Deux-sèvres (IGP)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Deux-sèvres (IGP)
Image illustrative de l’article Deux-sèvres (IGP)
Vignoble de l'IGP deux-sèvres

Désignation(s) Deux-sèvres (IGP)
Appellation(s) principale(s) IGP
Type d'appellation(s) indication géographique protégée
Pays Drapeau de la France France
Région parente Val de Loire
Climat climat océanique
Nombre de domaines viticoles 15 domaines
Cépages dominants vins rouges et rosés
gamay, grolleau ou groslot, cabernet franc, cabernet sauvignon, pinot noir,pineau d’aunis et merlot[1].
vins blancs
sauvignon, chardonnay, cheninref name="figaro"/>.
Vins produits rouge, rosé et blanc
Production 679 hectolitres

Cette indication géographique protégée viticole se trouve au sud de la Vallée de la Loire, dans le département des Deux-Sèvres[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une partie de cartes bien arrosée

Le département a été créé à la Révolution française, le en application de la loi du , à partir d'une partie de la province du Poitou, de quelques communes de l'Angoumois (Pioussay, Hanc et Bouin, issues du marquisat de Ruffec), de quelques communes de l'Anjou : Bouillé-Loretz (dépendante de la sénéchaussée de Saumur), Loublande, Saint-Maurice-la-Fougereuse et Saint-Pierre-des-Échaubrognes[2] (anciennes paroisses des Mauges angevines) et de communes des marches d'Anjou : Saint-Pierre-à-Champ, Cersay et Bouillé-Saint-Paul.

Sous l'ancien régime, quelques paroisses relevaient à la fois des marches d'Anjou et du Poitou : Argenton-l'Église, Bagneux, Brion-près-Thouet, Genneton, Louzy, Massais, Saint-Léger-de-Montbrun, Saint-Martin-de-Mâcon, Saint-Martin-de-Sanzay, Saint-Cyr-la-Lande, Tourtenay. En 1810, les vignobles couvrent 18 000 hectares; après le phylloxéra, dans les années 1870, les vignes sont décimées et les les viticulteurs s'expatrient[3]

Géographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de ce terroir viticole est un climat océanique[4]. Les Deux-Sèvres, situées à environ 80 km de l'océan, permettent de profiter d'une influence océanique marquée en toutes saisons. Toutefois, la présence de collines dans le département (la Gâtine) y rend les hivers légèrement plus froids[5]. La Gâtine, comme tout relief, a également une influence sur le régime de précipitations. Elles sont plus importantes à l'ouest du massif, et moins importantes à l'est[6]. D'une manière générale, les hivers sont doux et pluvieux de par la proximité du département avec l'océan, et les étés sont plutôt secs, avec des précipitations tombant plutôt sous des orages, et plus chauds dans le sud du département (Niort) que dans le nord-ouest (Gâtine).

Voici les données mensuelles pour quelques paramètres pour la station de Niort.

Relevé météorologique de Niort
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 2,3 4 5,7 9,4 12,4 14,3 14 11,6 9,3 5,1 2,9 7,8
Température moyenne (°C) 5,5 6,2 8,7 10,9 14,7 18,1 20,2 20,1 17,3 13,7 8,7 5,9 12,5
Température maximale moyenne (°C) 8,5 10 13,4 16 20 23,7 26,1 26,1 22,9 18 12,2 8,9 17,2
Record de froid (°C)
date du record
−15,1
1987
−11,2
1986
−10,7
2005
−4,8
2008
0,2
2010
3,4
1989
6,6
1993
5,8
1988
3
2007
−3,3
1997
−7
1993
−10,5
1996
−15,1
Record de chaleur (°C)
date du record
16,7
1999
22,1
1998
25,5
2005
29,8
2005
32,3
2005
37,8
2003
38,1
1990
40,1
2003
34,7
2005
30
2011
21,1
1994
22
1996
40,1
Ensoleillement (h) 78 106 158 180 215 243 251 247 203 133 90 75 1 980
Précipitations (mm) 84 66 64 71 70 59 56 50 61 97 93 96 867,2
Source : Météo-France[7]et Infoclimat[8]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
8,5
2,4
84
 
 
 
10
2,3
66
 
 
 
13,4
4
64
 
 
 
16
5,7
71
 
 
 
20
9,4
70
 
 
 
23,7
12,4
59
 
 
 
26,1
14,3
56
 
 
 
26,1
14
50
 
 
 
22,9
11,6
61
 
 
 
18
9,3
97
 
 
 
12,2
5,1
93
 
 
 
8,9
2,9
96
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Vignoble[modifier | modifier le code]

Encépagement[modifier | modifier le code]

Chenin blanc de l'ampélographie de Viala et Vermorel

Les cépages pour vins rouges et rosés sont les gamay, grolleau ou groslot, cabernet franc, cabernet sauvignon, pinot noir,pineau d’aunis et merlot[1].

Pour les blancs, il s’agit des cépages sauvignon, chardonnay, chenin et les cépages secondaires grolleau gris, pinot gris, melon de bourgogne,folle blanche et arbois[1].

Vinification[modifier | modifier le code]

La répartition est de 67% de blancs, 1% de rosés et 32% de rouges[1].

« De par la situation septentrionale du vignoble et son climat tempéré, les vins, qui sont vinifiés en rouges, rosés et blancs, sont caractérisés par la fraîcheur, la vivacité et la finesse. De façon plus spécifique, les rouges, qui sont parfois corsés, présentent une structure légère et une grande souplesse. Les rosés sont légers et rafraîchissants, tandis que les blancs, majoritairement vinifiés en sec, exhalent des arômes fruités et floraux[1]. ».

Terroirs et vins[modifier | modifier le code]

De nos jours, 15 domaines élaborent ce vin, pour une production annuelle de 679 hectolitres[1]. Ils sont principalement implantées près des villes de Bouillé-Loretz, Bouillé-Saint-Paul. et Saint-Martin-de-Sanzay. La catégorie Viticulture représente 1% des entreprises du secteur d'activité Agriculture dans ce département[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]