France Rugby League

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
France Rugby League
Généralités
Sport Rugby à XIII
Création 1995
Disparition 1996
Catégorie National
Périodicité Annuel
Lieu(x) Drapeau de la France France
Participants 8 Franchises en 1995 et 6 en 1996
Statut des participants Semi-professionnels

Palmarès
Tenant du titre Toulouse Midi-Pyrénées
Plus titré(s) Toulouse Midi-Pyrénées

La France Rugby League est une compétition française de rugby à XIII, qui a eu lieu en 1995 et 1996. Elle a été initiée par Jacques Fouroux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début des années 1990, Jacques Fouroux et la FFR (XV) entretiennent des relations conflictuelles. En 1994, Fouroux, partisan du professionnalisme, est perçu comme l'opposant potentiel au président de la FFR, Bernard Lapasset, pour l'élection fédérale. Sachant que l'IRB et le comportement classique du rugby à XV avec ses contre-pouvoirs en France s'opposeraient à cette professionnalisation du rugby, Fouroux préfère choisir le camp de la dissidence. Il rencontre lors de réunions secrètes, les dirigeants du rugby à XIII français, pour mettre en place un projet, appelé par la presse le "Projet Fouroux".

Le à Paris, lors d'une conférence de presse, Jacques Fouroux annonce publiquement le lancement de son projet de France Rugby League qui signifiait son passage au rugby à XIII. Le projet est alors lancé, 16 équipes, sélections à caractère régional, qui seront réduites à 8, disputeront une compétition nationale. L'entrée sur le stade serait gratuite pour tous. La compétition sera estivale et associera sport et spectacle musical. Le , à Perpignan, débutent les premières rencontres de la France Rugby League. Le championnat se termina le 16 septembre à Carcassonne avec la finale opposant Toulouse-Midi-Pyrénées à Perpignan-Roussillon-Catalogne. À l'origine, cette finale devait se dérouler à Béziers, mais sous la pression de la FFR (XV), la mairie biterroise refusa. Cette première édition a été un grand succès populaire et médiatique.

Elle fut l'année d'après reconduite, mais avec beaucoup moins de succès que la première édition du fait de la participation du Paris Saint-Germain Rugby League à la Super League. Fouroux, qui avait accepté la présidence du Paris Saint-Germain Rugby League en juin 1996, démissionne de toutes ses fonctions le , et la ligue disparait avec lui.

L'idée d'un championnat interrégional est repris par Marc Palanques, le président de la Fédération française de rugby à XIII et Luc Dayan qui souhaitent lancer un Super XIII des régions dès l'année 1999[1].

Les équipes[modifier | modifier le code]

Chaque formation utilise le maillot d'une équipe du championnat professionnel australien, référence en la matière. Seuls les logos des clubs et les sponsors avaient été retirés, remplacés par les noms des équipes françaises et les sponsors hexagonaux. Ainsi, Avignon et Paris étaient vêtus de deux variantes des maillots des Sydney Roosters. Bordeaux évoluaient avec le maillot des North Sydney Bears, Toulouse avec celui des South Queensland Crushers, Carcassonne revêtait le maillot des Brisbane Broncos, Perpignan celui des Penrith Panthers, Marseille portait un maillot semblable à celui des Balmain Tigers et enfin Lyon arborait le maillot des Canterbury Bulldogs.

Poule A :

  • Marseille-Méditerranée
  • Paris-Ile-de-France
  • Perpignan-Roussillon-Catalogne
  • Toulouse-Midi-Pyrénées

Poule B :

  • Avignon-Provence
  • Bordeaux-Aquitaine
  • Carcassonne-Aude-Languedoc
  • Lyon-Rhône-Alpes
Maillot inspiré des South Queensland Crushers porté par Toulouse-Midi-Pyrénées.
Maillot historique des Penrith Panthers porté par Perpignan

Résultats de l'édition 1995[modifier | modifier le code]

Phase de poule[modifier | modifier le code]

  • 10 août : Paris-Ile-de-France 32-10 Marseille-Méditerranée (Perpignan, 8 000 spectateurs)
  • 10 août : Toulouse-Midi-Pyrénées 30-24 Perpignan-Roussillon-Catalogne (Perpignan, 8 000 spectateurs)
  • 12 août : Carcassonne-Aude-Languedoc 36-16 Avignon-Provence (Saintes, 5 000 spectateurs)
  • 12 août : Bordeaux-Aquitaine 24-20 Lyon-Rhône-Alpes (Saintes, 5 000 spectateurs)
  • 18 août : Avignon-Provence 30-4 Bordeaux-Aquitaine (Narbonne, 10 000 spectateurs)
  • 18 août : Carcassonne-Aude-Languedoc 24-18 Lyon-Rhône-Alpes (Narbonne, 10 000 spectateurs)
  • 24 août : Toulouse-Midi-Pyrénées 50-14 Paris-Ile-de-France (Mazamet, 5 000 spectateurs)
  • 24 août : Perpignan-Roussillon-Catalogne 46-16 Marseille-Méditerranée (Mazamet, 5 000 spectateurs)
  • 28 août : Bordeaux-Aquitaine 29-20 Carcassonne-Aude-Languedoc (Villeneuve-sur-Lot, 7 000 spectateurs)
  • 28 août : Lyon-Rhône-Alpes 24-16 Avignon-Provence (Villeneuve-sur-Lot, 7 000 spectateurs)
  • 29 août : Toulouse-Midi-Pyrénées 40-28 Marseille-Méditerranée (Roanne, 4 000 spectateurs)
  • 29 août : Perpignan-Roussillon-Catalogne 44-22 Paris-Ile-de-France (Roanne, 4 000 spectateurs)

Classement final :

Poule A : 1. Toulouse-Midi-Pyrénées; 2. Perpignan-Roussillon-Catalogne; 3. Paris-Ile-de-France; 4. Marseille-Méditerranée.

Poule B : 1. Carcassonne-Aude-Languedoc; 2. Lyon-Rhône-Alpes; 3. Avignon-Provence; 4. Bordeaux-Aquitaine.

Demi-finales[modifier | modifier le code]

Aller

  • 2 septembre : Toulouse-Midi-Pyrénées 76-26 Lyon-Rhône-Alpes (Auch, 5 000 spectateurs)
  • 2 septembre : Perpignan-Roussillon-Catalogne 30-28 Carcassonne-Aude-Languedoc (Auch, 5 000 spectateurs)

Retour

  • 7 septembre : Perpignan-Roussillon-Catalogne 30-18 Carcassonne-Aude-Languedoc (Lyon, 4 000 spectateurs)
  • 7 septembre : Lyon-Rhône-Alpes 18-10 Toulouse-Midi-Pyrénées (Lyon, 4 000 spectateurs)

Finale[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Super XIII, super idée », sur FFR13.fr,