Jay Wright Forrester

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Forrester.
Jay Wright Forrester
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Anselmo (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 98 ans)
ConcordVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Directeur de thèse
Gordon S. Brown (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Liste détaillée

Jay Wright Forrester (né le 14 juillet 1918 à Climax[réf. nécessaire] (comté de Custer, Nebraska) et mort le 16 novembre 2016 à Concord (Massachusetts)[1]) est un pionnier américain en informatique et un théoricien des systèmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une ferme près d’Anselmo (en) au Nebraska, Jay Wright Forrester étudie l’électrotechnique au Massachusetts Institute of Technology où il effectuera toute sa carrière. Durant les années 1940 et au début des années 1950, il effectue des recherches en électrotechnique et dans l'application du calcul aux machines (pas encore l'informatique). Il est chef du projet Whirlwind (en) et développe le Multi-coordinate digitally information storage device (coincident-current system), précurseur des mémoires vives actuelles. On pense[Qui ?] qu'il a réalisé, pour la première fois, une animation d’images de synthèse sur ordinateur, la représentation des rebonds d’un spot sur un oscilloscope.

En 1956, Jay Wright Forrester intègre la Sloan School of Management. En 1982, il reçoit le IEEE Computer Pioneer Award. En 2006, il entre dans l’Operational Research Hall of Fame[2], citation honorifique décernée par la fédération internationale des sociétés de recherche opérationnelle (IFORS).

Travaux[modifier | modifier le code]

Jay Wright Forrester est le fondateur de la « dynamique des systèmes » qui traite de la simulation des interactions entre une organisation, considérée comme étant un système auto-régulé, et son environnement. Industrial Dynamics est le premier livre que Forrester écrit pour analyser, à l’aide de la dynamique de systèmes, les cycles industriels. Plusieurs années après, les liens qu’il entretient avec l’ancien maire de Boston, John F. Collins (en) l'incitent à écrire Urban Dynamics, livre qui déclenche un débat toujours actuel sur la pertinence des modèles concernant la prise en compte de l’« humain » au sens large.

Les thèmes traités dans Urban Dynamics retiennent l’intérêt des urbanistes au niveau mondial ce qui amène Jay Wright Forrester à rencontrer un des membres fondateur du Club de Rome. Plus tard, il dialogue avec le Club de Rome sur les problèmes concernant les équilibres globaux et écrit World Dynamics. Le livre World Dynamics traite de la modélisation des interactions complexes dans les sphères économique, démographique et environnementale, thèses qui, on le comprend, se heurtent à de nombreuses incompréhensions (voir également Donella Meadows et Limits to Growth). Forrester a produit un grand nombre d’autres contributions à la dynamique des systèmes qu’il a promues jusqu’à aujourd’hui au travers d’actions de formation.

Jay W. Forrester est membre honoraire du Club de Rome[3].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1961. (en) Industrial dynamics, Waltham (Massachusetts), Pegasus Communications.
  • 1968. (en) Principles of Systems, 2e éd., Pegasus Communications.
  • 1969. (en) Urban Dynamics, Pegasus Communications.
  • 1973. (en) World Dynamics, Pegasus Communications.
  • 1975. (en) Collected Papers of Jay W. Forrester, Pegasus Communications.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]