Gabrielle Giffords

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gabrielle Giffords
Gabrielle Giffords en mars 2010
Gabrielle Giffords en mars 2010
Fonctions
Membre de la
Chambre des représentants des États-Unis
pour le 8e district de l'Arizona
Prédécesseur Jim Kolbe
Successeur Ron Barber
Membre du Sénat de l'Arizona pour le 28e district
Prédécesseur Randall Gnant
Successeur Paula Aboud
Membre de la Chambre des représentants de l'Arizona pour le 13e district[1]
Prédécesseur Andy Nichols
Kathleen Dunbar
Successeur Steve Gallardo
John Loredo
Biographie
Nom de naissance Gabrielle Dee Giffords
Date de naissance (45 ans)
Lieu de naissance Tucson, Arizona, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Parti politique Parti démocrate
Diplômé de Université Cornell
Religion Judaïsme
Résidence Tucson

Signature

Gabrielle Dee Giffords, dite Gabby (née le à Tucson, Arizona, États-Unis), est une femme politique américaine, membre du parti démocrate. Elle a été représentante du huitième district de l'Arizona à la Chambre des représentants des États-Unis de 2007 à 2012.

Très grièvement blessée à la tête lors de la fusillade de Tucson, en janvier 2011, et restée handicapée depuis, elle a démissionné de la Chambre un an plus tard pour se consacrer à sa convalescence, tout en poursuivant ses engagements politiques pour le droit à l'avortement et la restriction du droit de porter des armes.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Membre de la Chambre des représentants[modifier | modifier le code]

Gabby Giffords est la première représentante de confession juive à être élue en Arizona. Au sein de la Chambre des Représentants, elle est membre de la commission des Armées (sous-commission de l'état de préparation et sous-commission des Forces armées de l'Air et de Terre), de la commission des Affaires étrangères (sous-commission de l'Hémisphère occidental) et de la commission des Sciences et Technologies (sous-commission de l'énergie et l'environnement et sous-commission de l'espace et de l'aéronautique).

Ayant été victime de vandalisme pour son soutien au plan de réforme de la sécurité sociale américaine[2], la députée se plaint en mars 2010 dans une interview à la chaine MSNBC que sa circonscription ait été représentée derrière une cible par une affiche de Sarah Palin, ex-candidate des Républicains à la vice-présidence des États-Unis[3],[4]

En octobre 2010, elle reçoit la note de 100 % de l'organisation NARAL pour sa défense du droit des femmes à avorter[5].

Elle se distingue également en s'opposant à nombre de démocrates sur la question du droit de porter des armes garanti par le 2e amendement de la Constitution américaine en s'y déclarant favorable[3].

Victime d'un attentat début 2011, elle échappe à la mort mais doit mettre fin à sa carrière de députée.

Fusillade à Tucson en 2011[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fusillade de Tucson.
Gaby Giffords lors de son retour à la Chambre des représentants, le 1er août 2011.
Barack Obama embrasse Gabrielle Giffords à l'occasion du discours sur l'état de l'Union, le .

Le 8 janvier 2011, Gaby Giffords est gravement blessée à la tête lors d'une fusillade qui fait six morts et douze autres blessés[6] alors qu'elle tenait une réunion politique.

« La parlementaire est en vie et en salle d'opération », indique une porte-parole de l'hôpital où elle est soignée, alors que plusieurs médias ont d'abord fait état de son décès[7]. La porte-parole de l'hôpital universitaire de Tucson annonce que neuf autres victimes de tirs sont hospitalisées dans un état grave[8]. Le tireur, un homme âgé de vingt deux ans, a été arrêté et sera condamné à la réclusion à perpétuité.

Après l'avoir opérée, lors d'une conférence de presse retransmise par CNN, le chirurgien Dr Peter Rhee annonce qu'une balle a traversé la tête de la députée [9] et que, placée dans un coma artificiel, son état est critique.

Cet attentat suscite de nombreuses réactions. Le président Barack Obama réagit d'abord par communiqué, affirmant qu'il s'agit d'une « tragédie innommable » et d'un « acte insensé », puis se rend au chevet de la députée le 12 janvier 2011[10]. La chef de la minorité à la Chambre, la démocrate Nancy Pelosi, se dit « profondément attristée » par cet acte « insensé et inconcevable ». Le nouveau président de la Chambre, le républicain John Boehner, se déclare quant à lui « horrifié ».

Après l'attentat[modifier | modifier le code]

Le 1er août 2011, bien qu'handicapée (elle est paralysée du bras droit, a un champ visuel très limité et doit réapprendre à parler), Gaby Giffords retourne à la Chambre des représentants, pour voter en faveur d'une loi autorisant le gouvernement à relever le plafond maximum de la dette. Elle est alors accueillie par une standing ovation.

Le 25 janvier 2012, elle démissionne de la Chambre pour se focaliser sur sa convalescence. Lue devant la Chambre par sa collègue Debbie Schultz, sa lettre de démission donne lieu à une nouvelle standing ovation.

Giffords poursuit cependant son combat contre le port d'armes. En janvier 2013, elle s'adresse aux sénateurs pour leur demander de se positionner dans ce sens : "Vous devez agir, soyez audacieux". Son discours (72 mots, lus lentement et de manière hésitante) est sa plus longue allocution depuis la fusillade de Tucson[11]

En 2015, alors que les tueries se multiplient aux États-Unis, Giffords lance un mouvement afin de réformer la législation sur les armes à feu[12].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 2007, Gabrielle Giffords a épousé l'astronaute Mark E. Kelly, qui commandait la dernière mission d'une navette spatiale en mai 2011, après que les officiels de la NASA se soient demandé si l'attentat de Tucson pouvait préoccuper l'astronaute au point de perturber cette mission[13].

Hommage[modifier | modifier le code]

En février 2012, une frégate, le LCS USS Gabrielle Giffords 10, porte son nom.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) AZ State House 13 - 2000, Our Campaigns
  2. (en) « Vote unleashes torrent of vandalism, death threats », The Portland Press Herald,‎ (lire en ligne)
  3. a et b « Une élue démocrate américaine visée dans une fusillade à Tucson », La Provence, Reuters,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Giffords had faced threats, vandalism previously
  5. Coach is Right, 8 octobre 2010
  6. Fusillade en Arizona: une démocrate parmi les victimes
  7. La série TV "The Newsroom" (La Salle des Nouvelles) fait référence à ce tragique événement dans l'épisode 4 de la saison 1. Les journalistes de la chaîne câblée ACN apprennent sur d'autres chaînes que la Sénatrice Giffords serait décédée. Mais ils renoncent à communiquer cette information non confirmée officiellement par un médecin. Et bien leur en a pris: quelques minutes plus tard, l'hôpital où elle a été admise indique qu'elle est encore en vie et qu'elle est sur le point de subir une intervention chirurgicale. Dans le même épisode, la problématique des armes en circulation aux États-Unis est abordée de façon pertinente.
  8. La parlementaire américaine toujours vivante, selon son hôpital
  9. Fusillade dans un meeting en Arizona: un deuxième homme recherché
  10. 20minutes.fr
  11. Armes: l'émouvant plaidoyer de Gabrielle Giffords au Sénat, Le Figaro, 31 janvier 2013
  12. Ces femmes partent en guerre contre les armes à feu aux États-Unis, Marie Chaumière, Terrafemina, 16 Octobre 2015
  13. (en) Aftermath of Arizona Shooting May Extend Into Space

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :