Falaise (Ardennes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Falaise
Falaise (Ardennes)
Mairie de Falaise.
Blason de Falaise
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Vouziers
Intercommunalité Communauté de communes de l'Argonne Ardennaise
Maire
Mandat
Jacques Lantenois
2020-2026
Code postal 08400
Code commune 08164
Démographie
Gentilé Falairots, Falairottes
Population
municipale
333 hab. (2018 en augmentation de 2,46 % par rapport à 2013)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 45″ nord, 4° 43′ 48″ est
Superficie 9,52 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Vouziers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Attigny
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Falaise
Géolocalisation sur la carte : Ardennes
Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Falaise
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Falaise
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Falaise

Falaise est une commune française située dans le département des Ardennes, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le bourg principal de Falaise est situé en haut d'une falaise de gaize, sur le versant est de la vallée de l'Aisne. Le haut de cette falaise de gaize domine d'une cinquantaine de mètres la rivière, qui passe plus bas à environ 105 m d'altitude. Le territoire de la commune se partage entre la vallée de l'Aisne, ses prairies et ses quelques cultures, et le plateau en hauteur, se rattachant à l'Argonne[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Falaise est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vouziers, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 45 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune tire son nom de cette position au sommet d'une falaise. On trouve différentes variantes du nom comme Falesia en 840, Falisia en 1023, Faloisa en 1175, Faloisia en 1278, Falessia en 1255, Faloise en 1239, Faloize en 1375, Fallaise au XVIIe siècle et Falaise à partir du XVIIIe siècle[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Comme dans d'autres lieux dominant la vallée de l'Aisne, des traces d'implantation au début de notre ère ont été trouvées sur le territoire de la commune[1]. Vers le milieu du IXe siècle, un moine dérobe dans une église de Rome les restes d'Hélène (mère de Constantin) qu’il rapporte à l’abbaye bénédictine d’Hautviller dans le diocèse de Reims, pour favoriser le développement de pélerinage et augmenter ainsi les ressources de cette abbaye[6]. Cette translation de reliques aurait comporté un dépôt temporaire de ces reliques dans le pays de Voncq (in pagum Vonciacum) et plus précisément à Falaise (Fallesiam) selon le récit établi par un autre moine, Altmann (Altmannus)[1],[7].

Au XVIe siècle, le village de Falaise (Falloise) est inclus dans les possessions de la famille d'Orthe (ou d'Ort), famille ayant embrassé la religion protestante. Ce culte s'implante sur place et des familles protestantes y subsistent jusqu'au milieu du XVIIe siècle[1].

Le village est longtemps un passage obligé pour les voyageurs désireux de traverser l'immense forêt d'Argonne, par la trouée de La Croix-aux-Bois. Le 27 août 1870, la 3e division d'infanterie du général Dumont, faisant partie de l'armée de Châlons (dirigée par le maréchal de Mac Mahon), campe sur le territoire de la commune. 24 heures plus tard, le 28 août, des troupes allemandes sont sur place, tuent un habitant et mettent le feu au village. Au cours des deux guerres mondiales, Falaise n'est guère épargnée non plus. Le Kronprinz y fait construire en 1916 un bunker appelé « die Zane ». Le village est libéré le 1er novembre 1918, après des combats acharnés, notamment à la ferme de La Pardone[1]. En 1944, des commandos américains franchirent l'Aisne pour délivrer le village.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 René Busquet[8]    
mars 2014 En cours
(au 28 mai 2020)
Jacques Lantenois [9]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11].

En 2018, la commune comptait 333 habitants[Note 3], en augmentation de 2,46 % par rapport à 2013 (Ardennes : −3,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
456496492482511536534566550
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
562498518509486527452457508
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
470352375372344338349322306
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2018
269253326326342344346325333
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église gothique du XVIe siècle dédiée à Saint-Victor.
  • Point de vue sur la vallée de l'Aisne.
  • Chapelle allemande de 1917 rénovée en juillet 2014.
  • Croix Strady (calvaire).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Falaise

Les armes de Falaise se blasonnent ainsi :

tranché au 1) d’argent au lion de gueules posé sur le trait de la partition et un pont d’une arche d’azur mouvant de la pointe et des flancs, au 2) de sinople à l’étoiles d’or [14].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Octave Guelliot, Dictionnaire historique de l'arrondissement de Vouziers, t. IV, Charleville-Mézières, Éditions Terres Ardennaises, , 132 p. (ISBN 2-905339-51-9), « Falaise », p. 29-38
  2. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  3. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  6. Michèle Gaillard, « Les Reliques. Objets, cultes, symboles », Médiévales, vol. 20, no 40,‎ , p. 168-169
  7. Hubert Collin, Les Églises anciennes des Ardennes, Édition de l'office départemental du tourisme des Ardennes, , 178 p., « Falaise », p. 64-66
  8. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  9. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020)
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=9666

Liens externes[modifier | modifier le code]