Plate-forme collaborative

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Une plate-forme de travail collaboratif est un espace de travail virtuel. C'est un outil, parfois sous la forme d'un site internet, qui centralise tous les outils liés à la conduite d'un projet, la gestion des connaissances ou au fonctionnement d'une organisation[1] et les met à disposition des acteurs.

L'objectif du travail collaboratif est de faciliter et optimiser la communication entre les individus dans le cadre du travail ou d'une tâche non liée au travail. Plusieurs agents décident de coopérer pour mettre en commun leurs idées et compétences, dans le but de résoudre une problématique. Internet facilite la réalisation de documents communs en les intégrant dans des plates-formes web[2].

En choisissant d'installer une plate-forme collaborative, les organisations entament bien souvent leur transformation digitale et managériale. En entreprise, l'efficacité de ces outils dépend en effet des compétences des managers et de leurs aptitudes à faire grandir leurs collaborateurs. Ce changement dans la manière de manager peut être vu comme une réponse aux difficultés rencontrées par les générations Y et Z lorsqu'elles arrivent dans le monde de l'entreprise.

Contenus et fonctionnalités[modifier | modifier le code]

Ce type de plate-forme intègre par exemple les fonctionnalités suivantes :

Les plateformes collaboratives et l'enseignement[modifier | modifier le code]

L’école traditionnelle se voit bousculée par les nouvelles technologies et tend à se transformer en “l’école 2.0”. Le web social a effectivement poussé les acteurs de l'enseignement à collaborer et à partager en intégrant le numérique dans les établissements scolaires. Une intégration compliquée étant donné que les enseignants n’ont pas tous les mêmes compétences techniques à l’utilisation du numérique et que certains, 23 % des enseignants, n’ont jamais suivi de formation au numérique selon le baromètre de Digital Wallonia (2018)[5].

D’où l’importance d’offrir une assistance différenciée à ces enseignants en difficultés. En plus de cette assistance, il faut différencier les profils enseignants dans la plateforme composée d’individus différents constituant un groupe social complexe, afin que cette intégration, réussisse au mieux. “La clé de la réussite pour instaurer le numérique est d’évaluer et de sélectionner le type d’outils qui conviennent le mieux à la pédagogie d’un formateur, à ses besoins et aux objectifs du cours”[6]. (Hanan Khalil et Martin Ebner (2017).

Les plateformes collaboratives amènent le monde de l’Enseignement à s’organiser autrement et à transformer sa manière de collaborer. Selon Quicke (2000): “la collaboration permet de réduire la rigidité des pratiques bureaucratiques et de créer un cadre favorable à la réflexivité, aux échanges d’expériences et à l’innovation. C’est aussi un instrument d’intégration, de soutien moral et d’assistance mutuelle”[7]. Cette collaboration est transformée, améliorée par ses possibilités de communication asynchrone et modifiée grâce aux plateformes collaboratives modernes (modèle SAMR)[8].

Elles offrent la possibilité de: “rechercher, produire, partager et de mutualiser des documents, des informations, des ressources dans un environnement numérique. Elles permettent de contribuer à une production ou à un projet collectif au sein d’équipes disciplinaires, interdisciplinaires, transversales ou éducatives”[9]. (Bruillard, E. & Baron, G. (2009).

Exemple de plateformes modernes:

  • Microsoft Teams
  • Google Classroom
  • Padlet - Wakelet
  • Smartschool
  • Moodle
  • Itslearning

Références[modifier | modifier le code]

  1. Applications transverses et métiers d'une plateforme collaborative avec MediaWiki.
  2. « Travail collaboratif [Qu'est-ce que le travail collaboratif?] », sur www.travail-collaboratif.info (consulté le 31 janvier 2016)
  3. Base de connaissances structurée pour wiki d'entreprise avec MediaWiki.
  4. Présentation de Padlet, par l'Académie de Dijon
  5. « DigitalWallonia.be », sur www.digitalwallonia.be (consulté le 29 mai 2020)
  6. (en) Hanan Khalil et Martin Ebner, « Using Electronic Communication Tools in Online Group Activities to Develop Collaborative Learning Skills », Universal Journal of Educational Research, vol. 5, no 4,‎ , p. 529–536 (ISSN 2332-3205 et 2332-3213, DOI 10.13189/ujer.2017.050401, lire en ligne, consulté le 29 mai 2020)
  7. Claude Lessard, Pierre Canisius Kamanzi et Mylène Larochelle, « De quelques facteurs facilitant l'intensification de la collaboration au travail parmi les enseignants : le cas des enseignants canadiens », Education et sociétés, vol. 23, no 1,‎ , p. 59 (ISSN 1373-847X et 1782-1428, DOI 10.3917/es.023.0059, lire en ligne, consulté le 29 mai 2020)
  8. Sébastien Wart, « Le modèle SAMR : une référence pour l’intégration pédagogique des TIC en classe », sur École branchée, (consulté le 29 mai 2020)
  9. Éric Bruillard et Georges-Louis Baron, « Travail et apprentissage collaboratifs dans l’enseignement supérieur : opinions, réalités et perspectives », Quaderni. Communication, technologies, pouvoir, no 69,‎ , p. 105–113 (ISSN 2105-2956, DOI 10.4000/quaderni.327, lire en ligne, consulté le 29 mai 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Usages des outils collaboratifs[modifier | modifier le code]