Jean-Louis Fabiani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fabiani.
Jean-Louis Fabiani
Jean-Louis Fabiani, Colloque Culture et Démocratie, Jan 2014.jpg

Jean-Louis Fabiani en 2014.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (67 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse

Jean-Louis Fabiani, né le [1], est un sociologue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'École normale supérieure, et agrégé de philosophie, il a été directeur régional des affaires culturelles de Corse de 1988 à 1991.

Universitaire[modifier | modifier le code]

Il est élève de Pierre Bourdieu, Jean-Claude Passeron et de Randall Collins. Il a été élu à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) en 1991, d'abord comme maître de conférences, puis comme directeur d'études en 1996[2]. Il est rattaché au Centre d'études sociologiques et politiques Raymond Aron (CESPRA), qui relève du CNRS et de l'EHESS.

Travaux[modifier | modifier le code]

En sociologie, ses recherches portent notamment sur l'étude de ce qu'il nomme des « configurations de savoir »[2], entendues comme les manières dont les disciplines et les institutions savantes se construisent et se modifient. Ce type de problème a fait l'objet de son ouvrage Les philosophes de la République (1988) paru aux Éditions de Minuit dans la collection « Sens commun » (dirigée par Pierre Bourdieu, qui a été son directeur de thèse).

Parallèlement, il a été l'un des premiers[réf. nécessaire] à contribuer à la sociologie de l'environnement en France (La Société vulnérable, avec Jacques Theys, 1987)

Il se consacre également à des recherches en sociologie de la culture.

Professorat[modifier | modifier le code]

Il a été plusieurs fois professeur invité aux États-Unis, notamment aux départements de sociologie de l'Université de Chicago[2] et de l'Université du Michigan. Il est également professeur associé à l'université de Montréal (Québec).

Il est actuellement professeur à l'Université d'Europe centrale de Budapest, en tant que professeur senior au Département de sociologie et d'anthropologie depuis 2011.

Questions de société[modifier | modifier le code]

Dans la controverse autour Nathalie Heinich qui a abouti à une pétition[3] dénonçant son homophobie, Jean-Louis Fabiani prend la défense de la sociologue[4].


Principales publications[modifier | modifier le code]

  • avec Jacques Theys (éd.), La Société vulnérable. Évaluer et maîtriser les risques, Paris, Presses de l'École normale supérieure, 1987.
  • Les philosophes de la République, Paris, Éditions de Minuit, « Le Sens commun », 1988
  • Lire en prison : une étude sociologique, avec la participation de Fabienne Soldini, Paris, Bibliothèque publique d'information, Centre Georges Pompidou, 1995.
  • avec Olivier Bergeron, La petite mer. Portraits de l'étang de Berre, photographies de Alain Ceccaroli, Bernard Plossu et Aldo Soares, Paris, Conservatoire du littoral, 1996.
  • L'Europe du Sud contemporaine, photographie de Bernard Plossu, Marseille, Images en manœuvres, 2000.
  • (dir.) Le goût de l'enquête: pour Jean-Claude Passeron, Paris ; Budapest ; Torino [etc.], l'Harmattan, 2001.
  • Beautés du Sud. La Provence à l'épreuve des jugements de goût, photographies de Franck Pourcel, Paris, l'Harmattan, 2005.
  • avec Emmanuel Ethis (dir.), Figures du corps au cinéma: body is comedy, Arles, Actes sud, 2006.
  • La petite mer des oubliés: étang de Berre, paradoxe méditerranéen, photographies de Franck Pourcel, Manosque, Le Bec en l'air, 2006.
  • Après la culture légitime: objets, publics, autorités, Paris, l'Harmattan, 2007.
  • Avignon, le public participant avec Emmanuel Ethis et Damien Malinas (Éditions L'entretemps /La documentation française), 2008.
  • Qu'est-ce qu'un philosophe français?. La vie sociale des concepts ( 1880 - 1980 ), Paris, Éditions de l'EHESS, 2010
  • La sociologie comme elle s'écrit. De Bourdieu à Latour, Paris, EHESS, 2015
  • Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque, Paris, Seuil, 2016

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]