Musée du transport urbain bruxellois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée du transport urbain bruxellois
Image illustrative de l'article Musée du transport urbain bruxellois
Informations géographiques
Pays Belgique
Région Bruxelles-Capitale
Ville Bruxelles
Adresse Avenue de Tervueren 364b, 1150 Woluwe-Saint-Pierre
Coordonnées 50° 49′ 52″ nord, 4° 26′ 02″ est
Informations générales
Date d’inauguration 1982
Superficie 4 500 m2
Informations visiteurs
Site web www.trammuseum.brussels

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Musée du transport urbain bruxellois

Le Musée du Transport Urbain Bruxellois (MTUB) ou Musée du Tram est installé dans le dépôt classé de Woluwe-Saint-Pierre le long de l’avenue de Tervueren à Bruxelles.

L'essor des tramways à Bruxelles[modifier | modifier le code]

Après avoir construit la première gare de chemin de fer du continent, en 1835, la ville a également joué un rôle précurseur dans le domaine des transports urbain sur rail[1] Les premières voitures omnibus à traction chevaline, ont fait leur apparition à Bruxelles vers 1860, époque de rapide développement urbain en dehors des anciennes limites de la ville suite à l’abolition de l’octroi. Dès 1866, la ville concède la première ligne de tramway sur rails à traction chevaline, dit "tramway américain" à la compagne Belgian Street Railways. Cette première ligne permet de se rendre de l’église Sainte-Marie de Schaerbeek au Bois de la Cambre en empruntant la rue Royale et la toute nouvelle avenue Louise. Dix ans plus tard, la ville possède déjà une vingtaine de lignes sur rails vers les faubourgs, alors que Paris n’en possède encore qu’une seule. Ce n’est que vers 1900 que les chevaux seront progressivement remplacés par des moteurs électriques[2]. On rencontrera bientôt des trams dans tous les quartiers de la ville, y compris dans les rues étroites et pentues du centre. Bien que, sous la pression de l’automobile, de nombreuses lignes de tramway aient été supprimées ou remplacées par des autobus ou des lignes de métro, le « tram » reste l’un des symboles de Bruxelles. Redevenu compétitif grâce aux parcours dits « en site propre » qui augmente fortement sa vitesse commerciale, il redevient une alternative économique à l'automobile privée, dont le nombre sature la circulation et aux grands travaux d’infrastructure de type métro.

Présentation[modifier | modifier le code]

Animé uniquement par des bénévoles, le Musée du Tram en retrace l'histoire en présentant plus de soixante véhicules datant de 1868 à 1971. On y trouve les voitures hippomobiles, les trolleybus, les fameux tramways chocolats et voitures à remorque et à alimentation par perche qui se déconnectaient régulièrement de leur câble (« Jef, de flèch is af ! », « Jef, la flèche est tombée ! »), ainsi que les autobus.

Musée du Transport Urbain Bruxellois

Le Musée est ouvert pendant la saison haute (d'avril à fin septembre) chaque mercredi de 14h à 18h, ainsi que chaque samedi, dimanche et jour férié de 13h à 19h. Pendant la saison basse (d'octobre à fin mars), le Musée est ouvert chaque deuxième week-end du mois de 13h à 17h.

Lors des jours d'ouverture, les tramways historiques circulent en service régulier chaque samedi, dimanche et jour férié sur la ligne Musée du Tram - Tervuren Station, ainsi que chaque dimanche et jour férié sur les lignes Musée du Tram - Montgomery et Musée du Tram - Stockel. La ligne Musée du Tram - Place Royale est également exploitée le dimanche avec des autobus anciens (ligne BM)[3].

Le Musée organise aussi le Brussels Tourist Tramway (BTT). Chaque dimanche de la saison haute, il est possible de découvrir Bruxelles et son histoire en sillonnant le réseau de tramways bruxellois pendant près de 4 heures dans un tramway mis en service lors de l'Exposition universelle de 1935. Pendant le voyage, un guide bénévole assure un commentaire, fait découvrir les trésors, parfois bien cachés, de la capitale et raconte de nombreuses anecdotes à son sujet.

La location des salles du Musée et des véhicules (tramways et autobus) est possible[4].

Lignes exploitées par le Musée[modifier | modifier le code]

Logo du Musée du Transport Urbain Bruxellois

Le Musée exploite trois lignes de tram et une ligne de bus.

Ligne de tram Musée du Tram - Tervuren Station[modifier | modifier le code]

Elle circule exclusivement sur l'avenue de Tervueren et permet de parcourir une partie du trajet de la ligne (44) de la STIB en tramway historique. La ligne passe notamment par la forêt de Soignes et rejoint son terminus situé près du Musée royal de l’Afrique centrale à Tervueren (Brabant flamand).

Ligne de tram Musée du Tram - Montgomery[modifier | modifier le code]

Elle relie le Musée jusqu'au square Maréchal Montgomery en remontant l'avenue de Tervueren. Elle parcourt une partie du tronçon commun des lignes (39) et (44) de la STIB.

Ligne de tram Musée du Tram - Stockel[modifier | modifier le code]

Elle relie le Musée à la place Dumon (Stockel) via les avenues de Tervueren, Alfred Madoux et Orban. Elle parcourt une partie du trajet de la ligne (39) de la STIB.

Ligne de bus Musée du Tram - Place Royale (ligne BM)[modifier | modifier le code]

Elle permet de découvrir en autobus historique différents quartiers entre le Musée et la Place Royale (au centre-ville de Bruxelles). Elle dessert notamment le Cinquantenaire (Autoworld, le Musée royal de l'armée et de l'histoire militaire et le Musée du Cinquantenaire), le quartier européen et le quartier des squares.

MTUB News[modifier | modifier le code]

Le MTUB News, l'actualité du musée, est publié chaque mois dans le mensuel Tram 2000.

Retro-Shop[modifier | modifier le code]

En plus de proposer des souvenirs, jouets et cartes postales, le Retro-Shop est une librairie spécialisée sur le monde des transports publics en Belgique et ailleurs.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Accessibilité[modifier | modifier le code]

L'arrêt Musée du Tram se trouve juste devant le Musée et est desservi par les tramways Tram(39)(44)(94), et les autobus Bus(36)(42)(N06) de la STIB. Le Musée est accessible aux Personnes à mobilité réduite (les véhicules ne le sont pas).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bruxelles - chronique d'une capitale en chantier T.1 par Thierry Demey, éditions Paul Legrain / éditions C.F.C.
  2. Dictionnaire historique des faubourgs de Bruxelles par Jean d'Osta, éditions Le Livre
  3. Voyager en vieux tram ou vieux bus..., sur le site du Musée
  4. Locations et voyages spéciaux, sur le site du Musée

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]