Cuisine tibétaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thukpa, une soupe tibétaine à base de nouille.
Momos
Bols et cuillères tibétains, Field Museum

La cuisine tibétaine (chinois : 藏餐 ; pinyin : zàngcān) traditionnelle est assez différente de la cuisine que l'on retrouve dans les pays frontaliers, notamment en raison du fait que peu de plantes poussent à une altitude moyenne de 4 000 m. On retrouve principalement de l'orge commune, avec laquelle on fait la tsampa, la farine d'orge grillée, qui est l'aliment de base de la majeure partie du Tibet.

Les plats de viande sont à base de yak, chèvre, ou mouton, souvent sechés ou cuisinés dans un bouillon épicé avec des pommes de terre[1].

Les yaourts, le lait et le fromage de yak sont souvent au menu, un yaourt bien réalisé est considéré comme un mets de choix[2].

Variétés de cuisine tibétaine[modifier | modifier le code]

Le terme de cuisine tibétaine est un terme générique se rapportant aux cuisine des tibétains, il existe plus précisément quatre principales cuisines tibétaines[3],[4],[5],[6] :

Plats[modifier | modifier le code]

Soupe, entrée et accompagnement[modifier | modifier le code]

  • La tsampa est constitué de farine d’orge grillée, c'est l'aliment de base au Tibet, au même titre que le riz en Chine ou le blé en Europe. On l'utilise pour en faire des nouilles ou des momos. En 1959, un appel à la résistance paru dans le journal Miroir du Tibet, s'adressait à « tous les mangeurs de tsampa » et non pas aux Tibétains, tant la farine d'orge grillée est symbolique de l'identité tibétaine[réf. insuffisante][7].
  • Thukpa
  • Tenthuk
  • Le momo est un ravioli, cuit à la vapeur ou frit[8].
  • Le Lhassa Khoura est une petite crêpe frite aux champignons et au bœuf.
  • Le beurre de Yak est un beurre produit à partir du lait de Yak. Il est typiquement consommé rance au Tibet dans du thé, le po cha ou cha süma.
  • Le sha balep est un pain tibétain, consommé au petit déjeuner et au déjeuner. Il y a divers types de pains "sha balep", frits ou non, contenant de la viande ou des légumes (à ne pas confondre avec les momoks).

Viandes[modifier | modifier le code]

La viande constitue le plat principal des repas. Le Tibétain, contrairement aux idées reçues, apprécie la viande. Selon les productions locales différentes selon l'altitude, on consomme le yak, le bœuf, le mouton, le porc ou la volaille. En famille, la pièce de viande, souvent grillée ou rôtie est disposée au centre de la table et les convives se servent en découpant la viande avec un couteau porté à la ceinture dans un étui renfermant également des baguettes. La viande est cuite avec les os dans de l'eau claire plutôt que d'être rôtie. Le sel et des épices relevés sont utilisés comme condiments.

Fromages et desserts[modifier | modifier le code]

fromages à Shangri-La (ou Zhongdian)

Ce sont :

  • le Chura, une variété de fromage traditionnel à pâte dure, fait à partir de lait de brebis, de chèvre ou/et de yak (la « dri ») ;
  • le dresil, riz sucré au beurre et aux fruits secs nappé de yaourt ;
  • l'omdre, riz au lait accompagné de fromage frais de yak ou de vache, ou de yaourt ; le plus connu des desserts tibétains.
Cuillère tibétaine.

Boissons[modifier | modifier le code]

Ce sont :

  • le thé au beurre, ou thé au beurre de yak rance, également connu sous le nom de po cha (tibétain : བོད་ཇ་, Wylie : bod ja, dialecte de Lhassa API : thé tibétain), cha süma (tibétain : ཇ་སྲུབ་མ་, Wylie : ja srub ma, dialecte de Lhassa API : thé "churned tea", {{chinois : 酥油茶, sū yóu chá), une thé au beurre de yak rance et salé typique du Tibet, et proche du thé salé mongol, au lait caillé ;
  • le djia tu, thé noir salé dans lequel on fait fondre du beurre de yak ;
  • Chang, bière traditionnelle à base de céréales ;
  • Qingke jiu, alcool distillé à base d'orge du Tibet ;
  • changkhoel, chang chaud que l’on mélange à de la tsampa et du fromage.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rinjing Dorje, La cuisine tibétaine : le cru et le cuit au Royaume des neiges, l'Astrolabe, Peuples du monde, Paris, 1988, 119 p.
  • (en) Elizabeth Esther Kelly, Tibetan cooking: recipes for daily living, celebration, and ceremony, Snow Lion Publications, Ithaca, N.Y., 2007, 108 p. (ISBN 978-1-55939-262-4)
  • Haiwang Yuan, Awang Kunga et Bo Li, Tibetan Folktales, Santa Barbara, CA, Libraries Unlimited, coll. « World folklore series », (ISBN 9781610694704, lire en ligne), p. 44

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]