Feux de forêt de 2023 au Canada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Incendies de forêt au Canada en 2023
Vue aérienne du feux de forêt au Québec .
Pays
Lieux
Statistiques
Date de début
Superficie brûlée
6 294 480 hectaresVoir et modifier les données sur Wikidata

Les feux de forêt de 2023 au Canada sont une série de feux de forêt au Canada. Des centaines de foyers sont déclarés au total, dont des dizaines qui deviennent hors de contrôle, obligeant les autorités à évacuer des dizaines de milliers de personnes des régions menacées par les flammes et les fumées. Ils font partie d'une vaste série d'incendies touchant l'ensemble du Canada à cette date. Les feux de forêts impactent la qualité de l’air du Québec et de la côte est des États-Unis.

Ampleur globale[modifier | modifier le code]

Ampleur globale fin juillet[modifier | modifier le code]

Carte
Carte des feux de forêts de 2023 au Canada (données)

Selon Radio-Canada, qui cite les chiffres et les cartes de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU), organisme gouvernemental, plus de 12 millions d’hectares de forêt ont été détruits depuis le début de l’année 2023, surtout dans l’Ouest et dans l’Est du pays, et les principaux foyers ne sont toujours pas maîtrisés début août[1].

Cette surface globale de forêts parties en fumée, tout en étant provisoire, correspond en gros à l’équivalent d’un quart de la superficie de la France métropolitaine. Une catastrophe d’une telle ampleur est sans précédent dans l’histoire du Canada.

Ampleur globale fin août[modifier | modifier le code]

Plus de 6 068 feux se sont déclarés au Canada depuis début le début de la saison. 1 063 sont encore actifs, dont 686 jugés hors de contrôle. Au total la barre des 16 millions d’hectares brûlés a été franchie. La province du Québec a été la plus durement touchée, dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue[2].

Causes et facteurs favorables[modifier | modifier le code]

Les incendies ont surtout été déclenchés par des impacts de foudre lors d’épisodes orageux[3]. Ainsi, en mai 2023, plusieurs feux se sont allumés et répandus en peu de temps, ce qui a surchargé les services de lutte aux incendies de forêt.

Favorisant le propagation, les faibles quantités de neige de l’hiver 2022-23 ont laissé peu d’humidité dans le sol, occasionnant un desséchement rapide de la végétation[4],[5]. Plusieurs arbres ont aussi été endommagés lors d'une tempête de verglas, ce qui a augmenté le combustible disponible en ajoutant du bois mort à la litière de feuilles desséchées. L'absence de fortes pluies a maintenu et aggravé le problème par la suite.

Situation par province[modifier | modifier le code]

Alberta[modifier | modifier le code]

En date du , 105 incendies sont toujours actifs dans la province, 82 étaient hors de contrôle. En incluant l’aide internationale et les membres des forces armées canadiennes, 951 pompiers sont alors déployés en Alberta[6]. Dans l'ensemble du Canada, 885 incendies dont 600 hors de contrôle sont recensés.

Le , un hélicoptère Bell 205 d'une société privée gréé en bombardier d'eau s'écrase près de Rivière-la-Paix en luttant contre les feux de forêt. Le pilote, Ryan Gould[7], est mort[8].

Statistiques Canada annonce en juillet que la centaine de feux ayant ravagé l’Alberta au cours du mois de mai ont causé une baisse de 6,6 % de la production de gaz naturel et de pétrole conventionnel[9].

Colombie-Britannique[modifier | modifier le code]

Le , le gouvernement de la Colombie-Britannique annonce, alors que la province est touchée par près de 360 incendies de forêt, le décès de Devyn Gale, pompière de 19 ans, tuée par la chute d’un arbre lors d’un incendie de forêt près de Revelstoke[10].

À la fin du mois de juillet, un pompier ontarien de 25 ans décède à la suite du renversement de son véhicule tout-terrain alors qu’il participait à la lutte contre le feu de Donnie Creek, à environ 150 km au nord de Fort St. John[7].

Nouvelle-Écosse[modifier | modifier le code]

En Nouvelle-Écosse, ils couvrent une superficie de 200 km2, principalement dans le comté de Shelburne[11]. Des ordres d'évacuation et des états d'urgence locaux ont été mis en place, entraînant l'évacuation de plus de 20 000 personnes[12].

Québec[modifier | modifier le code]

La ville de Chibougamau, sous la fumée des feux de forêts, le 22 juin 2023.

Le , la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) indique que vingt incendies étaient actifs dans la zone intensive, 70 dans la zone nordique et que, depuis le début de l'année, 1 539 688,1 hectares ont été brûlés en zone intensive et 3 580 256,7 hectares en zone nordique[13]. Des feux de grande ampleur ont éclaté en Abitibi-Témiscamingue, sur la Côte-Nord et dans le Nord-du-Québec[14]. Le gouvernement du Québec évacue les régions les plus touchées.

Évacuations[modifier | modifier le code]

Le gouvernement du Québec a mis en place le une indemnité forfaitaire de 1 500 $ par résidence évacuée sur recommandation ou ordre tandis que pour les communautés autochtones, l’indemnisation sera réalisée par Services aux Autochtones Canada. Les municipalités doivent se voir rembourser des débours pour l’ensemble des mesures liées aux évacuations tandis que les organismes de secours doivent se voir rembourser de certaines dépenses de fonctionnement supplémentaires[15].

Aide internationale[modifier | modifier le code]

La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) a reçu l’assistance de l’Union européenne le à la suite du déclenchement du mécanisme européen de protection civile. La France, l’Espagne et le Portugal fournissent des détachements rassemblant près de 300 sapeurs-pompiers tandis que le centre de coordination de la réaction d'urgence fournit un expert[16].

Le détachement français, commandé par le général Éric Flores, directeur du SDIS de l’Hérault et vice-président de la fédération nationale des sapeurs-pompiers, est composé de 58 sapeurs-pompiers et 42 sapeurs-sauveteurs de l’UIISC 1[17].

Origine des détachements européens[18].
Origine du détachement Effectif
Drapeau de la France France 109
Drapeau de l'Espagne Espagne 100
Drapeau du Portugal Portugal 140, dont 30 issus de la réserve européenne de protection civile
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 1 officier de liaison de l’ERCC

Les renforts européens, qui se voient équiper de bottes de feu spécifiques et sont formés aux spécificités du terrain québécois qui ne permet pas l’usage de véhicules de lutte contre les feux de forêts[19], sont déployés sur les incendies de la région de Chibougamau (détachements français et espagnol) et de Lebel-sur-Quévillon (détachement portugais, avec appui de renforts étasuniens[20].

Un deuxième détachement de 120 sapeurs-pompiers et sapeurs-sauveteurs prend la relève le 28 juin avant d’être remplacé par un détachement de même valeur le 19 juillet. Ce dernier détachement comprend notamment des techniciens chargés de déployer le module de télécommunication Fenics. Les efforts de ces différents détachement ont été concentrés autour de Pascagama, Windfall et Chibougamau[21]. Afin d’assurer la liaison avec les sapeurs-pompiers locaux, un officier de liaison travaille au sein du poste de commandement de la SOPFEU et un autre à Winnipeg au Centre interservices des feux de forêts du Canada[22]. Le 10 août 2023, la mission du dernier détachement français se termine[23].

Les États-Unis, le Mexique et l’Afrique du Sud ont également fourni une assistance[17], de même que la Corée du Sud qui a déployé un détachement de 150 pompiers le [24].

Territoires du Nord-Ouest[modifier | modifier le code]

En , tous les habitants de la ville de Yellowknife reçoivent l'ordre d'évacuer avant midi le , en raison des incendies[25]. L'ordre d'évacuation s'applique également aux communautés de Ndilǫ, Dettah et de la route Ingraham Trail[26]. À cette date, il y a plus de 230 incendies de forêt dans les Territoires et jusqu'à 20 000 km2 sont brûlés[27].

Le , près de 4 500 personnes évacuées de la région de Yellowknife sont enregistrées au centre d'accueil d'urgence d'Edmonton[28].

Exploitation forestière[modifier | modifier le code]

Les incendies amènent de nombreuses entreprises à suspendre leurs activités avec un impact important (6,8 %) sur le prix des contrats à terme pour le bois d’œuvre[29].

Le ministre de la Sécurité publique François Bonnardel, indique début juin sa volonté d’autoriser dès que possible l’industrie forestière à récolter les bois brûlés. Ceux-ci devant être récupérés le plus rapidement possible afin d’éviter les attaques des insectes xylophages tels que le longicorne noir ou le fendillement dû au séchage rapide[30]. L’industrie forestière demande la mise en place rapide de plans d’exploitations spéciaux afin de pouvoir exploiter ce bois[31].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Qualité de l’air[modifier | modifier le code]

Le , les fumées des incendies atteignent une grande partie de la côte est des États-Unis, notamment la ville de New York qui avait été concernée dès le 6 juin[32]. L’Agence de protection de l’environnement des États-Unis déclenche en conséquence une alerte orange pour un territoire de 100 millions d’habitants allant de Chicago à Atlanta tandis que Washington et New York sont placées en alerte rouge[33].

L’importance des incendies impacte de manière importante la qualité de l’air, notamment sur les terres des communautés crie ou atikamekw, amenant à recommander le port de masques N95[34].

Le , Environnement et Changement climatique Canada a émis un avertissement au smog[35].

Bilan carbone[modifier | modifier le code]

Avec plus de 130 000 km2 de forêt détruite, les incendies de forêt canadiens ont dégagé, à la fin du mois de juillet, plus de 290 Mt de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Le gouvernement fédéral a prévu de planter deux milliards d’arbres d’ici 2030, mais il est recommandé par des universitaires d’adapter les essences afin de limiter le risque incendie dans la forêt boréale qui ne joue désormais plus son rôle de puits de carbone[36].

Complotisme[modifier | modifier le code]

Cet incendie engendre fortement le complotisme mené notamment par le politicien Maxime Bernier, celui-ci prétendant qu'« ils sont allumés par des écoloterroristes payés par le gouvernement afin de favoriser le confinement et les mesures de rétorsion contre les populations les défavorisant dans le but notamment du Great Reset » (voir aussi Nouvel ordre mondial (théorie du complot))[37],[38],[39], ce complotisme inquiétant menaçant les pouvoirs les démocraties selon leurs détracteurs[40], théories également développées par ceux-ci suites aux incendies des Iles Haiwaii ce même été 2023[41].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Carte d'évolution des incendies des feux de forêt au Québec (Canada) ».
  2. Hélène Jouan, « Après le feu « 344 », l’un des plus grands brasiers de l’été au Québec, l’avenir obscurci de la forêt boréale », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  3. Solenne Le Hen, « "C'est apocalyptique !" : au Canada, des feux de forêts incontrôlés ravagent le nord du Québec », (consulté le ).
  4. France Info, « Incendies au Canada : "Le nombre de grands feux va augmenter", avertit une spécialiste », (consulté le ).
  5. L. de la Mornais et A. Filippi, « Incendies au Canada : des pompiers français venus prêter main-forte », (consulté le ).
  6. Patrick MacIntyre, « Une troisième personne perd la vie en combattant les incendies de forêt », sur La Presse,
  7. a et b Chuck Chiang, « Un autre pompier perd la vie en combattant un feu de forêt en Colombie-Britannique », sur ledevoir.com, (consulté le ).
  8. (en) André Orban, « Helicopter fighting wildfire crashes in northwestern Alberta, Canada, killing its pilot », sur www.aviation24.be, (consulté le ).
  9. Tiphanie Roquette, « Les feux de forêt provoquent un recul du secteur énergétique en Alberta », sur ici.radio-canada.ca, (consulté le )
  10. La Presse canadienne, « Une pompière de la Colombie-Britannique meurt en combattant un incendie de forêt », sur ledevoir.com, (consulté le )
  11. « Point tournant pour les incendies de forêt en Nouvelle-Écosse », sur La Presse, (consulté le ).
  12. « Journée éprouvante pour les pompiers en Nouvelle-Écosse, où 16 feux de forêt font rage », sur Radio-Canada, (consulté le ).
  13. SOPFEU, « Statistique — Tableau par mois et par cause »
  14. Alexis Riopel, « Les feux de forêt au Québec, en cartes et en chiffres », sur Le Devoir, (consulté le ).
  15. « Feux de forêt : Québec remettra 1500 $ par résidence évacuée », sur ici.radio-canada.ca, (consulté le ).
  16. (en) Direction générale de la protection civile et opération d’aide humanitaire européennes, « Wildfires: almost 300 European firefighters mobilised to support Canada », (consulté le ).
  17. a et b Isabelle Bris, « Incendies au Canada : neuf pompiers du Gard et de l'Hérault décollent vers des feux hors de contrôle », (consulté le ).
  18. (en) ERCC, « Canada – Wildfires », (consulté le ).
  19. Henri Ouellette-Vézina, « Pompiers français au Québec », sur lapresse.ca, (consulté le ).
  20. (en) Ana Ascenção e Silva, « In photos: European firefighters deployed to tackle devastating wildfires in Canada », (consulté le ).
  21. Ambassade de France au Canada, « Feux de forêt au Canada : arrivée d’un 3ème détachement français », (consulté le )
  22. Ambassade de France au Canada, « Feux de forêt au Canada : arrivée du 2ème détachement français », (consulté le )
  23. DGSCGC, « Fin de mission », sur www.twitter.com, (consulté le ).
  24. Henri Ouellette-Vézina et Alice Girard-Bossé, « Des pompiers de la Corée du Sud arrivent en renfort », (consulté le ).
  25. « Incendies de forêt: Ordre d’évacuation pour les habitants de Yellowknife », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. (en) Carrie Tait et Alanna Smith, « Yellowknife, other Northwest Territories towns ordered to evacuate due to wildfire threat », The Globe and Mail,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. (en) « Trudeau to convene N.W.T. wildfires meeting amid territorial emergency, evacuation orders », sur CTV News, (consulté le ).
  28. Léopold Picot, « Incendies au Canada: les évacués affluent dans la ville d'Edmonton », sur rfi.fr, (consulté le )
  29. La Presse canadienne, « Les feux de forêt forcent l’interruption des activités de certaines forestières », sur ici.radio-ca-canada.ca, (consulté le ).
  30. Charles-Étienne Drouin, « Récupérer le bois brûlé au Québec à des fins commerciales », sur ici.radio-canada.ca, (consulté le ).
  31. David Rémillard, « Québec doit autoriser la récolte du bois brûlé « excessivement rapidement » », sur ici.ca-canada.fr, (consulté le ).
  32. France Info, « Incendies au Canada : la fumée venue du Québec plonge New York et la côte est des Etats-Unis dans un brouillard apocalyptique », (consulté le ).
  33. France Info, « Incendies au Canada : plus de 100 millions d'habitants des Etats-Unis concernés par des alertes à la qualité de l'air », (consulté le ).
  34. Marie-Laure Josselin, « Moins menacées par les feux, des communautés autochtones incommodées par la fumée », (consulté le ).
  35. La Presse canadienne, « Les feux de forêt plombent la qualité de l’air au Québec », (consulté le ).
  36. Léopold Picot, « Perdre sa forêt ou la modifier: le Canada face au bilan carbone des incendies », sur rfi.fr, (consulté le ).
  37. Léa Martin, « Maxime Bernier et des complotistes prétendent que les feux sont allumés par des écologistes », sur 24 heures, (consulté le )
  38. Josée Legault, « Il faut (malheureusement) parler de Maxime Bernier », sur Le Journal de Montréal, (consulté le )
  39. Richard Labelle, « Les feux de forêt, la faute des «terroristes verts», selon Maxime Bernier. », sur 104.7 Outaouais, (consulté le )
  40. https://www.ledevoir.com/environnement/796876/des-complotistes-remettent-en-question-l-origine-des-feux-de-foret-au-canada
  41. https://www.tf1info.fr/high-tech/amazon-incendie-a-hawai-un-livre-ecrit-par-une-intelligence-artificielle-chatgpt-alimente-les-theories-complotistes-2266893.html

Articles connexes[modifier | modifier le code]