Denis Sureau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Denis Sureau
Denis Sureau.jpg
Denis Sureau en 2014.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (59 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web

Denis Sureau, né le , est un essayiste et éditeur français.

Catholique, spécialiste de théologie politique, il édite la lettre d'information Chrétiens dans la Cité, le mensuel et les livres Transmettre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Denis Sureau est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (1979), et titulaire de diplômes d'études approfondies en histoire (1980, sous la direction de Raoul Girardet)[1] et en philosophie (1982) sous la direction de Claude Polin à Paris IV-Sorbonne.

Rédacteur en chef de la revue Item éditée par l'écrivain Philippe Héduy de 1978 à 1980, il travaille ensuite pendant quinze ans comme responsable de la communication interne de grandes entreprises : Usinor puis Suez : il est ainsi signalé en 1992 comme « responsable de la communication interne d'un grand groupe financier »[2]. Parallèlement, il collabore à diverses revues catholiques (Famille chrétienne, Projet, La Nef...) et publie une traduction des prières de saint Thomas (première édition en 1992 : Prières de saint Thomas, rééditée en 2002 sous le titre Prières devant le Saint Sacrement ).

En 1996, il crée Communication et Cité, PME de presse, pour publier la lettre d'information Chrétiens dans la Cité[3], bimensuel tiré 25 000 exemplaires dont il est le responsable[4] puis la revue mensuelle Transmettre[5] ainsi que des livres et guides de formation religieuse. Il est aussi président de 1999 à 2014 des Éditions de L'Homme nouveau. Il y publie notamment des livres de penseurs anglo-saxons (William T. Cavanaugh, Aidan Nichols, Joseph Pearce, Gilbert Keith Chesterton...), de l'historien Yves Chiron (Le Père Fillère ou la passion de l'unité, Vu de Rome), du Père Michel Viot (De Luther à Benoît XVI, La Révolution chrétienne) ainsi que le Dictionnaire passionné du cinéma de Laurent Dandrieu.

Spécialiste de questions de théologie politique, il publie un essai marqué par la pensée de Joseph Ratzinger, Retour à la politique (1995). Il publie ensuite une anthologie des textes politiques de saint Thomas d'Aquin, Petite somme politique en 1997. Denis Sureau synthétise la pensée de plusieurs auteurs, et met en garde contre les anachronismes de lecture des textes anciens[6].

Il s'emploie à faire connaître en France la nouvelle théologie politique anglo-saxonne, notamment William T. Cavanaugh et le mouvement Radical Orthodoxy. Il y consacre en 2008 Pour une nouvelle théologie politique, qui présente notamment 15 théologiens : David Schindler, Tracey Rowland, Aidan Nichols, Alasdair MacIntyre, Stanley Hauerwas, Jean Porter, Therese Lysaught, John Milbank, Catherine Pickstock, John Howard Yoder, Oliver O'Donovan, William T. Cavanaugh, Emmanuel Katongole, Stephen Long et Daniel Bell. Dans cet ouvrage, selon La Croix, Denis Sureau est le premier à présenter un panorama du courant théologique de la « Radical Orthodoxy »[7]. En décembre 2011, une version espagnole de ce livre est publiée par Editorial Nuevo Inicio, la maison d'édition créée par Mgr Javier Martinez, archevêque de Grenade, sous le titre Una nueva teologia politica.

En 2009, il est l'éditeur scientifique de l'encyclique Caritas in veritate de Benoît XVI[8].

En 2013, il publie une petite synthèse sur le mariage naturel (entre non baptisés), le mariage sacramentel (entre chrétiens catholiques et orthodoxes) et le mariage séculier : Deux mariages et un enterrement.

Il intervient dans des séminaires de recherche d'instituts universitaires chrétiens : Collège des Bernardins, Centre d'études du Saulchoir/Theologicum de l'Institut Catholique de Paris, Collège Supérieur, Universidad Ceu San Pablo de Madrid, Institut Politique Léon Harmel, Institut Protestant de Théologie.

Le 5 octobre 2015, il est invité par Chantal Delsol, président de l'Académie des sciences morales et politiques, à donner à l'Institut de France une communication sur le mouvement Radical Orthodoxy[9].

En 2017, il publie avec Catherine Culot Comprendre & expliquer la foi - 160 questions de Paul et Elodie.

En 2018, il publie aux éditions Tallandier les oeuvres de l'historien Augustin Cochin (1876-1916) sous le titre La Machine révolutionnaire[10].

Radio[modifier | modifier le code]

Il a dirigé sa propre émission sur Radio Courtoisie de 2003 à 2016[11].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]