George Eddy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

George Eddy
World Basketball Festival, Paris 13 July 2012 n28.jpg

George Eddy en 2012 au World Basketball Festival à Paris

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (59 ans)
OrlandoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

George Eddy, né le 16 juin 1956 à Orlando (Floride), est un journaliste sportif franco-américain spécialisé dans le basket-ball. Il travaille principalement pour Canal+ et Eurosport.

Pratique du basket[modifier | modifier le code]

Eddy pratique le basket-ball depuis son jeune âge. Il suit le championnat de basket-ball de la NBA. Il obtient un diplôme en criminologie de l'Université de Floride. Arrivé en France en 1977, il a joué dans plusieurs équipes (Alsace Bagnolet, Caen, Nice BC, Troyes, Paris, Châlons-sur-Marne), ce qui lui permet de connaître le championnat de France de basket. Pendant une année, il entraîne ensuite le Racing (Division 1). Eddy organise aussi chaque été un camp d’entraînement à Paris, et entraîne régulièrement une petite équipe d'Île-de-France, où il organise des stages pendant les vacances scolaires au Vésinet ouverts a tous.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Deux fois sélectionné comme international espoir, deux fois nommé meilleur marqueur français en 2e division (1984 et 1985), cinq ans de présence en 1re division.

Journaliste[modifier | modifier le code]

En janvier 1985[1], il entre au service des sports de Canal+ comme spécialiste du basket-ball et du football américain. Il tente également d’imposer le baseball dans le paysage audiovisuel français. Il a couvert les 18 derniers Super Bowls et les 14 dernières finales NBA en direct des États-Unis. Il lui arrive aussi de couvrir certains événements d’athlétisme.

Par admiration du professionnalisme de Dick Vitale, il a effectué plus de 7000 heures d’antenne sur CANAL+ et Sport+, près de 4000 sur d’autres chaînes (Eurosport France, Paris Première et Ciné Folies).

Il possède un blog sur le site de la NBA où il publie des articles sur l’actualité du basket (international et NBA).

Eddy collabore avec la presse spécialisée, BAM (anciennement MVP Basket).

Il a couvert les Jeux olympiques de Barcelone, d’Atlanta, de Sydney, d’Athènes et de Pékin.

De novembre 2010 à juin 2012, il a également été consultant dans l'émission Canal NBA présentée par Vincent Radureau, aux côtés de Jacques Monclar.

Il est connu pour son accent américain[2], ses jeux de mots et sa très forte tendance à s'enthousiasmer devant de belles actions, allant jusqu'à crier de joie. Les expressions qui l'ont rendu populaire auprès des fans de basket sont entre autres : "duel en haute altitude", " jordanesque", " mettez vos casques", "stratosphérique", "dunkorama", "un shoot ave maria" ou encore "il a shooté du parking".

Après la perte par le groupe Canal + des droits de diffusion de la NBA, puis de la Pro A, il quitte les écrans français pour commenter la NBA sur Canal+ Afrique à partir de l'automne 2015, alors que son partenaire au micro David Cozette rejoint la chaîne L'Équipe 21[3],[4]. Fin novembre 2015, il devient aussi ambassadeur du site de paris sportifs Unibet.com (qui a le droit de diffuser les matchs NBA en streaming pour ses clients). Il annonce qu'il animera une émission hebdomadaire "Unibet Money Time" sur l'actualité NBA et commentera certaines affiches dans l'année. [5]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Il a prêté sa voix aux commentateurs : Harry Doyle dans le film Les Indians ainsi que Tug Kowalski (joué par Oliver Stone) dans le film sur le football américain nommé L'Enfer du dimanche.

Notes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]