Friedrich August von der Heydte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Friedrich August Freiherr von der Heydte
Friedrich August von der Heydte
Friedrich August von der Heydte en 1944

Naissance
Munich (Allemagne)
Décès (à 87 ans)
Aham (Allemagne)
Allégeance Drapeau de l'Allemagne République de Weimar (en 1933)
Drapeau de l'Allemagne nazie Troisième Reich (en 1945)
Drapeau de l'Allemagne République fédérale d'Allemagne
Arme Balkenkreuz.svg Luftwaffe
Grade Oberstleutnant (Wehrmacht)
Brigadegeneral (Bundeswehr)
Années de service 1925–1945-1957–1967
Commandement Fallschirmjäger-Regiment 6
Conflits Seconde Guerre mondiale
Distinctions Croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne

Friedrich August Freiherr von der Heydte[Notes 1], né le à Munich et mort le à Aham, était un militaire, juriste constitutionnel et homme politique allemand.

Il est notamment connu pour avoir commandé, durant la Seconde Guerre mondiale, plusieurs unités de parachutistes. Il a été décoré de la croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Il fut officier de la Luftwaffe et servit dans les Fallschirmjäger, les unités parachutistes, pendant la Seconde Guerre mondiale, atteignant le rang de Oberstleutnant (lieutenant-colonel).

Heydte commandait le 1er bataillon du 3e Fallschirmjäger Regiment pendant la bataille de Crète en mai 1941. Son bataillon fut le premier à entrer dans La Canée, un fait pour lequel il reçut la croix de chevalier de la croix de fer. Heydte combattit également en Russie et en Afrique du Nord.

Après le raid britannique (opération Biting) en février 1942 sur un radar allemand installé à Bruneval, sur la côte normande, il est chargé d'inspecter les débris restant du radar détruit. Il affirmera au lendemain de la guerre avoir alors bien réalisé le but de l'opération britannique — récupérer les éléments essentiels du radar en faisant croire à sa simple destruction —, mais haïssant le nazisme et souhaitant l'effondrement du Troisième Reich, il n'en avait soufflé mot à personne.

Du au , alors major, il est nommé chef d'état-major de la 2. Fallschirmjäger-Division (2e division parachutiste) sous les ordres du Generalleutnant Hermann-Bernhard Ramcke.

Sur le front de l'Ouest, il commanda le Fallschirm-Jäger-Regiment 6 (FJR.6) de Fallschirmjäger à Carentan, où lui et ses hommes furent surnommés « les Lions de Carentan » pendant la bataille de Normandie en juin 1944.

En décembre 1944, au cours de l'opération Stösser, il est parachuté avec ses hommes derrière les lignes ennemies lors de la contre-offensive allemande de la bataille des Ardennes, il est capturé par les forces américaines peu de temps après.

Après guerre[modifier | modifier le code]

Après la guerre, il fut professeur de droit constitutionnel et international à l’université Johannes-Gutenberg de Mayence et à l’université de Wurtzbourg et président de la communauté universitaire chrétienne-démocrate. Membre de l’Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU), il siégea de 1966 à 1970 au Landtag de Bavière.

Il sera également officier de réserve dans la Bundeswehr, l'armée de la république fédérale allemande, avec le grade de général de brigade.

Heydte a accusé le magazine Der Spiegel de haute trahison pour avoir publié des informations confidentielles sur la défense de la RFA. L’affaire du Spiegel fut marquée par plusieurs graves irrégularités et suscita un large mouvement de protestation dans l’opinion publique, la presse et les milieux intellectuels.

Décorations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Freiherr est un titre de noblesse, pouvant se traduire comme Baron, et non une partie d'un nom de famille. La forme féminine est Freifrau et Freiin.
Citations
  1. a et b French L MacLean 2007, p. 170.