Crupet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Crupet
Crupet
Le donjon du château des Carondelet (XIIIe siècle)
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Namur
Commune Assesse
Code postal 5332
Zone téléphonique 083
Démographie
Gentilé Crupétois(e)
Géographie
Coordonnées 50° 20′ nord, 4° 57′ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : province de Namur
Voir sur la carte administrative de province de Namur
City locator 14.svg
Crupet
Géolocalisation sur la carte : Région wallonne
Voir sur la carte administrative de Région wallonne
City locator 14.svg
Crupet
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Crupet
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Crupet

Crupet (en wallon Crupet) est une section de la commune belge d'Assesse située en Région wallonne dans la province de Namur.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Le village fait partie de l'association qui regroupe les plus beaux villages de Wallonie.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom "Crupet" trouve vraisemblablement son origine dans le mot wallon (namurois) crupèt signifiant monticule.

Ou Crupays en wallon signifiant « pays cru » donc humide.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de Crupet était déjà habité à l'époque gallo-romaine. On y a également retrouvé des tombes mérovingiennes. Au Moyen Âge, Crupet était une enclave liégeoise dans le comté de Namur.

Lors de la Bataille de France au cours de la Seconde Guerre mondiale, Crupet est le théâtre de combats entre allemands et français dans l'après midi du . Sous les ordres du commandant Pommares, les français (5e escadron du 14e régiment de dragons portés, avec deux pelotons antichars) doivent tenir Crupet jusqu'à 17h afin de protéger le repli derrière la Meuse du reste du 14e régiment de dragons portés[1]. Ils sont attaqués vers 16h30 par la Panzer-Aufklärung-Abteilung 8[1], unité de reconnaissance de la 5e Panzerdivision de Max von Hartlieb-Walsporn qui cherche à atteindre la Meuse au plus vite avant la fin de la journée. Les Allemands infiltrent les positions françaises et font preuve d'une « rapidité stupéfiante »[2]. Le repli des défenseurs démarre un quart d'heure plus tard et se déroule « dans des conditions tragiques qui coûtent de nombreuses pertes en personnel et matériel »[2], dont au moins deux automitrailleuses de reconnaissance AMR 33[1]. Crupet est alors aux mains des Allemands jusqu'à sa libération en 1944.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le donjon du XIIe siècle et le Château-ferme de Crupet sont repris sur la liste du patrimoine immobilier classé d'Assesse. Le donjon est aussi repris comme patrimoine exceptionnel de Wallonie.

L'ensemble formé par l'église Saint-Martin, le vieux cimetière contigu, le presbytère daté de 1654, la place de l'église et le tilleul centenaire croissant sur cette place sont aussi repris sur la liste du patrimoine immobilier classé d'Assesse.

La grotte artificielle dédiée à saint Antoine de Padoue et son diable, imaginée par l’abbé Joseph Gérard et bâtie avec l'aide des villageois au début du XXe siècle[3].

La maison néo-classique construite au milieu du XIXe siècle située au no 7 de la rue Haute et la longue façade de la fermette sise au no 14 de cette même rue (début du XIXe siècle).

L'ancienne école bâtie en moellons de grès et datée de 1863 se situe au no 15 de la rue Haute.

La place du jeu de balle située rue Haute.

Les moulins Purnode-Lamy, de la Ramonette, de la papeterie Delvosal (ou des Ramiers) daté de 1770, d'Avillon-Moulin sont d'anciens moulins à eau situés le long de la rue Basse.

L'ancien fermette en pan de bois et torchis datant probablement du XVIIIe siècle se situe au no 4A de la rue de Messe.

La chapelle Saint-Roch située rue des Loges et la potale Saint-Joseph, rue Saint-Joseph.

Économie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 187-190.
  2. a et b Journal de Marche et des Opérations du 14e régiment de dragons portés, cité par Jean Yves Mary, opus cité, p. 189.
  3. « Le diable de Crupet », sur geneadeg.net (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]