Montjoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Montjoie
Monschau
Montjoie
Une vue d'ensemble de la ville
Blason de Montjoie
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of North Rhine-Westphalia.svg Rhénanie-du-Nord-Westphalie
District
(Regierungsbezirk)
Cologne
Arrondissement
(Landkreis)
Aix-la-Chapelle
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
7
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Magga Ritter
Partis au pouvoir CDU
Code postal 52156
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
05 3 34 020
Indicatif téléphonique 02472
Immatriculation AC
Démographie
Population 12 577 hab. (31 décembre 2009)
Densité 133 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 33′ 36″ nord, 6° 15′ 22″ est
Altitude 517 m
Superficie 9 462 ha = 94,62 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
Voir sur la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Montjoie
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
Voir sur la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Montjoie
Liens
Site web www.monschau.de

Montjoie (allemand : Monschau) est une ville d'Allemagne occidentale, située au sud d'Aix-la-Chapelle (Arrondissement d'Aix-la-Chapelle), et en bordure du plateau des Hautes Fagnes. La superficie de la commune est de 94,61 km2, pour une altitude comprise entre 350 à 650 mètres.

La ville est située dans la région de l'Eifel, dans l'étroite vallée de la Roer. Contrairement à de nombreuses autres villes allemandes, son centre historique du XVIIIe siècle ne fut pas détruit pendant la Seconde Guerre mondiale.

Tisserands de Montjoie[modifier | modifier le code]

Ses nombreuses maisons à colombages et ses toits d'ardoise en font une ville d'un grand intérêt architectural et touristique.

Monschau était un pôle d’attractions pour les riches tisserands d’Europe. La Maison Rouge construite en 1760 est un exemple typique d’une demeure du XVIIIe siècle habitée par les riches tisserands[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Montjoie serait un dérivé du germanique mundgawi (« protection du territoire ») qui aurait été mal traduit par le latin mons gaudii (« mont de la joie »). Ce toponyme désigne une colline artificielle, hauteur, butte ou simple tas de pierre, servant de repère aux voyageurs, et du haut desquels ils pouvaient apercevoir la direction de la route et le pays environnant.

Histoire[modifier | modifier le code]

Appartenances historiques

Blason du Duché de Juliers Duché de Juliers 1433-1797
Drapeau de la République cisrhénane République cisrhénane (Roer) 1797-1802
Drapeau de la France République française (Roer) 1802-1804
Drapeau de l'Empire français Empire français (Roer) 1804-1813
Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse (Province de Juliers-Clèves-Berg) 1815-1822
Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse (Province de Rhénanie) 1822-1918
Drapeau de la république de Weimar République de Weimar 1918-1933
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand 1933-1945
Drapeau de l'Allemagne occupée Allemagne occupée 1945-1949
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1949-présent

Le château de Montjoie, qui surplombe la cité, date du XIIIe siècle. Il est mentionné pour la première fois en janvier 1198 par Mons loci. Il a été construit par le Duc de Limbourg avec le nom de Castrum in Munioie. En 1352, la cité reçoit sa charte. À partir de 1433, le château est propriété des ducs de Juliers. En 1543, l'empereur Charles Quint l'assiégea, le prit et pilla la ville. Le château resta cependant à la maison de Juliers jusque 1609, puis il fut intégré au Palatinat-Neubourg.

En 1795, la France prit la région, et sous son nom français de Montjoie, en fit un chef-lieu de canton. La région devint prussienne en 1815, et Monschau fut nommée capitale de district, le Kreis Montjoie.

Durant la Première Guerre mondiale, beaucoup de personnes souhaitaient que Montjoie soit annexée à la Belgique, car historiquement elle faisait partie de la zone Wallonne et ne fut germanisée que par les Prussiens[2].

En 1918, Guillaume II germanisa[3] son nom en Monschau de crainte que la ville ne devienne belge après la guerre.

Limite orientale de l'offensive alliée en décembre 1944, la ville fut une de celles qui servit de base arrière à la contre-offensive allemande lors de la bataille des Ardennes.

En 1972, la ville intégra plusieurs villages proches : Höfen, Imgenbroich, Kalterherberg, Konzen, Mützenich et Rohren.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Transports publics[modifier | modifier le code]

La ville est notamment desservie par la ligne 385 des bus TEC au départ de la gare d'Eupen en Belgique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://vacancesmontjoie.webs.com/montjoie.htm
  2. (en) Jean Finot, « New York Times », New York Times,‎
  3. Bruno Kehl, Revue Mémoires des Hautes Ardenne, septembre 2011, « Comment Montjoie est devenu Monschau ».

Lien externe[modifier | modifier le code]