Saint-Martin-de-Sanzay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.
Saint-Martin-de-Sanzay
L’église Saint-Martin.
L’église Saint-Martin.
Blason de Saint-Martin-de-Sanzay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Bressuire
Canton Le Val de Thouet
Intercommunalité Communauté de communes du Thouarsais
Maire
Mandat
Gérard Boulord
2014-2020
Code postal 79290
Code commune 79277
Démographie
Gentilé Saint-Martinois[1]
Population
municipale
1 035 hab. (2014)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 04′ 54″ nord, 0° 11′ 58″ ouest
Altitude Min. 32 m – Max. 73 m
Superficie 24,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte administrative des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Sanzay

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Sanzay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Sanzay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Sanzay
Liens
Site web http://www.saint-martin-de-sanzay.fr

Saint-Martin-de-Sanzay est une commune du Centre-Ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine.

Elle est limitrophe du département de Maine-et-Loire dans les Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Martin-de-Sanzay se situe au nord du département des Deux-Sèvres dans la région Poitou-Charentes.

La commune est située à 6 km de Montreuil-Bellay, 12 km de Thouars, à 20 km de Saumur et à 50 km d'Angers.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Le Puy-Notre-Dame
Bouillé-Loretz
Montreuil-Bellay Montreuil-Bellay Rose des vents
Argenton-l'Église
Bagneux (associée à Argenton)
N Antoigné
Brion-près-Thouet
O    Saint-Martin-de-Sanzay    E
S
Argenton-l'Église Sainte-Verge Louzy

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est constitué principalement de deux grands ensembles de superficie voisine. À l'ouest, des alluvions du Thouet et en moindre mesure de l'Argenton, à l'est, des formations crétacées du Cénomanien. Les alluvions se subdivisent eux-mêmes en deux ensembles :

  • des alluvions fines et récentes constituées de sables fins et de limons d'un à trois mètres d'épaisseur distribuées à proximité des rivières. Ces secteurs qui occupent de grandes surfaces étaient depuis le Moyen Âge exploités en prairie naturelle ; depuis les années 1970, ils ont été labourés et convertis en maïs le plus souvent irrigués.
  • une basse terrasse sablo-graveleuse très légumières depuis les années 1980, mais qui fut autrefois occupée par la polycultures et quelques vignes.

Du nord au sud, de part et d'autre de la route D 938, le Cénomanien s'étale en un manteau composé de sables quartzeux et glauconieux et de sables argileux plus ou moins hydromorphes en fonction de la situation topographique. De nombreux bois taillis de un à une quinzaine d'hectares se partagent cet espace avec les labours.

Trois petites collines viennent rompre la platitude du relief : une au sud-est en limite de Brion-près-Thouet (entre les hameaux du Luc et Étambé), une plus au nord près du hameau de Mont et l'autre près de Clavière. La base de ces buttes est constituée de marne cénomanienne, tandis que leur sommet est recouvert d'un épandage de cailloutis fluviatile noyés dans de l'argile. Ces buttes qui présentent un potentiel viticole important portent un vignoble historique de grand qualité.

Une carrière de grès ferrugineux à ciment carbonaté, située près du village de Prailles, fut exploitée pour la production de pierre de taille servant au soutènement des monuments locaux. Une autre carrière de ballastières, ou graves grossières du Thouet, est aujourd'hui reconvertie en plan d'eau et lui a laissé son nom : l'étang de la Ballastière.

Hameaux[modifier | modifier le code]

L'habitat de la commune est très dispersé, et elle compte de nombreux hameaux.

  • Blanchard, partagé avec Sainte-Verge
  • Le Bourg de Saint-Martin, où se trouvent la mairie et l'église
  • La Brunetière, partagée avec Argenton-l'Église
  • La Charpenterie, partagée avec Montreuil-Bellay
  • La Commanderie
  • La Genaire
  • La Gireaudière
  • Lernay, partagée avec Antoigné. La partie propre à Saint-Martin-de-Sanzay se nomme Villevert
  • Le Luc
  • Mont
  • Passay, le plus peuplé
  • Prailles
  • Les Sables
  • Sanzay
  • Taizon, partagé avec Argenton-l'Église

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne paroisse communes des marches d'Anjou et des marches du duché de Thouars, située dans le périmètre du vignoble de Saumur et de l'Anjou, à la limite de la plaine de Thouars.

Par arrêté préfectoral du 4 décembre 1972 effectif au 1er janvier 1973, Brion-près-Thouet s'est associée à Saint-Martin-de-Sanzay. Brion-près-Thouet est redevenue indépendante le 15 février 1983 (arrêté préfectoral du 18 janvier 1983)[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du canton du Val de Thouet, de la communauté de communes du Thouarsais depuis le 1er janvier 2012, et de l'arrondissement de Bressuire.

Photographie de la façade de la mairie.
La mairie en 2011.
Liste des maires depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1971 Joseph Dufournet -  
1971 1995 Jean-Louis Noël - Chef d'entreprise
1995 2001 Paul Girardeau - Agriculteur
2001 2008 Jean-Marie Fouchereau -  
2008 2014 André Passelande[3] -  
2014 2020 Gérard Boulord - Directeur d'agence chez Lariviere (vente de matériaux pour toiture)

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 035 habitants, en augmentation de 8,49 % par rapport à 2009 (Deux-Sèvres : 1,93 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
869 1 203 1 143 1 129 1 223 1 241 1 215 1 221 1 220
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 238 1 247 1 290 1 210 1 169 1 159 1 155 1 160 1 226
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 200 1 282 1 185 1 089 1 093 1 102 1 073 1 009 977
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
991 956 1 366 1 520 834 870 912 1 000 1 035
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

La commune comptait 977 habitants en 2010, soit une progression de 17,1 % en vingt ans.

Nota : les pics des recensements 1975 et 1982 correspondent à la période du 1er janvier 1973 au 15 février 1983 où la commune de Brion-près-Thouet avait été rattachée : 487 habitants au recensement de 1975 et 625 habitants au recensement de 1982[8]. Le graphique ci-dessous montre l'évolution démographique sur la même période, mais en ne prenant pour ces deux années que la partie correspondant à Saint-Martin[9].

Évolution de la population de Saint-Martin

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture[modifier | modifier le code]

La proximité du terroir de la commune avec l'Anjou la fait bénéficier de plusieurs appellations d'origine contrôlée[10]. Elle fait partie de l'aire géographique du Saumur, pour les vins mousseux blancs et rosés, et de celle de l'Anjou, pour les vins blancs et rouges, gamay, vins mousseux blancs et rosés, cabernet d'Anjou, rosé d'Anjou et « Anjou Villages ».

Elle fait également partie de l'aire de proximité immédiate du Saumur, pour les vins tranquilles blancs et rouges, les Saumur « Puy-Notre-Dame » et Cabernet de Saumur, et de celle de l'Anjou, pour les « Anjou-Coteaux de la Loire », « Coteaux de Saumur, « Anjou Villages Brissac » et « Coteaux de l'Aubance ».

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le site de l'étang de la Ballastière contient un village vacances de quinze maisons, ainsi qu'une aire d'accueil pour les camping-cars.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'étang de la Ballastière
  • L'église (XIIe siècle)
  • Le château du Bois de Sanzay (XVe et XVIIe siècles)
  • Le château de la Coste (XVIe et XIXe siècles)
  • La chapelle du chateau de Passay (XVe siècles)
  • Le pont de Taizon (XIIIe siècle)
  • La commanderie hospitalière de Prailles (XIIe siècle) [11]
  • Les restes de la voie romaine Angers-Poitiers
  • Le gué de Saint-Martin (époque gallo-romaine)
  • Le belvédère du Puy de Mont

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’or au lion de gueules chargé en cœur d’une croisettes de malte d’argent[13].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Réunion du 24 novembre 2015 du conseil municipal de la commune de Saint-Martin-de-Sanzay » [PDF], sur http://www.saint-martin-de-sanzay.fr (consulté le 15 janvier 2017), p. 4.
  2. Code officiel géographique - Fiche de la commune de Saint-Martin-de-Sanzay sur le site de l'Insee, consulté le 30 novembre 2010.
  3. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Données Insee relatives à la commune de Brion-près-Thouet, [lire en ligne]
  9. Source pour la population de Saint-Martin en 1975 et 1982 : Dossier local DL_COM79277 de l'Insee.
  10. Décret no 0238 du 14 octobre 2009, texte no 41
  11. http://books.google.fr/books?id=EF7NAAAAMAAJ&pg=RA1-PA128
  12. Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, tome XI, p.126, 199, et 219, Librairie Renouard, Paris 1909
  13. Les armoiries de la commune sur le site officiel de la commune.