Duewag

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

51° 22′ 05″ N 6° 38′ 45″ E / 51.3681, 6.64583

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Duewag
Date de fondation
Date de dissolution
Siège social

Duewag AG, est un ancien constructeur allemand de matériel ferroviaire, intégré en 1999 au groupe Siemens AG (Siemens Transportation Systems puis Siemens Mobility).

À travers le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La société naît en 1898, sous la raison Waggonfabrik Uerdingen AG, du nom d'un quartier[1] de la cité rhénane de Krefeld, dans la Ruhr.

En 1935, elle s'associe à sa voisine Düsseldorfer Waggonfabrik (= Dü Wag), tandis qu'une troisième compagnie, la Waggonfabrik Talbot[2] d'Aix-la-Chapelle, prend une participation de 25 % au capital.

Une répartition des rôles s'opère. Uerdingen monte les gros véhicules, voitures de voyageurs. Düsseldorf s'occupe des ensembles légers, tramways et tram-train, concept très développé outre-Rhin.

Il faut néanmoins attendre 1981, pour voir les productions des deux entités définitivement regroupées sous une bannière unique: Düwag.

Au milieu de la décennie suivante, Talbot cède sa participation à Siemens, avant d'être elle-même absorbée par le canadien Bombardier Transport.

Le matériel Düwag en France[modifier | modifier le code]

Rame Düwag sur le tramway de Lille - Roubaix - Tourcoing en 1983

Les réseaux de tramway de Lille, de Marseille et de l'agglomération stéphanoise ont chacun fait circuler des rames Düwag par le passé : acquises d'occasion, les rames Düwag à écartement métrique du tramway de Lille provenaient de Hanovre et Aix-la-Chapelle tandis que les rames Düwag à voie normale de Marseille et à voie métrique de Saint-Étienne, commandées neuves, étaient de type PCC et provenaient de commandes spécifiques de ces deux réseaux.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Aussi connu par son club de foot, le KFC Uerdingen 05.
  2. À ne pas confondre avec l'ancien constructeur automobile franco-britannique Talbot, disparu à la fin des années 1980.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]