Georges Dubœuf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la vigne et le vin image illustrant un homme d'affaires image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant la vigne et le vin et un homme d'affaires français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article a besoin d’être illustré (en discuter) (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Pour améliorer cet article, des médias (images, animations, vidéos, sons) sous licence libre ou du domaine public sont les bienvenus.
Si vous êtes l’auteur d’un média que vous souhaitez partager, importez-le. Si vous n’êtes pas l’auteur, vous pouvez néanmoins faire une demande de libération d’image à son auteur.

Georges Dubœuf (né en 1933 à Crêches-sur-Saône) est un négociant français issu d'une famille de vignerons, fondateur des « Vins Georges Dubœuf », entreprise notamment connue comme marque de Beaujolais présente à l'export.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1950, Georges Dubœuf crée en association un groupement de producteurs "L'Écrin Mâconnais-Beaujolais", pour promouvoir les vins de ces terroirs : il est frustré de voir les Pouilly-Fuissé du vignoble familial revendus à des prix dérisoires par des négociants régionaux[1]. Il débute en visitant les restaurateurs du sud de la Bourgogne, de Bresse, du Lyonnais. Paul Blanc, le cuisinier-restaurateur du « Chapon fin », à Thoissey, est l'un de ses premiers clients renommés, Paul Bocuse et Jean Troigros collaborent bientôt amicalement avec lui

Ayant bricolé une chaîne d'embouteillage qu'il attele sur une vieille camionnette, il sillonne les villages du Beaujolais et du Mâconnais, réussissant à convaincre une quarantaine de vignerons de travailler régulièrement avec lui.

En 1964, il crée les « Vins Georges Duboeuf », dont l'activité s'étendra plus tard à d'autres régions. De grands restaurateurs apportent leur soutien, notamment lors d'opérations de promotion à l'étranger.

En 1993, il aménage dans l'ancienne gare de Romanèche-Thorins (Saône-et-Loire) un musée nommé le « Hameau du vin », consacré à l'art de la culture de la vigne et de la vinification, et un lieu de vente.

Parfois surnommé « le roi du Beaujolais »[2], Georges Dubœuf devait confier la direction de l'entreprise de négociant-éleveur à son fils Franck. La maison achète la production de quelque 400 vignerons et s'approvisionne dans une vingtaine de caves coopératives[3] pour produire, estimait-on, plus de 30 millions de bouteilles par an.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Phaneuf, Dubœuf a du chien, 2005
  2. Victor Franco, L'Impresario du Beaujolais Nouveau, L'Expansion, , 4 novembre 1993
  3. Jean-Claude Ribaut, Le spleen du beaujolais nouveau, Le Monde, 16 novembre 2005

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]