Dominique Dupagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dupagne.
Dominique Dupagne
Description de cette image, également commentée ci-après
Dominique Dupagne en 2012.
Naissance (58-59 ans)
Nationalité Drapeau de la France Français
Pays de résidence France
Diplôme
Profession
Autres activités

Dominique Dupagne est un médecin généraliste et blogueur français né en 1958.

Il exerce à Paris depuis 1988 et gère le site médical Atoute.org qu'il a créé en 2000. Il y défend une médecine 2.0 où les patients, mieux informés grâce à Internet, participent à l'évolution de la médecine. Il prend position sur de nombreux sujets de santé publique et dénonce notamment les conflits d'intérêts en médecine et le lobbying des laboratoires pharmaceutiques. Il a ainsi été auditionné par les commissions d'enquête parlementaire sur la campagne de vaccination contre la grippe A (H1N1) et l'affaire du Mediator.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dominique Dupagne est né en 1958 d'un père cardiologue. Il exerce comme médecin généraliste à Paris depuis 1988[1],[2].

En dehors de son activité de médecin, il collabore avec La revue Prescrire de 1991 à 1992 puis avec Que choisir Santé jusqu'en 1993[réf. nécessaire]. Il participe à la rédaction de la version grand-public du Dictionnaire Vidal[3]. Il est également membre de l'association Formindep et du Syndicat de la médecine générale (SMG)[1], ainsi qu'actionnaire et administrateur de la société Vygon, spécialisée dans le matériel chirurgical et de réanimation[4]. Auparavant, il a été enseignant en 3e cycle de médecine générale à l'université Pierre-et-Marie-Curie (Paris-VI) et a été membre de la Fédération des médecins de France (FMF)[1].

Depuis 2011, il participe régulièrement à l'émission scientifique La Tête au carré sur France Inter où il tient une chronique santé[1].

Présence sur internet[modifier | modifier le code]

Passionné d'internet depuis ses débuts en France, Dominique Dupagne fonde en 2000 le site médical Atoute.org, qui propose des forums médicaux et des articles sur la pratique, l'enseignement et l'éthique de la médecine. Pour le médecin, le nom du site doit refléter l'aspect communautaire qui est un élément fort de l'internet en santé. Il choisit « Adtaleur.com » mais la marque est déjà déposée par Canal+. Il trouve alors « Atoute.org », abréviation de « À tout à l'heure »[1],[4]. Le site connait un certain succès, recevant environ 1 million de visiteurs uniques par mois, avec un pic à 1,45 million en 2010[4].

Avec ce site, il participe à l'avènement d'une médecine 2.0 où les patients, mieux informés grâce à Internet, participent à l'évolution de la médecine et où les hiérarchies se voient remplacées par une intelligence collective[5].

De 2002 à 2005, il préside l'association des « Médecins Maîtres-toile francophones ».[réf. nécessaire]

En 2009, il crée le Club des médecins blogueurs afin de regrouper les articles de blogs tenus par des professionnels de santé[1],[6].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Dominique Dupagne prend position sur de nombreux sujets de santé publique. Il s'en prend notamment au dogmatisme, à la désinformation, aux conflits d'intérêts en médecine et au lobbying des laboratoires pharmaceutiques[1],[2].

Il apporte son avis aux commissions d'enquête parlementaire sur le rôle de l'industrie pharmaceutique dans la campagne de vaccination contre la grippe A (H1N1) et dans l'affaire du Mediator[7],[8].

Dépistage du cancer de la prostate[modifier | modifier le code]

En 2008, il publie une vidéo sur son site où il explique les raisons qui le conduisent à faire partie d'un comité de 80 médecins signataires d'un manifeste contre le dépistage du cancer de la prostate : « Nous, médecins et signataires de ce manifeste, demandons que cessent les campagnes de promotion de ce dépistage, campagnes organisées par une entreprise de communication financée par l'industrie pharmaceutique et notamment par les firmes qui commercialisent des médicaments destinés à traiter les maladies et le cancer de la prostate. La confusion entre l'information scientifique, la santé publique, l'intérêt des patients et celui des promoteurs de cette campagne est inacceptable »[9].

La thèse qu'il soutient est que le dépistage systématique du cancer de la prostate par le dosage des PSA est uniquement recommandé par ceux qui en vivent. Il présente de multiples risques et inconvénients : l'intervention chirurgicale entraine un pourcentage significatif d'effets négatifs lourds, comme des troubles sexuels (impuissance), urinaires (incontinence) et digestifs[9],[10].

Le , la Haute Autorité de santé publie une mise au point qui confirme l'absence d’intérêt du dépistage du cancer de la prostate chez les hommes, y compris chez les sujets à risque[10].

Traitement hormonal substitutif de la ménopause[modifier | modifier le code]

En 2003, il critique le comportement du Dr Rozenbaum, spécialiste reconnu de la ménopause, pour ses liens avec l'industrie pharmaceutique alors que ce dernier défend l'innocuité du traitement hormonal substitutif. Le Dr Rozenbaum porte plainte pour diffamation et le Dr Dupagne est poursuivi devant l'Conseil de l'Ordre des médecins en 2005. Après avoir reçu un blâme en première instance[11],[12], il est relaxé en appel du fait des liens nombreux et avérés du Dr Rozenbaum avec l'industrie des hormones[13].

En , un reportage de Canal+ est consacré à cette affaire[13],[14].

Grippe A (H1N1)[modifier | modifier le code]

Au début de la campagne de vaccination contre la grippe A (H1N1) en 2009, il rédige un article cosigné par plus de 200 médecins où il invite le public à prendre lui-même sa décision après avoir reçu une information détaillée sur les avantages et les risques connus de ce vaccin[15].

La large diffusion de cet article (1,18 million de vus en seulement un mois) le conduit à être auditionné par une commission d'enquête sénatoriale sur la campagne de vaccination en . Il y explique que le « plan de guerre » mis en place contre la grippe était totalement déconnecté de la réalité et que cela a provoqué une sorte de résistance passive. Le dispositif habituel de vaccination — dans les cabinets médicaux — aurait pu suffire. Il regrette que la France ne fonde pas ses stratégies sur l'information disponible mais fabrique l'information qui valide ces stratégies. Il explique que la politique de santé française ne prend pas en compte l'avis des médecins de terrains mais uniquement ceux d'hospitalo-universitaires. Il dénonce également le manque d'indépendance de ces experts vis à vis des groupes pharmaceutiques[7].

Il est interviewé par Élise Lucet dans le cadre d'un reportage pour l'émission Pièces à conviction sur France 3[16]. Dans son livre La Revanche du rameur, Dominique Dupagne explique que la campagne de vaccination contre la grippe A (H1N1) constitue « la pierre de rosette de la dés/organisation ».

Mediator[modifier | modifier le code]

Dominique Dupagne est cité par Irène Frachon dans son livre pour avoir rédigé en 2003 sur son forum la première mise en garde publiée sur internet contre les effets néfastes du Médiator[17].

En 2011, il est auditionné par les commissions d'enquêtes de l'Assemblée nationale et du Sénat concernant l'affaire du Mediator. Il y parle des dysfonctionnements des autorités de santé, liés en partie à leur organisation, et dénonce de nouveau le manque d'indépendance de certains experts ce ces autorités, également employés par l'industrie pharmaceutique[8],[18].

La même année, il participe initialement aux Assises du médicament créées par le ministre de la Santé Xavier Bertrand, mais les quitte sans délai pour réagir contre l'interdiction de filmer les débats (interdiction qui sera levée ultérieurement) et s'en explique à la radio, sur France Inter[19],[20].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g « Dominique Dupagne », sur le site de France Inter (consulté le 16 décembre 2016).
  2. a et b Florence Rosier, « Dominique Dupagne, Jedi de la médecine 2.0 », sur le site du Monde, (consulté le 16 décembre 2016).
  3. « Dominique Dupagne », sur le site du Dictionnaire Vidal (consulté le 16 décembre 2016).
  4. a, b et c « Atoute et le Dr Dominique Dupagne : fiche d'identité », sur atoute.org (consulté le 16 décembre 2016).
  5. Estelle Saget, « Dr Dupagne, l'iconoclaste du web », sur le site de L'Express, (consulté le 18 décembre 2016).
  6. « À propos - Club des médecins blogueurs », sur clubdesmedecinsblogueurs.com (consulté le 16 décembre 2016).
  7. a et b « Comptes rendus de la commission d'enquête sur la grippe A », sur le site du Sénat, (consulté le 16 décembre 2016).
  8. a et b « Comptes rendus de la mission commune d'information sur le Mediator », sur le site du Sénat, (consulté le 18 décembre 2016).
  9. a et b Dominique Dupagne, « Touche pas à ma prostate ! », sur atoute.org, (consulté le 16 décembre 2016).
  10. a et b « Dépistage du cancer de la prostate par dosage du PSA », sur le site de la Haute Autorité de santé, (consulté le 16 décembre 2016).
  11. Dominique Dupagne, « Est-il judicieux, voire possible, de dénoncer les déviations éthiques des médecins ? », sur atoute.org, (consulté le 16 décembre 2016).
  12. Philippe Foucras, « L'Ordre des Médecins garant de la loi du silence ? », sur le site de Formindep, (consulté le 16 décembre 2016).
  13. a et b Dominique Dupagne, « Le conseil de l'Ordre confirme l'importance de l'indépendance professionnelle des médecins », sur atoute.org, (consulté le 16 décembre 2016).
  14. [vidéo] Le médecin, les hormones et la ménopause sur Dailymotion
  15. Dominique Dupagne, « Faut-il ou non se faire vacciner contre la grippe ? », sur atoute.org, (consulté le 16 décembre 2016).
  16. [vidéo] La grippe A vue par les généralistes - PAC sur YouTube.
  17. « Forum "Médiator Régime" », sur atoute.org, (consulté le 17 décembre 2016).
  18. « Mission d'information sur le Mediator : tables rondes et audition », sur le site de l'Assemblée nationale, (consulté le 18 décembre 2016).
  19. Erwan Seznec, « Assises du médicament - Les portes claquent », sur le site de l'UFC-Que choisir, (consulté le 18 décembre 2016).
  20. [vidéo] radio france - Docteur Dominique Dupagne sur Dailymotion

Liens externes[modifier | modifier le code]