Geri Allen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Allen.
Geri Allen
Description de cette image, également commentée ci-après
Geri Allen en 2008.
Informations générales
Naissance
Pontiac (Michigan)
Décès (à 60 ans)
Philadelphie (Pennsylvanie)
Genre musical jazz
Instruments piano
Années actives depuis 1982
Labels Motéma Music
Verve Records
Telarc
Blue Note Records
Site officiel www.geriallen.com

Geri Allen est une pianiste américaine de jazz, née à Pontiac (Michigan) le et morte le à Philadelphie (Pennsylvanie)[1]. Elle a joué avec de grands noms du jazz, tels que Betty Carter, Wayne Shorter, Ron Carter, Ornette Coleman, Charles Lloyd ou encore Wallace Roney.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Le père de Geri Allen, Mount V. Allen Jr., est principal de collège et pianiste à Detroit, sa mère, Barbara Jean, travaille au Defense Contract Management Agency (en) pour le gouvernement[2]. Le jazz est très présent dans son enfance, mais elle est également intéressée par les musiques soul et pop de Motown et du label Tribe ; elle rend d'ailleurs hommage à cette musique sur son disque Grand River Crossings (en). Elle prend des cours particuliers de piano à l'âge de 7 ans, et croise alors qu'elle est au lycée Donald Byrd et surtout Marcus Belgrave, qui l'encouragent dans la pratique de son instrument[3]. Belgrave l'entraîne dans des clubs, pendant qu'elle approfondit sa connaissance d'Herbie Hancock, Miles Davis, Thelonious Monk, Bud Powell, Art Tatum ou Fats Waller.

Après avoir étudié à l’Howard University de Washington jusqu'en 1979, ainsi qu'auprès de Kenny Barron, elle rencontre Nathan Davis. Ce dernier l'encourage à étudier à l’Université de Pittsburgh, alors directeur du département jazz [4]. Elle est diplômée en 1982 en ethnomusicologie à l’Université de Pittsburgh[3],[2]. Elle effectue une tournée avec Nathan Davis dans les Caraïbes.

Débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Elle s'installe à New York au début des années 1980. Elle joue avec le groupe The Supreme, puis avec des musiciens de l’Art Ensemble of Chicago.

Elle rencontre Steve Coleman en 1984, et fait activement partie du mouvement M-Base, avec Greg Osby ou Cassandra Wilson. Son rôle est prépondérant dans ce collectif porteur du nouveau « jazz créatif »[3],[1]. Coleman se dira impressionné par sa culture et par sa curiosité musicale, s'affranchissant de toutes les barrières de style ou d'époque[5].

Son premier album en leader, The Printmakers (en), sort en 1984.

La tentation funky s'exprime dans le disque Open on All Sides in the Middle (en) (1987), mais elle apparaît également dans des contextes plus orthodoxes : avec Charlie Haden et Paul Motian (1986), Oliver Lake...

Années 1990[modifier | modifier le code]

Avec The Nurturer (en) (1990) ou Maroons (en) (1992), Geri Allen montre son intérêt pour des compositions plus vastes, impliquant Marcus Belgrave ou Kenny Garrett[3].

En 1998 sort The Gathering (en), un album salué par la critique[3]. Sur cet album joue son mari, le trompettiste Wallace Roney[6], ainsi que Robin Eubanks, Vernon Reid, Buster Williams ou encore Lenny White. Elle joue aussi bien avec la jeune garde (Greg Osby, Gary Thomas) qu'avec ses ainés (Bobby Hutcherson, James Newton, Dave Holland, Jack DeJohnette, Lester Bowie...)

Années 2000[modifier | modifier le code]

En 2006, Geri Allen compose For the Healing of the Nations, une suite de jazz pour voix qui lui a été commandée en hommage aux victimes des attentats du 11 septembre 2001[7]. L'œuvre a été jouée par le chœur Afro Blue Jazz de l'Université Howard à Washington[4].

La même année parait Zodiac Suite: Revisited, publié sous le nom de « Mary Lou Williams Collective », un trio dirigé par Geri Allen avec Buster Williams à la contrebasse et Billy Hart à la batterie, rendant hommage à Zodiac Suite composée par la pianiste et compositrice en 1945[8].

Années 2010[modifier | modifier le code]

En 2010, son album en piano solo Flying Toward the Sound (en) est acclamé par la critique. Il fait notamment partie du « meilleur de 2017 » pour NPR[9] et Down Beat[4].

En 2013, elle fonde un trio féminin, avec Terry Line Carrington et Esperanza Spalding, qui rencontre un grand succès[3].

Elle meurt le à 60 ans des suites d'un cancer[3].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Geri Allen enseigne à l’Université du Michigan et à New York. Elle est directrice du département jazz à l’Université de Pittsburgh[1].

Peu avant sa mort, elle est la première directrice artistique du Carr Center de Detroit, un organisme de soutien artistique aux Afro-américains[1],[10].

En 1996, elle joue le rôle de Mary Lou Williams dans le film Kansas City de Robert Altman.

Style[modifier | modifier le code]

Le jeu de Geri Allen, unique et personnel, s'inscrit dans une certaine tradition du jazz et s'inscrit dans une filiation monkienne[3],[1]. Elle est également inspirée par Mary Lou Williams, Cecil Taylor, le groove de McCoy Tyner, l'impressionnisme de Herbie Hancock et l'héritage du bebop[2], tout en ayant une bonne connaissance de la musique dite classique[5].

Son jeu en piano solo, depuis Home Grown (en) (1985) à Flying Toward the Sound (en), « déborde d'étonnantes prouesses techniques et de couleurs kaléidoscopiques[2]. »

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1995 : Geri Allen est la première récipiendaire du Soul Train's Lady of Soul Award de l'album de l'année pour Twenty One (en)[11]
  • 1996 : Geri Allen est la première femme à obtenir le JazzPar Prize (en)[5], et la plus jeune bénéficiaire[4]
  • 2006 : Guggenheim Fellowship[4]
  • 2008 : African American Classical Music Award, décerné par le Spelman College[11]
  • Distinguished Alumni Award de l'Université Howard[11]

Discographie[modifier | modifier le code]

En tant que leader ou co-leader[modifier | modifier le code]

En tant que sidewoman[12][modifier | modifier le code]

Avec Gregory Charles Royal
  • 1979 : Dream Come True (GCR Music)
Avec Betty Lou Landreth
  • 1979 : Betty Lou (YaYa)
Avec Oliver Lake
  • 1983 : Plug It, Oliver Lake And Jump Up (Gramavision)
  • 1984 : Expandable Language, Oliver Lake Quintet (Black Saint)
  • 1986 : Gallery (Gramavision)
  • 1987 : Impala (Gramavision)
  • 1988 : Otherside (Gramavision)
  • 2000 : Talkin' Stick, Oliver Lake Quintet (Passin' Thru)
Avec Joseph Jarman
  • 1984 : Inheritance (Baybridge)
Avec Haki R. Madhubuti/Nation
  • 1984 : Medasi (Rise)
Avec Frank Lowe
  • 1985 : Decision in Paradise (Soul Note)
Avec Steve Coleman
  • 1985 : Motherland Pulse, Steve Coleman Group (JMT)
  • 1987 : World Expansion, Steve Coleman and Five Elements (JMT)
  • 1988 : Sine Die (Pangaea)
Avec John Stubblefield
  • 1986 : Bushman Song (Enja)
Avec David Friedman
  • 1986 : Shades Of Change (Enja)
Avec Arthur Blythe
  • 1986 : Da-Da (Columbia)
Avec Franco Ambrosetti
  • 1987 : Movies (Enja)
  • 1988 : Movies, Too (Enja)
  • 2012 : Cycladic Moods (Enja)
Avec James Newton
  • 1987 : Romance and Revolution (Blue Note)
Avec Sonya Robinson
  • 1987 : Sonya (Columbia)
Avec Charlie Haden/Paul Motian
  • 1988 : Etudes, Charlie Haden/Paul Motian feat. Geri Allen (Soul Note)
Avec Wayne Shorter
  • 1988 : Joy Ryder (Columbia)
Avec Greg Osby
  • 1988 : Mindgames (JMT)
  • 1993 : 3-D Lifestyles (Blue Note)
Avec Paul Motian
  • 1989 : Monk in Motian, Paul Motian (JMT)
Avec Gary Thomas & Seventh Quadrant
  • 1989 : By Any Means Necessary (JMT)
Avec Buddy Collette Quintet featuring James Newton
  • 1989 : Flute Talk (Soul Note)
Avec Ralph Peterson
  • 1989 : V, Ralph Peterson Quintet (Blue Note)
  • 1989 : Triangular, Ralph Peterson Trio featuring Geri Allen (Blue Note)
Avec Chico Freeman featuring Von Freeman
  • 1989 : You'll Know When You Get There (Black Saint)
Avec Dewey Redman Quartet
  • 1990 : Living on the Edge (Black Saint)
Avec Cecil Brooks III
  • 1990 : The Collective (Muse)
Avec Betty Carter
  • 1990 : Droppin' Things (Verve)
  • 1994 : Feed the Fire (Verve)
Avec Jay Hoggard
  • 1990 : Overview (Muse)
  • 1996 : A Night In Greenwich Village (Muse)
Avec Fred Wesley
  • 1990 : New Friends (Minor Music)
Avec Lonnie Plaxico
  • 1990 : Plaxico (Muse)
Avec Marcus Belgrave/Lawrence Williams
  • 1992 : Working Together, Marcus Belgrave/Lawrence Williams (Detroit Jazz)
  • 2008 : Live at Kerrytown Concert House, Marcus Belgrave with Detroit's Jazz Piano Legacy
Avec Roy Brooks
  • 1993 : Duet In Detroit (Enja)
Avec Me'Shell NdegéOcello
  • 1993 : Plantation Lullabies (Maverick/Sire)
Avec Dwayne Dolphin
  • 1994 : Portrait Of Adrian (Minor Music)
Avec Wallace Roney
  • 1994 : Mistérios (Warner Bros)
  • 1995 : Crunchin' (Muse)
  • 1995 : Munchin' (Muse)
  • 1997 : Village (Warner Bros)
  • 2000 : No Room For Argument (Stretch Records)
  • 2004 : Prototype (HighNote)
  • 2005 : Mystikal (HighNote)
  • 2007 : Jazz (HighNote)
Avec Ernie Watts
  • 1995 : Unity (JVC)
Avec Reggie Workman
  • 1995 : Cerebral Caverns (Postcards)
Avec Courtney Pine
  • 1995 : Modern Day Jazz Stories (Antilles)
Avec Ornette Coleman
Avec Rodney Whitaker
  • 1996 : Children Of The Light (DIW)
Avec Lenny White
  • 1996 : Renderors Of Spirit (Silva Screen)
Avec Charlie Haden
  • 1997 : The Montreal Tapes, Charlie Haden/Geri Allen/Paul Motian (Verve)
  • 1999 : The Montreal Tapes, Charlie Haden and The Liberation Music Orchestra (Verve)
Avec Woody Shaw
  • 1997 : Bemsha Swing (Blue Note)
Avec T. S. Monk
  • 1997 : Monk On Monk (N2K Encoded Music)
Avec Marian McPartland
  • 1998 : Just Friends (Concord)
Avec Mark Shim
  • 1998 : Mind over Matter (Blue Note)
Avec Andy Bey
  • 1998 : Shades Of Bey (Evidence/12th Street)
  • 2005 : American Song (Minor Music/Savoy Jazz)
Avec Buster Williams
  • 1999 : Lost In A Memory, Buster Williams Quartet (TCB)
  • 2001 : Houdini, Buster Williams Trio (Sirocco)
Avec Bobby Hutcherson
  • 1999 : Skyline (Verve)
Avec Klaus Suonsaari
  • 1999 : With Every Breath I Take (Storyville)
Avec Clark Terry
  • 2000 : One On One (Chesky Records)
Avec Craig Handy
  • 2000 : Reflections in Change (Sirocco Jazz)
Avec Ravi Coltrane
  • 2000 : From The Round Box (RCA Victor)
  • 2012 : Spirit Fiction (Blue Note)
Avec Charles Lloyd
  • 2002 : Lift Every Voice (ECM)
  • 2004 : Jumping the Creek (ECM)
Avec Mary Stallings
  • 2005 : Remember Love (Half Note)
Avec Carmen Lundy
  • 2008 : Come Home (Afrasia)
Avec Trio 3
  • 2009 : At This Time (Intakt Records)
  • 2011 : Celebrating Mary Lou Williams: Live At Birdland (Intakt Records)
Avec Tineke Postma
  • 2009 : The Traveller (Etcetera)
Avec Terri Lyne Carrington
  • 2011 : The Mosaic Project (Concord)
Avec Elisabeth Kontomanou
  • 2012 : Secret Of The Wind (Effendi Records)
Avec Jaimeo Brown
  • 2013 : Transcendence (Motéma)
Avec David Weiss
  • 2013 : Endangered Species: The Music of Wayne Shorter (Motéma)
Avec Aga Zaryan
  • 2013 : Remembering Nina & Abbey (Parlophone)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Arnaud Robert, « Geri Allen, voix immense du piano jazz, est décédée », sur letemps.ch, (consulté le 15 janvier 2018).
  2. a, b, c et d (en) David R. Adler, « Geri Allen, Brilliantly Expressive Pianist, Composer and Educator, Dies at 60 », sur wbgo.org, (consulté le 15 janvier 2018).
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Michel Antonelli, « Geri Allen – 12 juin 1957, Pontiac, MI - 27 juin 2017, Philadelphie, PA », sur jazzhot.net, jazz hot no 680, été 2017 (consulté le 13 janvier 2018).
  4. a, b, c, d et e (en) « Geri Allen biography », sur geriallen.com (consulté le 1er février 2018).
  5. a, b et c Michel Contat, « Geri Allen, pianiste de jazz décisive, est morte », sur telerama.fr, (consulté le 1er février 2018).
  6. (en) Thomas Staudter, « Making Jazz and Family, Home and the Road Work Together », sur nytimes.com, (consulté le 24 janvier 2018).
  7. Annie Yanbékian, « La mort de la grande pianiste de jazz Geri Allen », sur francetvinfo.fr, (consulté le 1er février 2018).
  8. (en) Kevin Whitehead, « Mary Lou Williams Collective: 'Zodiac Suite' », sur npr.org, (consulté le 1er février 2018).
  9. (en) Patrick Jarenwattananon, « The Best New Jazz Of 2010 (So Far) », sur npr.org, (consulté le 1er février 2018).
  10. (en) « Geri Allen Tribute », sur thecarrcenter.org, (consulté le 15 janvier 2018).
  11. a, b et c (en) Anastasia Tsioulcas, « Geri Allen, Pianist, Composer And Educator, Dies At 60 », sur npr.org, (consulté le 1er février 2018).
  12. a et b (en) « Geri Allen discography », sur jazzlists.com (consulté le 24 janvier 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]