Ghislaine Ottenheimer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ghislaine Ottenheimer est le nom de convenance d'une journaliste d'investigation française née Ottenheimer de Gail le à Paris.

Elle est rédactrice en chef à Challenges depuis .

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris (1974)[1], licenciée en droit, Ghislaine Ottenheimer a notamment été directrice de la rédaction de la radio BFM, rédactrice en chef adjointe de L'Express, rédactrice en chef de France-Soir, grand reporter au Quotidien de Paris, présentatrice du 19/20 sur FR3, journaliste politique au Nouvel Économiste, chroniqueuse à la revue L'Esprit libre (1996). Elle a été lauréate de la Niemann Foundation for journalism (Harvard) en 1983. Elle est l'auteur de nombreux ouvrages politiques.

Responsable d'une chronique politique à Challenges depuis 2007, elle est devenue rédactrice en chef de cet hebdomadaire économique début . Elle intervient régulièrement dans On refait le monde, une émission quotidienne de débat présentée par Nicolas Poincaré, reprise en par Christophe Hondelatte, diffusée sur RTL. Le , elle remplace au pied levé Éric Zemmour, absent pour cause de deuil familial, comme chroniqueuse de l'émission On n'est pas couché de Laurent Ruquier sur France 2. Elle est depuis plusieurs années une intervenante régulière de l'émission C dans l'air sur France 5.

En , elle critique violemment la déclaration de candidature présidentielle de Jean-Pierre Chevènement, lui reprochant son âge notamment, et conclut sa chronique par un virulent "On a envie de lui dire "casse-toi et ferme ta gueule !' ". Plusieurs médias (Le Petit Journal, Atlantico) s'interrogent sur la radicalité franche de ses propos[2].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Mariée au lobbyiste Thierry Lefébure de 1986 jusqu’à la mort de celui-ci le , elle a deux filles de lui et vit à Paris.

Poursuites judiciaires[modifier | modifier le code]

Le , Ghislaine Ottenheimer, Renaud Lecadre et l'éditeur du livre Les Frères invisibles sont condamnés pour diffamation envers le président de la chambre régionale des comptes de la région PACA[3].

Le , elle est condamnée avec son co-auteur un ancien dirigeant d'une filiale de Rhodia, pour avoir dans deux passages de L'Affaire, l'histoire du plus grand scandale financier français diffamé un membre de l'autorité des marchés financiers[4].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]