
  3. « Globalization worth the detour, or how the Michelin Guide conquered Japan - Paris Innovation Review », sur parisinnovationreview.com (consulté le )
  4. (en) « Maintaining an Institution : The Institutional Work of Michelin in Haute Cuisine around the World »
  5. « Le guide Michelin : une référence mondiale de la gastronomie locale »
  6. (en-US) « The Michelin Inspection Process: An Illustrated Guide », sur MICHELIN Guide (consulté le )
  7. « Michelin - Le guide MICHELIN, TripAdvisor et LaFourchette concluent un partenariat stratégique international », sur Michelin (consulté le )
  8. Thibaut Danancher, « Gastronomie : Gwendal Poullennec, nouvel homme fort du Michelin », sur Le Point, (consulté le )
  9. « Le Guide MICHELIN pour une gastronomie durable ! », sur MICHELIN Guide (consulté le )
  10. (en-US) « MICHELIN Restaurants – the MICHELIN Guide », sur MICHELIN Guide (consulté le )
  11. (en-US) Elise Taylor, « Chef Dan Barber Receives a New Type of Michelin Star », sur Vogue (consulté le )
  12. « Guide MICHELIN », sur App Store (consulté le )
  13. « Connexion • Instagram », sur www.instagram.com (consulté le )
  14. « Le compte Instagram Officiel du guide Michelin passe le cap du Million d'abonnés », sur Food & Sens, (consulté le )
  15. « Une main de fer dans un guide de velours », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  16. « Michelin fait évoluer sa sélection d'hôtels », sur www.lhotellerie-restauration.fr (consulté le )
  17. (en) Cathrine Todd, « Michelin Guide Becomes Sole Owner Of The Robert Parker Wine Advocate », sur Forbes (consulté le )
  18. (en-US) « 41% of MICHELIN Starred Restaurants open in Week 19 (10/05 - 16/05) », sur MICHELIN Guide (consulté le )