Incendie du Carmel de 2010

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’incendie à ses débuts.
Fumée au-dessus de la baie de Haïfa
Mount Carmel forest fire14.jpg
AERONET Nes Ziona.2010337.aqua.250m.jpg

L’incendie du Carmel est un important incendie de forêt qui ravage le massif du Carmel, près de Haïfa, dans le nord d’Israël. Le feu détruit complètement la surface entre Isfiya (en), Beit Oren (en) et Tirat Carmel. On dénombre 44 victimes[1],[2], en majorité des gardiens de prison et des policiers. Le , le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, demande à la Russie, la Grèce, Chypre et l’Italie, un support aérien pour maîtriser l’incendie, considéré comme le plus meurtrier de l’histoire de l’État d’Israël[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le mont Carmel est une montagne côtière en Israël surplombant la mer Méditerranée. De forme triangulaire, le mont Carmel mesure environ 8 km de large sur 39 de long. Il est en pente douce vers le sud-ouest et forme une crête abrupte sur la face nord, à 546 m d’altitude[3]. La vallée de Jezreel se trouve immédiatement au nord. La ville de Haïfa se trouve en partie à flanc du mont Carmel, ainsi que quelques petites villes, Yokneam à l’est, Zikhron Yaakov au sud, la ville druze d'Ir ha-Karmel (fusion de Daliat el Karmel et Isfiya (en)) plus au centre, les villes de Nesher, Tirat Carmel au nord et le kibboutz Beit Oren (en) situé au cœur du mont Carmel.

Le Carmel comprend de vastes régions forestières, composées essentiellement de pin, favorisant la combustion[4]. Au fil des ans, de nombreux incendies ont eu lieu sur le Carmel, ravageant des centaines de milliers de dounam[5] de forêt.

Israël, région déjà naturellement relativement aride, a connu une sécheresse exceptionnelle pendant plus d’un mois. L’automne 2010 est caractérisé par un arrêt anormal de la pluviométrie, dans des conditions extrêmement sèches consécutives à 10 mois sans précipitations, conditions qui favorisent la propagation des incendies.

L’incendie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Vue de Haïfa, le soir du 2 décembre.

Dans la matinée du 2 décembre 2010, vers 11 h heure locale, un incendie se déclare à l’ouest d’Isfiya. Un instructeur de vol constatant un début d’incendie donne l’alerte. Les premiers Canadairs arrivent deux heures plus tard. Au cours de la journée, les vents forts ont attisé les flammes et l’incendie se propage rapidement vers la région de Nahal ’Hik, du kibboutz Beit Oren (en) entièrement détruit par les flammes et de la prison Damon.

Avec le déclenchement de l’incendie, les forces de sécurité ont commencé l’évacuation des résidents de la région. Dans la soirée du , les villages de Nir Etzion (en), Ein Hod, le village arabe de Ein Houd (en), le quartier Danya de Haïfa, Tirat Carmel, Kfar Sitrin, un hôpital psychiatrique de la région et des campements de l’armée sont évacués. L’Université de Haïfa est également évacuée, un poste de commandement est établi sur place pour la police israélienne, le Service pénitentiaire d’Israël, le Magen David Adom, les pompiers et l’armée israélienne.

Incident de l'autobus du service pénitentiaire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Peu après le début de l’incendie, la prison Damon appelle des renforts afin d’évacuer les prisonniers. Un bus du service pénitentiaire transportant des cadets venus en renfort prend feu sur le chemin ; 40 personnes sur environ 50 voyageant dans le bus sont tuées. On dénombre également de nombreux blessés parmi les policiers et les pompiers qui se trouvaient dans un véhicule suivant le bus.

Tentative d’extinction[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Avion bombardier d'eau Canadair CL-415 de la force aérienne grecque.
Le Boeing 747 Supertanker de Evergreen International Aviation en intervention le 5 décembre 2010.

370 pompiers déployés sur les lieux du sinistre tentent de maîtriser les flammes, sans succès. Devant le manque de moyens des pompiers israéliens, l’armée mobilise deux bataillons et le gouvernement fait appel à l’aide extérieure dont la Turquie, la France, les États-Unis ou la Grèce, il est finalement éteint le 5 décembre[2].

Bilan de l'aide internationale :

Azerbaïdjan : 2 hélicoptères
Bulgarie : 1 avion et 92 pompiers
Croatie : 1 avion, 8 pompiers et du matériel de répression du feu
Chypre : 1 avion et 1 hélicoptère
Égypte : des matériaux répression feu et un expert
France : 5 avions et plusieurs dizaines de milliers de tonnes de matériel de lutte contre le feu
Allemagne : 1 avion, 7 experts en lutte contre l’incendie et du matériel de lutte contre le feu
Grèce : 7 avions, 34 pompiers et du matériel de répression du feu
Pays-Bas : 5 experts en lutte contre les incendies
Italie : 1 avion et du matériel de répression du feu
Jordanie : 3 camions anti-incendie et les matériaux
Autorité palestinienne : 21 pompiers et 3 véhicules de pompiers
Russie : 3 avions et 22 experts en lutte contre les incendies
Espagne : 5 avions
Suisse : 1 avion, 3 hélicoptères et une équipe de 14 pompiers
Turquie : 2 avions
Royaume-Uni : 2 hélicoptères
États-Unis : 5 avions, 11 experts en lutte contre l’incendie et du matériel de répression feu (la plupart étant organisé par la mairie de New York)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Ahiya Raved, « Israel’s Deadliest Fire Leaves 40 Dead », Ynetnews,‎ (lire en ligne).
  2. a et b L’incendie du mont Carmel en Israël est éteint, une 42e victime, dépêche Reuters, L’Express, publiée le 6 décembre 2010.
  3. Cheyne et Black, Encyclopaedia Biblica
  4. (he) שריפות אינן קורות, הן נגרמות, ד"ר נורית קינן
  5. (he) Réserve naturelle du Carmel sur le site Snunit.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :