Fantaisie pour piano opus 77

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Thème central de la fantaisie op. 77 de Beethoven: Allegretto.

La Fantaisie op. 77 en sol mineur est une œuvre pour piano seul de Ludwig van Beethoven composée en 1809. Cette pièce d'un seul mouvement représente selon Carl Czerny et Ignaz Moscheles un témoignage de l'art de l'improvisation de Beethoven[1],[2].

Présentation de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Cette fantaisie correspond à une commande du compositeur et éditeur Muzio Clementi[3], en 1807. Composée par Beethoven en 1809[3], en même temps que sa Sonate op.78, la Fantaisie en sol mineur op. 77 est dédiée à son ami le comte Franz von Brunswick[3], un homme qu'il estimait beaucoup et auquel il avait déjà dédié la sonate op.57 dite « Appassionata ».

La première de la fantaisie a probablement eu lieu lors d'un concert au profit de Beethoven donné au Theater an der Wien, le [4], avec également au programme les cinquième et sixième Symphonies, le quatrième concerto pour piano et la Fantaisie Chorale, opus 80. L'annonce pour ce concert indique que la troisième œuvre de la seconde partie serait une « Fantaisie pour Pianoforte seul ». Barry Cooper a suggéré que l'improvisation réalisée par Beethoven lors de ce concert « a pu donner naissance à une composition écrite l'année suivante, la Fantaisie opus 77 »[5] et Mocheles racontait qu'il ne pouvait l'entendre sans qu'elle lui évoque le souvenir de Beethoven improvisant[1].

L'édition originale fut assurée à Leipzig par Breitkopf & Härtel en novembre 1810. Le titre est en français: « Fantaisie pour le Pianoforte composée et dédiée à Monsieur le Comte François de Brunswick par L.v.Beethoven »[6]. Artaria la publia à Vienne en décembre 1810 et Clementi la publia à Londres en août 1810.

Cette œuvre s’inscrit dans la filiation directe des fantaisies de Carl Philipp Emanuel Bach, comme l’affirmait l’Allgemeine musikalische Zeitung de Leipzig lors de l’annonce, le [2], de la parution de l’opus 77. Déjà, dans une lettre du [7], Beethoven avait demandé à Breitkopf de lui faire parvenir les pièces pour clavier de son aîné, qu’il estimait indispensables « à tout véritable artiste tant pour se faire plaisir que pour s’instruire ». À son intérêt pour une écriture s’inspirant de l’improvisation s’ajoutait la volonté de partir de sources anciennes, tirées notamment de Johann Sebastian et Carl Philipp Emanuel Bach dont il connaissait le traité[8] pour l’avoir utilisé au cours de sa formation, afin de leur apporter un regard nouveau. L’ouverture de la Fantaisie en sol mineur évoque l’improvisateur préludant à l’instrument dans le but de rassembler des idées musicales dictées par l’inspiration et destinées à donner naissance à l’œuvre à venir[2].

Conçue pour mettre en valeur les qualités d'improvisateur de Beethoven, elle paraît être sortie du cadre formel habituel pour produire un exemple extrême du genre. Les différentes sections qui se succèdent font apparaître une large variété de motifs – fragments de gammes en sol mineur, arpèges modulants, octaves brisées – des changements incessants de tempi, de caractères et de textures ainsi que de surprenantes modulations qui, avec les traits non mesurés, ne sont pas sans rappeler C. P. E. Bach. Cette recherche aboutit au thème dolce en si majeur développé en sept variations qui s’enchaînent en s’amplifiant[2].

Structure[modifier | modifier le code]

La fantaisie est écrite en un seul mouvement :

Allegro/Poco adagio, 4/4, Sol mineur - Allegro, ma non troppo, 6/8, Si bémol majeur - Allegro con brio, 2/4, Ré mineur - Adagio, 2/4, La bémol majeur - Presto, 2/4, Si mineur - Allegretto, 2/4, Si majeur - (245 mesures)[9]

Sa durée d’exécution est d'environ 10 minutes[10].

Repères discographiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean Massin et Brigitte Massin, Ludwig van Beethoven, Fayard, , 845 p. (ISBN 978-2-213-00348-1), p. 665
  2. a b c et d Elisabeth Brisson, Guide de la musique de Beethoven, Fayard, coll. « Les Indispensables de la musique », , 878 p. (ISBN 9 782213 624341 et 2213624348), p. 490
  3. a b et c Barry Cooper, Dictionnaire Beethoven, J.C.Lattès, 1991, 613 p. (ISBN 978-2-7096-1081-0), p. 416.
  4. Élisabeth Brisson, Ludwig van Beethoven, Fayard, , 239 p. (ISBN 2-213-62257-4), p. 125
  5. Cooper 1991, p. 29.
  6. L'édition originale est visible sur Beethoven-Hauss Bonn, consulté le 26 novembre 2012.
  7. * Ludwig Van Beethoven, Les lettres de Beethoven : L'intégrale de la correspondance 1787-1827, préface de René Koering (traduction d'après l'allemand par Jean Chuzeville, suivant l'édition anglaise établie en 1960 par Emily Anderson, Actes Sud, coll. « Beaux Arts », , 1737 p. (ISBN 978-2-7427-9192-7), p. 260
  8. C. P. E. Bach, Essai sur la véritable manière de jouer les instruments à clavier, Édité par Breitkopf en 1762
  9. Toutes les indications de tonalité, nuances, mesure ont été relevées sur l'édition originale visible sur Beethoven-Hauss Bonn, consulté le 26 novembre 2012.
  10. Durée moyenne basée sur les enregistrements discographiques cités
  11. Enregistrement salué par un Diapason d'or dans le magazine Diapason no 586 du mois de décembre 2010, p. 78.
  12. Enregistrement salué par un Diapason d'or dans le magazine Diapason no 385 du mois de septembre 1992.
  13. Enregistrement contenu dans l'intégrale Ludwig van Beethoven éditée par Brilliant Classics (2007).

Liens externes[modifier | modifier le code]