Eugène Thiery

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thiéry (homonymie).
Eugène Edmond Thiery
Naissance
Décès
Nationalité
française
Activité
peintre
Maître
Œuvres réputées
Le manchon de Francine, 1908.

Eugène Edmond Thiery (né le à Rethel - mort le à Paris) est un artiste-peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un avoué, Thiery fait ses études au collège Notre-Dame de Rethel avant de devenir l'élève du peintre paysagiste Eugène Damas. Ayant abandonné un temps la peinture pour des études de droit, Thiery intègre les cours de Jean-Léon Gérôme. Il réalise vers 1910 les peintures des chapelles Saint-Joseph et de la Vierge Marie ainsi que quatre stations du chemin de croix pour l'église Saint-Jean de Montmartre[1].

Immense tragédie le 31 août 1914: les parents d'Eugène Thiery périssent dans le grand incendie de Rethel[2].

On doit à Eugène Thiery en 1927 les fresques du chœur et des deux nefs de l'église de Nanteuil-sur-Aisne (les mutilations de la Seconde Guerre mondiale n'en ont préservé que, dans le fond du chœur, la Descente de croix du Christ entouré de deux anges), plus tard celle du beffroi de Dreux côté place Métezeau.

Il expose au Salon des artistes français (mention honorable en 1904, médaille de troisième classe en 1908, médaille d'or en 1923)[3], au Salon d'Hiver de 1912 à 1947 et au Salon des indépendants de 1928 à 1930, à la Société des amis des arts de Bordeaux en 1939. Il obtient le Prix Albert Maignan en 1920[3]. On connaît de lui les fresques de la mairie de Rethel.

En décembre 2011, la ville de Rethel organise une exposition en hommage à son œuvre pour commémorer le 50e anniversaire de sa mort[4],[5].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Tableaux[modifier | modifier le code]

On connait surtout à Eugène Thiery des paysages, entre autres ardennais, mais aussi des portraits dont celui d'Albert Lebrun, Président de la République, dont il fut un proche ami.

Restauration[modifier | modifier le code]

On doit à Eugène Thiery la restauration du tableau La pêche miraculeuse attribué à Nicolas Wilbault (1686-1763), église Saint-Nicolas, Rethel[6].

Bibliophilie[modifier | modifier le code]

  • Nouvelles glanes de guerre, 1916-1917, poésies, frontispice gravé par Eugène Thiery, Éditions H. Daragon, Paris, 1918.
  • Charles Leleux, Quand nous étions jeunes - Souvenirs du Collège Notre-Dame de Rethel, 143 illustrations don 27 vues rethéloises par Eugène Thiery, Imprimerie G. de Malherbe & Cie, 1930.
  • Charles Westercamp, Le Laonnois pittoresque - Tome 1, Laon, préface de Paul Lacour, illustration collective dont Alfred de Maghellen, Fernand Pinal, Eugène Thiery, Éditions des Tablettes de l'Aisne, Laon, 1930.

Musées et collections publiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Marcy, Hommage à Eugène Thiery: grand peintre rethelois, in Bulletin archéologique, historique et folklorique, Société des amis de Rethelois et du Porcien, no 40, 1er semestre 1975.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Alain Chapellier, Eugène Thiery, in Des hommes aux racines d'Ardennes - Biographies et généalogies, Tome 7, Éditions généalogiques de la voûte, 2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]