Georges Laguerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Laguerre
Image illustrative de l'article Georges Laguerre
Fonctions
Député 1883-1893
puis 1910-1912
Gouvernement IIIe république
Groupe politique Extrême-Gauche (1883-1888)
Groupe boulangiste (1888-1891)
PRS (1910-1912)
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 55 ans)
Conjoint Marguerite Durand (1888-1895)
Résidence Vaucluse et Seine

Georges Laguerre né le à Paris et décédé le à Gournay-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) est un avocat et homme politique français boulangiste.

L'homme politique[modifier | modifier le code]

Collaborateur à La Justice, le journal de Clemenceau, il fut député de Vaucluse (1883-1889) et (1910-1912) et de la Seine (1889-1893). Il comptait parmi les boulangistes députés du « groupe ouvrier » de 1885. Il termine ensuite sa carrière dans les rangs du Parti républicain-socialiste, héritier des Socialistes indépendants.

L'avocat[modifier | modifier le code]

Au cours des années 1880, l'avocat socialiste se fit une réputation en assurant la défense des anarchistes. En octobre 1882, il plaide pour les ouvriers de Montceau-les-Mines, accusés d'être des émeutiers, puis il assure la défense de Fournier, un ouvrier de Roanne, soupçonné d'avoir tiré sur son patron lors d'une grève. Puis il gagne la célébrité pour ses plaidoiries lors des procès d'Émile Pouget et de Louise Michel en 1883. Enfin, à Lyon, il est à la barre pour défendre les anarchistes lors du procès des 66[1].

Il subit pourtant un retentissant échec lors du procès d'Antoine Cyvoct où sa plaidoirie est jugée médiocre car mal préparée. Son client est condamné à mort, puis voit sa peine commuée en travaux forcés à perpétuité en Nouvelle-Calédonie sur intervention du ministère public[1].

Famille et vie privée[modifier | modifier le code]

Jean-Henri-Georges Laguerre est le fils de Léon Laguerre (1822-1904), docteur en droit et maître-clerc de notaire chez Me Dufour, et d'Augustine-Marie-Clarisse Guichard (1829-1887).

Fils de M. Beaulieu, professeur de droit à la faculté de Nancy, Léon Laguerre porte le patronyme de son père adoptif, le docteur Jean-Nicolas Laguerre (1795-1873)[2].

Les grands-parents maternels de Georges Laguerre sont Pierre Guichard et Madeleine-Françoise-Camille Amic. Cette dernière est la cousine germaine des frères André et Marie-Joseph Chénier et de Marie-Madeleine Amic (1774-1852), mère d'Adolphe Thiers[3].

Laguerre a publié ces dernières informations généalogiques en 1889, en réponse à une note publiée par la Gazette de Francfort et rapportée par Le Temps du 6 mars, qui prétendait que son grand-père maternel était un Allemand nommé Wœhnitz, installé à Paris après avoir fait fortune à l'île Maurice[3]. Wöhrnitz (avec un « r ») est en fait le grand-père maternel d'Henri-Maxime Laguerre, futur député de l'Ain et petit-fils du docteur Jean-Nicolas Laguerre[4].

En 1888, Georges Laguerre épouse en secondes noces Marguerite Durand, dont il divorce le 9 mai 1895. Le 16 octobre de la même année, il se remarie au Vésinet avec Apolline-Marie-Eugénie Tarin (1861-1935), veuve de René Garin de Lamorflan[5] (beau-frère d'Henri-Maxime Laguerre).

Sources[modifier | modifier le code]

À voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Georges Laguerre, avocat des anarchistes
  2. La Croix, 12 avril 1888, p. 1.
  3. a et b Georges Laguerre, « Un mot personnel », La Presse, 7 mars 1889, p. 1.
  4. Archives de Paris, état civil du 9e arrondissement, registre des naissances de 1863, acte no 716 du 9 avril (vue 16 sur 22).
  5. Archives des Hauts-de-Seine, état civil du Vésinet, registre de 1895-1897, acte no 172 du 16 octobre 1895 (vue 107 sur 377).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]