Frédéric Pierucci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Frédéric Pierucci
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (52 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Observatoire de l'intelligence économique français (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Le piège américain (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Frédéric Pierucci, né le 14 janvier 1968, est un ancien cadre supérieur d'Alstom, président monde de la division chaudière de l'entreprise, accusé de corruption en 2014 par le gouvernement américain, arrêté[1] puis détenu à ce titre plusieurs années aux États-Unis[2].

Cette affaire est fréquemment présentée comme un exemple de la guerre économique à laquelle se livrent les États-Unis, y compris à l'encontre de ses alliés supposés. En effet son arrestation et son emprisonnement surviennent sur fond de rachat de la branche énergie d'Alstom par General Electric.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il est diplômé de l'école nationale supérieure de mécanique et d'aérotechnique (Ensma), de l'institut européen d'administration des affaires (Insead) et a obtenu un MBA à l'université Columbia[3].

L'affaire et ses suites[modifier | modifier le code]

Il a co-écrit un livre à propos de cette affaire : Le Piège américain[4]. France Inter adapte le livre en illustrant, par le vécu de Frédéric Pierucci depuis 2014, cette affaire Alstom dans une série radiophonique.

En 2020, Frédéric Pierucci tente de réunir des investisseurs français pour racheter à l’américain General Electric le pôle nucléaire qui faisait partie d'Alstom[2]. Arnaud Montebourg défend la même approche : « Qu’est-ce que le gouvernement attend pour racheter avec la BPI, des fonds privés d’investissement », « C’est le moment de se retrousser les manches pour reconstruire un outil stratégique dans le secteur énergétique »[5].

En recherche de liquidités, General Electric est engagé dans la vente d’une bonne partie de ses actifs, dont potentiellement les activités nucléaires ex-Alstom[6],[7],[8].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Corruption : un Français arrêté aux USA », sur Le Figaro.fr, (consulté le 25 septembre 2020).
  2. a et b Chloe Aeberhardt, « Tombé pour Alstom, Frédéric Pierucci veut sauver l’industrie française », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  3. « Le cadre maudit d'Alstom », sur lejdd.fr (consulté le 25 septembre 2020) : « l'ingénieur bardé de diplômes (Ensma, Insead et MBA de l'université de Columbia) ».
  4. Emilie Grangeray, « L’ex-cadre qui relance l’affaire Alstom », Le Monde, (consulté le 30 septembre 2020)
  5. Sylvia Zappi, « A Belfort, le revenant Arnaud Montebourg dénonce la « blessure nationale » d’Alstom », Le Monde, (consulté le 30 septembre 2020).
  6. Philippe Piot, « General Electric : un faux calme estival autour du nucléaire », L'Est Républicain, (consulté le 27 octobre 2020).
  7. Hervé Martin, « Bercy rayonne : La France va récupérer une pépite nucléaire », Le Canard Enchaîné,‎
  8. « L'activité nucléaire de GE, en particulier ses turbines, va-t-elle repasser sous pavillon français ? - », sur lenergeek.com, (consulté le 27 octobre 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

Emissions radio[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]