Emmanuel Aegerter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Emmanuel Aegerter
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Emmanuel Aegerter, né le à Cahors et mort le à Paris, est un écrivain, historien et poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Plaque apposée au 33 rue de Coulimers, Paris 14e.

D’origine américaine par son père et quercynois par sa mère, Emmanuel Aegerter a passé son enfance à Cahors dans le Lot dont il s'est fait un port d'attache toute sa vie[1]. Il a poursuivi ses études et sa carrière à Paris[2].

Emmanuel Aegerter a écrit des ouvrages sur les religions, Saint-Just, Lénine, Joachim de Flore, Guillaume Apollinaire[3], le mysticisme[4],[5], les hérésies du Moyen Âge[6],[7],[8],[9],[10], le quiétisme et Mme Guyon, Vatel.

Comme poète, André Dumas le cite dans son anthologie de 1937, Poètes nouveaux, consacrant plusieurs pages à sa biographie et à quelques morceaux choisis[11]. Il a collaboré à La Nouvelle Revue française, dans laquelle il a publié par exemple le 1er septembre 1942, un article sur « Apulée et la métaphysique du IIe siècle ».

Œuvre[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive
  • L’Évangile éternel de Joachim de Flore, première traduction française précédée d’une biographie, par Emmanuel Aergerter, Rieder, Paris, Mayenne, impr. Floch, 1928.
  • La vie de Saint-Just, Paris, Nouvelle revue française, Librairie Flammarion, 1929.
  • L’idole de Dagon, Paris, Nouvelle société d’édition, 1934.
  • Lénine ou l’avènement du matérialisme, Paris, Édition littéraire internationale, 1935
  • Les Hérésies du Moyen-Âge, collection Mythes et Religions, Paris, Leroux 1939.
  • Madame Guyon. Une aventurière mystique, Paris, Librairie Hachette, 1941.
  • Les grandes religions, Que sais-je ? Presses universitaires de France, Paris, (1re éd. 1941, 4e éd. 1942, 5e éd. 1947, 6e éd. 1950, 7e éd. 1954, 8e éd. 1956)
  • Guillaume Apollinaire, avec Pierre Labracherie, Paris, Éditions littéraires, 1943.
  • Au temps de Guillaume Apollinaire, avec Pierre Labracherie, Paris, René Julliard, 1945.
  • Le Mysticisme, Paris, Flammarion, 1952.
  • (…)

Poésie[modifier | modifier le code]

  • La Chimère dans le parc, (1914).
  • Les comédiens d’Elseneur, (1922).
  • Les Âmes sous l’autel, (1924).
  • Dix poèmes freudiens, (1927).
  • Les poèmes d’Europe, (1929).
  • (…)

Prix[modifier | modifier le code]

  • 1933 : Grand Prix de la Maison de Poésie[12]

Sources et documents[modifier | modifier le code]

  • Anthologie des poètes quercynois contemporains, Introduction de JH Maureille. Éditeur Revue Quercy Imprimerie Coueslant Cahors 1943

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Duveau, in « Anthologie des poètes quercynois contemporains », Introduction de JH Maureille. Éditeur Revue Quercy, Imprimerie Coueslant Cahors 1943
  2. Revue de la Société d’Histoire et d’Archéologie du 14e, n° 23, Paris.
  3. Émile Henriot, « Le souvenir de Max Jacob », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. A. Guillaumont, « Emmanuel Aegerter. Le mysticisme », Revue de l'histoire des religions, no 1,‎ , p. 122 (lire en ligne)
  5. Jean Lacroix, « Le mysticisme », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. Albert Vincent, « E. Aegerter, Les Hérésies du Moyen Âge (Collection Mythes et Religions) », Revue des Sciences Religieuses, no 1,‎ , p. 224 (lire en ligne)
  7. Louis Bréhier, « Emmanuel Aegerter. Les Hérésies du Moyen Âge », Journal des savants, no 1,‎ , p. 39-40 (lire en ligne)
  8. Fernand van Steenberghen, « Emmanuel Aegerter. Les Hérésies du Moyen Âge », Revue philosophique de Louvain, no 8,‎ , p. 370-372 (lire en ligne)
  9. Fernand van Steenberghen, La bibliothèque du philosophe médiéviste, Publications universitaires, (lire en ligne), p. 409-411
  10. (en) « Les Hérésies du Moyen Âge. Emmanuel Aegerter », American Journal of Sociology, vol. 46, no 33,‎ , p. 420 (DOI 10.1086/218688, lire en ligne)
  11. André Dumas, Poètes nouveaux, Éditions Delagrave,
  12. « Les prix de la Maison de Poésie », sur le site lamaisondepoesie.fr, consulté le 25 mai 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]