Effets non linéaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

On nomme effets non linéaires des effets qui ne se produisent pas de façon directement proportionnelle à l'action. C'est le cas de la plupart des effets du monde réel, et la raison de la difficulté à reproduire fidèlement des informations par des techniques analogiques.

Exemples[modifier | modifier le code]

Les non-linéarités les plus courantes sont :

Hyperstatisme (vs hypostatisme)

Le fonctionnement se fait avec plus de contraintes que ce qui est strictement nécessaire pour le maintenir. (vs moins : l'assemblage possède trop de mobilités)

Jeu de fonctionnement

Exemple : Une boîte de vitesses doit d'abord récupérer tous les jeux de fonctionnement avant de transmettre linéairement le mouvement.

Seuil critique

En dessous d'une certaine valeur, rien ne se passe. Au-dessus, un effet commence. C'est le cas pour une photorésistance ou une pellicule photographique.

Saturation

Au-delà d'une certaine valeur d'entrée, la valeur de sortie ne change plus. C'est le cas pour la saturation d'un amplificateur, par exemple.

Hystérésis

Une même valeur d'entrée correspondra à des valeurs différentes de sortie selon que l'entrée est en croissance ou en décroissance.

Quantification (ou « bruit discret »)

Quand la valeur d'entrée augmente de façon continue, celle de sortie ne change que par paliers Les effets non linéaires sont à la base de nombreux phénomènes de type chaotique. Voir aussi les pages sur les phénomènes non linéaires et chaotiques.

Granularité

Concerne les systèmes dont les évolutions ne sont pas continues mais sont dites « discrètes », par petites quantités ou paliers.

Voir aussi[modifier | modifier le code]