FC Chiasso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
FC Chiasso
Logo du FC Chiasso
Généralités
Fondation 1905
Couleurs rouge et bleu
Stade Stadio Comunale
(11 160 places)
Siège Case postale 204
6830 Chiasso
Championnat actuel Challenge League
Entraîneur Drapeau : Espagne Guillermo Abascal Perez
Site web www.fcchiasso.ch

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat de Suisse de football D2 2017-2018
0

Le Football Club Chiasso est un club de football de la ville de Chiasso en Suisse. Il évolue en Challenge League. Ses matchs à domicile se déroulent au stade communal de Chiasso (capacité 11 160 places). Ses couleurs sont le rouge et le bleu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Le club a été fondé le 16 octobre 1905 par une association très populaire à l'époque: le Grotto del Carlino. Les sponsors d'alors étaient Felix Regli et César Chiesa, employés aux services télégraphiques des chemins de fer suisses, auxquels s'ajoutaient Angelo Somaglino et Romeo Sorio des chemins de fer italiens. Dès ses premières années d'existence le club se fait remarquer par son activité, en particulier l'organisation de la coupe Chiasso, un tournoi qui se déroula entre 1906 et 1908 avec les moyens du bord. Le tournoi accueillait des équipes du Tessin et de Milan. Les trois tournois ont été remportés par l'AC Milan. En 1908, les rossoneri (l'équipe du AC Milan) affrontèrent en finale les « noirs et bleus » de l'Inter de Milan, ce qui fut considéré comme le premier derby de l'histoire entre les deux équipes. Le 23 octobre 1910 se disputa la première rencontre du championnat suisse sur le sol tessinois : l'équipe du FC Lugano l'emporte 3 à 1. À noter que les équipes de Chiasso et Lugano furent les deux premières à intégrer la fédération suisse où elles arrivèrent en série C, le troisième et plus bas niveau dans la hiérarchie du football suisse. Le 12 mars 1911 le stade de la rue Brogeda est inauguré; il sera connu sous le nom de stade de la rue Comacini (nom utilisé à partir des années trente à la suite du changement de nom de la rue). C'est également en 1911 que les couleurs de l'équipe sont choisies : le rouge et le bleu.

La période italienne[modifier | modifier le code]

En 1913, trouvant l'activité du football suisse trop faible, le club décide de s'inscrire dans le championnat italien. Ce ne fut pas une entreprise facile pour les dirigeants de l'époque mais grâce à l'appui d'un des plus illustres personnages du football de la province voisine de Lombardie, l'avocat Giovanni Mauro, président du comité régional lombard de la fédération d'Italie de football (FIGC), un accord fut trouvé. En mai 1914, le club de Chiasso joue deux matchs contre les deux premiers de la série « promotion » (la seconde division) afin de déterminer la division dans laquelle le club jouera la saison suivante. Sur le stade Mornello de la commune de Maslianico (où seront joués tous les matchs de cette période italienne), les rouges et bleus battent l'US Cremonese et le Savoia Milano. Grâce à ces victoires, Chiasso intégra la « première catégorie » (la série A de l'époque). La parenthèse italienne dura jusqu'en 1923, date à laquelle le club décida de réintégrer les rangs de la fédération suisse.

Le retour en Suisse et la première promotion en série A[modifier | modifier le code]

Le 12 juin 1927, Chiasso bat le Veltheim Winterthur à Zurich par 5 buts à 1 et obtient sa première promotion dans la plus prestigieuse division helvétique. L'équipe de l'époque était dirigée par son capitaine et entraineur Egildo Raimondi. Elle comprenait Tullio Grassi et Giovanni « Nino » Lupi qui furent les premiers rouges et bleus à revêtir le maillot de l'équipe nationale suisse (la Nati). Ils firent leurs débuts dans l'équipe suisse le 6 octobre 1929 à Prague dans un match contre la Tchécoslovaquie (gagné 5 à 0 par cette dernière). En 1931, à cause d'une réduction du nombre d'équipes dans la série A, le club est rétrogradé. Cet épisode influa notoirement sur le moral de la ville. Le club retrouvera l'élite suisse seulement en 1948.

Les années d'or[modifier | modifier le code]

Impatient de récupérer le temps perdu, Chiasso réalisa des performances impressionnantes dans les années qui suivirent son retour en série A. Ils furent plusieurs fois à un doigt de remporter le titre: quatrième pendant la saison 1949/50, second en 50/51, troisième en 51/52, cinquième en 52/53, et à nouveau troisième en 57/58, saison au cours de laquelle il remporta - l'inutile mais significatif - titre de champion d'hiver. Les supporters rouges et bleus se rappellent sans difficulté les joueurs de l'époque : Ferdinando Puci Riva, Francesco Chiesa, Aldo Binda, Caio Nessi, Francesco Bianchi, Ivano Boldini, et bien d'autres. Puci Riva et Francesco Chiesa intégrèrent plusieurs fois l'équipe nationale suisse. Leur stade (le Comacini) fut plusieurs fois pris d'assaut par les supporters. Le président d'alors était Luciano Pagani.

Le yoyo entre séries A et B[modifier | modifier le code]

Au début des années 1960, le club commence à décliner en alternant entre les séries A et B. Rétrogradé en 1961, il remonte l'année d'après. Il retombe en série B en 1965 et remonte en A en 1972, à nouveau suivi par une retombée deux ans plus tard. En 1969 le nouveau stade communal est inauguré. En 1978 le président Ernesto Parli tente un nouveau redressement. Des joueurs célèbres arrivent, tels que Altafini, Cappellini, Michaelsen, Prosperi, Luttrop et Lussana. La remontée arrive en 1978, mais bien vite l'enthousiasme retombe et une série de mauvais résultats font rechuter le club en série B en 1982. La tête dirigeante du club est remplacée. Bruno Bernasconi arrive à la présidence et réussit à ramener les rouges et bleus en A à la fin de la saison suivante. Au cours de ces années, trois joueurs de formation locale se distinguent: Marco Bernaschina (il disputa deux match avec l'équipe nationale et gagna le championnat suisse avec Lucerne), Walter Pellegrini (il se distingua dans les coupes européennes sous le maillot de Neuchâtel Xamax) et Vittorio Bevilacqua (qui approcha le club de Servette). 1984 coïncide avec la énième rétrogradation. La dernière remontée dans la plus haute catégorie date du 30 mai 1992 (avec le président Roberto « Jimmy » Pagani, et l'entraineur Claude « Didi » Andrey). L'année suivante, le club descend en série B suivi de la descente, après 47 ans dans la ligue nationale, dans la 1e ligue (l'équivalent de la nationale).

Années récentes[modifier | modifier le code]

Les années qui suivirent ne furent pas heureuses pour les rouges et bleus: deux promotions de suite en Challenge League (l'équivalent de la Ligue 2) suivies d'une descente en 1e ligue. En 2003, le club fait sa dernière remontée dans la nouvelle Challenge League. Avec Marco Grassi (qui eut une carrière prestigieuse de footballeur en jouant 31 fois pour l'équipe nationale suisse, imposant notamment sa présence physique lors de nombreuses rencontres du championnat de France de Division 1) à la présidence et Paul Schönwetter (qui a pris la suite de Roberto Galia en avril 2005) en qualité d'entraineur, l'équipe de Chiasso a failli remonter dans la plus haute division (la Super League) à deux reprises. Sous l'impulsion de Marco Grassi, le club nourrit de sérieuses ambitions, comme le prouve le recrutement de l'ancien international italien, Gianluca Zambrotta. Le 27 novembre 2013, Komornicki est démis de ses fonctions et Zambrotta devient entraîneur-joueur du FC Chiasso[1],[2]. À l'issue de la saison 2013-2014, Zambrotta met un terme à sa carrière de joueur pour son consacrer uniquement à son poste d'entraîneur avec Chiasso[3]. À la suite de mauvais résultats, il est démis de ses fonctions en avril 2015[4].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Joueurs célèbres[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]