Francesco De Gregori

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Francesco De Gregori
Francesco De Gregori-Festa PD-Modena-16-09-2008.jpg
De Gregori en concert a Modène en 2008.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (67 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Francesco De GregoriVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Instrument
Genre artistique
Site web
Distinction

Francesco De Gregori est un auteur-compositeur-interprète italien, né à Rome le 4 avril 1951.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il passe quelques années de son enfance à Pescara pour retourner à Rome à la fin des années 1950.

Il se produit au Folkstudio (établissement situé à Rome, dans le quartier de Transtevère, qui était très connu à l'époque et où se produisaient de nombreux jeunes musiciens, inspirés par le folk américain et par les nouvelles recherches sur la musique populaire italienne), d'abord comme guitariste de Caterina Bueno et ensuite avec d’autres amis destinés, eux aussi, à être connus sur les scènes musicales : Antonello Venditti, Mimmo Locasciulli et Giorgio Lo Cascio. Pendant une brève période, ils se produisent ensemble, puis Francesco et Giorgio forment un duo qui se réfère, par maints aspects, au duo américain de Simon et Garfunkel.

Son répertoire initial comprend des chansons de Bob Dylan et de Leonard Cohen traduites en italien. Il ajoute, par la suite, des textes personnels.

En 1971 il signe un contrat avec la maison de disques IT. L’année suivante, il publie l’album Theorius Campus avec ses propres textes et ceux de Antonello Venditti[1].

Son premier album personnel est Alice non lo sa (1973), qui comprend la chanson Alice[1].

Suit l'album Francesco De Gregori (plus connu sous le nom de La Brebis à cause de l’image de la couverture). Le grand succès arrive avec Rimmel en 1975. Il est suivi par Buffalo Bill l’année suivante. La même année, une violente contestation de la part d’un groupe d’extrême gauche interrompt sa carrière pendant deux ans. Elle reprend avec la même vigueur en 1978 avec le succès De Gregori, un album contenant la fameuse chanson Generale. L’année suivante est celle du grand succès de l’album de la tournée avec Banana Republic, réalisé en collaboration avec Lucio Dalla, Ron et les futurs Stadio et de Viva l'Italia, chanson qui est entrée dans l’imaginaire populaire. Après une pause, il revient dans les années 1980 avec l’excellent Titanic (1982). Lui succède probablement son titre phare La donna cannone[2], Q-Disc de l’année suivante. Désormais la critique et le public le placent parmi les plus grands auteurs-compositeurs italiens et il est surnommé Il Principe. Les années suivantes il sort des œuvres comme Scacchi e tarocchi, qui contient le morceau La storia, et Terra di nessuno (1987), qui contient Mimì sarà. En 1990, il publie en même temps trois albums en « live ». Trois années plus tard, un autre suivra avec Il bandito et il campione. Entre-temps, il a publié Canzoni d'amore (1992). En 1998 « La Valigia dell'attore » reçoit le prix Targa Tenco comme la meilleure chanson de l’année[1].

En 2001, il sort Amore nel pomeriggio, pour lequel il collabore, pour les arrangements, avec des artistes comme Franco Battiato et Nicola Piovani. Le disque obtient la Targa Tenco comme meilleure œuvre de l’année[1], ex-aequo avec Vinicio Capossela. En 2002, De Gregori, sort un disque de chansons populaires italiennes, Il fischio del vapore, en collaboration avec Giovanna Marini. En 2003 est publiée la biographie intitulée Quello che non so, lo so cantare (Ce que je ne sais pas, je sais le chanter, éditée par Giunti). Le chanteur romain revient avec un album d'inédits en 2005 avec Pezzi qui s'adjuge de nouveau la Plaque Tenco pour le meilleur album de l'année. En 2006, De Gregori publie un nouvel album, Calypsos[2], avec neuf morceaux inédits, dont « Cardiologia », une chanson où, plus de 30 ans après « Pezzi di Vetro », l’auteur-compositeur romain recommence à employer les mots « Ti amo » (« Je t'aime »). Francesco De Gregori continue à sortir des albums, parmi les plus connus figure « Sulla Strada » sorti en 2012. En 2017, Sotto Il Vulcano, est un album Live enregistré à Taormina pendant la tournée « Amore e Furto »[2].

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Enrico Deregibus, Francesco De Gregori. Quello che non so, lo so cantare, Giunti Editore, , 250 p. (ISBN 9788809756267 et 8809756266).
  • (it) Giommaria Monti, Francesco De Gregori. 1972-2004. Dell'amore e di altre canzoni, , 238 p. (ISBN 9788835955931 et 8835955939).
  • (it) Enrico Deregibus, Francesco De Gregori. Mi puoi leggere fino a tardi, , 352 p. (ISBN 9788809805729 et 8809805720).
  • (it) S. Viglietti et A. Arianti, Francesco De Gregori. Guarda che non sono io. Con DVD, , 235 p. (ISBN 9788890993046 et 8890993049).
  • (it) Antonio Piccolo, La storia siamo noi. Francesco De Gregori, , 100 p. (ISBN 9788881859252 et 8881859254).
  • (it) Paolo Jachia, La donna cannone e l'agnello di Dio : tracce cristiane in Francesco De Gregori, Ancora, , 200 p. (ISBN 9788851407063 et 8851407061).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d GraciaLive, « Francesco de Gregori », sur gracialive.be, (consulté le 30 mai 2018).
  2. a b et c Gérard Drouot Productions, « Francesco de Gregori », sur gdp.fr (consulté le 30 mai 2018).
  3. « Discographie de Francesco-De-Gregori », sur chartsinfrance.net (consulté le 30 mai 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]