Fiat Littorina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sous l'appellation Littorina, qui remonte à 1930, les Italiens faisaient référence aux autorails de voyageurs mis en service sur le réseau des FS - Ferrovie dello Stato. Ce nouveau type de matériel roulant léger à moteur thermique essence, diesel ou gaz - inventé par le constructeur italien Fiat Ferroviaria. On pourrait comparer cette appellation à la « micheline » française de 1935, qui copiait le principe italien.

Au tout début, ce surnom a été attribué au premier autorail du monde classé, selon la codification des FS, FS ALb 48, puis suivront les FS ALn 56 et FS ALn 556. Mais cette appellation populaire restera très profondément ancrée chez les Italiens qui remplaceront dans leur vocabulaire le terme « automotrice »-autorail par « littorina », alors que l'appellation officielle des FS est toujours restée « automotrice. »

Ce surnom a tellement marqué l'histoire du transport ferroviaire italien qu'il a été gravé sur les plaques d'identification du constructeur sur les autorails livrés en 1932/33. L'origine du mot « littorina » vient de Littoria, nom d'une ville au sud de Rome. C'est le Duce Benito Mussolini qui contribua au succès de ce moyen de transport en inaugurant lui-même la première ligne équipée de ces trains novateurs une Alb 48 à partir de la gare de Littoria (aujourd'hui Latina). Plusieurs semaines auparavant l'inauguration de la nouvelle ville[1], il avait utilisé l'autorail Fiat qui l'avait conduit à la vitesse de 118 km/h. Le surnom a été largement utilisé lors des campagnes publicitaires du constructeur Fiat Ferroviaria, pour marquer les étapes commerciales de l'ALb 48, mais aussi par la presse du régime qui voulait souligner le génie italien, dans Il Popolo d'Italia.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est déjà en 1921 que les ingénieurs Fiat de sa division ferroviaire Fiat Ferroviaria imaginent le projet « Vettura automotrice a Petrolio » - voiture autorail à pétrole - constitué d'une caisse à deux essieux, d'un moteur et d'une transmission de camion, sur une carrosserie de wagon de chemin de fer. Le projet restera au stade de prototype.

En 1923, Fiat Ferroviaria construit la première locomotive diesel-électrique du monde et dès 1924, reprend son prototype d'autorail pour présenter l'autorail Fiat TA 150 - premier autorail au monde avec motorisation diesel de 150 cv pour la colonie italienne de Somalie. La même année, Fiat présente l'autorail TA 200 « Petrole Electrique » de 200 CV.

En 1926 Fiat lance une évolution de l'autorail TA 150 avec le Fiat TA 280, de 280 CV, dans les versions à écartement normal et réduit. Enfin, en 1931, ce sera le tour de l'autorail qui sera baptisé « Littorina », le modèle FS ALb 25 - en service sur la ligne Foggia-Cerignola, avec moteur essence et une transmission par cardan au lieu de chaînes.

Les premières Littorine[modifier | modifier le code]

Littorina Fiat 1930

La première série de « Littorine » était très directement une dérivation automobile, dont elles gardaient le moteur thermique, essence ou diesel, la transmission et la boîte de vitesses. La finition intérieure était relativement dépouillée. Les tout premiers modèles étaient unidirectionnels et devaient donc utiliser une rotonde au terminus pour faire le trajet en sens inverse. Très vite, Fiat Ferroviaria construisit des modèles à double cabine de pilotage.

Une Fiat Littorina des Chemins de fer d'Érythrée en gare d'Asmara

Identification des autorails des FS[modifier | modifier le code]

Les Littorine des FS-Ferrovie dello Stato aujourd'hui Trenitalia, sont codifiées avec un sigle de type : ALx YYY ZZZ.

« AL » caractérise tous les Autorails et Automotrices Légères.

La lettre en minuscule qui suit peut être (n, b, g, e ou v), indique la nature de la traction :

  • n = nafta diesel
  • b = benzina - essence
  • g = gas - gaz
  • e = elettricità - électricité
  • v = vapore - vapeur.

Pour les véhicules remorqués sans moteur, les lettres AL sont remplacées par la seule lettre L.

Si la rame comporte un compartiment bagages bien identifié, la lettre D est ajoutée entre AL (ou L) et la lettre minuscule qui suit. De la même manière, la lettre U indique la présence d'un compartiment postal, la lettre T indique la présence d'une impériale et la lettre H un compartiment réfrigéré (congélateur) pour le transport de denrées périssables.

Pour certaines lignes en concession ou privées à écartement réduit, les rames comportaient la lettre R devant leur identification.

À l'origine, la codification comprenait un premier groupe de deux ou trois chiffres qui indiquait le nombre de places assises. Si le premier chiffre était doublé, cela indiquait que la rame était conçue avec des commandes multiples, pour être accouplée avec d'autres éléments du même type et n'avoir qu'un seul poste de pilotage.

Le second numéro (3 chiffres, sauf pour les moteurs diesel où il y avait un code à quatre chiffres) identifiait le constructeur de la rame :

Le numéro d'ordre progressif complétait la référence.

Exemples :

  1. ALb 48/64, suivi de seulement trois chiffres progressifs, en partant de 100, correspond aux premières rames automotrices mono-moteur à cabine double (et doubles commandes) mises en service par les FS. Ces rames ne pouvaient être accouplées en multiple, chaque mécanicien devait piloter sa rame et le premier communiquait à ses collègues à l'arrière, les phases d'embrayage de départ. Seuls les freins pneumatiques étaient tous commandés par la première rame. La série suivante ALb 80 avec les mêmes caractéristiques, mais avec deux moteurs les propulsaient à la vitesse record de 130 km/h et plus. Ces rames fonctionnaient à l'essence et seront converties au gaz méthane en 1941.
  2. ALn 56 seront motorisées à l'essence puis en diesel par leurs deux principaux constructeurs Fiat Ferroviaria et Breda C.F.. Elle n'étaient encore pas accouplables en multiple comme les ALb 48/64. Ces séries se montreront fiables, robustes et très sûres au point d'inciter les FS à développer ce type de matériel qui sera largement exporté.
  3. ALn 556.1268 : identifiait une rame avec 56 places assises avec commandes multiples (premier chiffre doublé) construite par Fiat Ferroviaria (1, premier chiffre du second pavé numérique) et numéro d'ordre 268.
  4. ALn 448.2008 identifia une rame de 48 places assises avec commandes multiples, construite par Breda dont le numéro d'ordre est 008.
  5. RALn60 identifie une rame à écartement réduit (950 mm) avec moteur diesel, de 60 places assises, non accouplable en multiple.

Pour les rames ALn 668, le chiffre 3 de la série 3000, 3100 et 3300 ne fera plus référence au constructeur qui sera toujours Fiat Ferroviaria, concepteur et seul constructeur.

Une FS ALn 556 Littorina en 1960

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Giornale Luce B0172 del 2/12/1932 « S.E. il capo del governo si è recato nell'Agro Pontino su di una nuova auto-vettura ferroviaria che può raggiungere una velocità oraria di 118 km. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]