Laurent Dandrieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Laurent Dandrieu
Image dans Infobox.
Laurent Dandrieu à Paris en 2015.
Fonction
Rédacteur en chef
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (58 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Laurent JacquetVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Laurent Dandrieu, Laurent JulienVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Distinction

Laurent Jacquet, dit Laurent Dandrieu (né le ), est un critique de cinéma, essayiste et journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Laurent Dandrieu naît Laurent Jacquet le [1] à Rome[réf. souhaitée].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il opte pour le nom de plume « Laurent Dandrieu »[1],[2] signe « Laurent Julien » dans la revue Réaction (1990-1994)[3] et devient en 1994 pigiste au Spectacle du Monde.

Également pigiste pour les pages culturelles de Valeurs actuelles où il assure depuis 1998 la critique cinéma, il devient titulaire de la rubrique « culture » de l'hebdomadaire en 1999, puis devient rédacteur en chef adjoint, d'abord responsable de la culture puis, depuis 2007, des pages Débats/opinions, et d' à , rédacteur en chef du site internet valeursactuelles.com[4]. Il est rédacteur en chef adjoint pour les pages Société puis, en 2016, devient rédacteur en chef des pages « Culture ».

En 2017, dans Église et immigration : le grand malaise, il rappelle qu'alors qu'en 1571 la papauté constitua le « fer de lance de la résistance à l'avancée musulmane » à travers la mise en place de la Sainte-Ligue qui défit les ottomans à la bataille de Lépante, à l'opposé depuis Pie XII, les papes ont développé une position très favorable à l'immigration. Laurent Dandrieu explique cette position par deux erreurs fondamentales, d'abord considérer les migrations du point de vue exclusif des migrants comme un droit, « la faculté pour chacun de s’établir là où il l’estime le plus opportun », et ensuite mêler les plans eschatologiques et politiques en voyant dans les migrations « la préfiguration anticipée de la cité sans frontières de Dieu ». Ce biais sur l'immigration est selon lui favorisé pour les musulmans depuis les années 1960 par le « discours angélique sur l'islam » que tient l'Église sous prétexte de préserver les faibles acquis du dialogue interreligieux[5].

Selon le journaliste Frédéric Martel, il est proche de Nicolas Diat, son « double politique et psychologique »[6].

Condamnation[modifier | modifier le code]

Le polémiste Taha Bouhafs indique en septembre 2020 qu'il serait l’auteur d'une fiction parue en août 2020 dans les pages de Valeurs actuelles, et qui, illustrée par Pascal Garnier, représente la députée Danièle Obono en esclave et attire critiques et plaintes en raison de son caractère raciste[7]. Il est condamné le 29 septembre 2019 à une amende de 1 500 euros et au paiement de dommages et intérêts pour complicité d'injure publique à caractère raciste pour ces faits[8].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

- Prix d’Académie 2021 de l'Académie française

Éditions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice BnF.
  2. Emmanuel Ratier (préf. Henry Coston), Encyclopédie des pseudonymes, t. I, Paris, Faits et Documents, , 330 p. (ISBN 2-909769-10-0), p. 74, 297.
  3. Jacques Prévotat, « La modération à l'épreuve de l'absolutisme : de l'Ancien Régime à la Révolution française », Le Débat, no 3692,‎ , p. 73-97.
  4. https://www.valeursactuelles.com/presentation-redaction.html
  5. « Laurent Dandrieu : "Sur les migrants, l’Église se tire une balle dans le pied" », sur atlantico.fr, (consulté le )
  6. « Nicolas Diat, le très secret éditeur des réacs », sur Slate.fr, (consulté le ).
  7. Taha Bouhafs, « Mais qui est l’auteur de la fiction raciste de Valeurs Actuelles ? », sur Là-bas si j'y suis, (consulté le )
  8. LIBERATION et AFP, « «Valeurs actuelles» condamné pour injure raciste pour avoir dépeint Danièle Obono en esclave », sur Libération (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]