Celles (Namur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Celles.
image illustrant une localité de la province de Namur
Cet article est une ébauche concernant une localité de la province de Namur.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Celles
Le centre du village
Le centre du village
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Dinant
Commune Houyet
Code postal 5561
Zone téléphonique 082
Démographie
Gentilé Cellois(e)
Géographie
Coordonnées 50° 13′ nord, 5° 00′ est
Superficie 2 074 ha = 20,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Namur

Voir sur la carte administrative de Province de Namur
City locator 14.svg
Celles

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Celles

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Celles

Celles ou Celles-lez-Dinant (en wallon Cele-dilé-Dinant) est un village situé sur un petit affluent de la Lesse. Il fait partie de la commune de Houyet, province de Namur (Région wallonne de Belgique). C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de Celles trouve son origine dans le nom latin féminin cella signifiant Chambre, local, pièce, salle ou encore, cellule. Il provient, suivant la tradition, des cellules que les disciples de Saint Hadelin (617-690) construisirent pour demeurer auprès de leur maître spirituel, l'ermite Hadelin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des traces de culte au dieu romain Neptune semblent indiquer que l'endroit est déjà habité au IIe siècle.

Au VIIe siècle, la contrée est évangélisée par l'Aquitain Saint Hadelin qui y fonde d'abord un ermitage, devenu ensuite un monastère. Plusieurs miracles sont attribués à l'intercession du saint. Le village devient alors un lieu de pèlerinages.

En l'an 1046, l'évêque de Liège Wazon fait déposer les restes du saint dans une châsse ornée de reliefs en argent. Les longs côtés sont parachevés vers 1170 pour en faire ce trésor de l'art mosan que l'on peut admirer en l'église Saint-Martin de Visé. D'abord conservée à Celles, la châsse est transférée à Visé en 1338.

Les bénédictins occupent le monastère jusqu'au Xe ou XIe siècle, époque où ils sont remplacés par un chapitre de chanoines. Une chapelle occupe l'emplacement de l'ancien ermitage. L'église du village remonte au XIe siècle et domine la crypte du sanctuaire primitif édifié au VIIIe siècle[1]. Voici donc bientôt 1 000 ans que les moines ont décidé de construire cette collégiale qui n’a pratiquement pas été modifiée depuis. Véritable chef-d’œuvre de l’art roman en Belgique, l'Église Saint-Hadelin est reprise au patrimoine majeur de Wallonie.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Le char Panther trône au carrefour de Celles à quelques mètres de l'endroit où il fut détruit
  • château abandonné de Noisy, situé dans une forêt de la commune
    *Château de Noisy, un château détruit en 2016 malgré l'opposition et l'attachement des habitants de la commune, mais aussi des réactions mondialement indignées. Ce château avait intéressé Tim Burton lors d'un repérage. Édifice unique en son genre, adoptant un style Tudor, il était l'un des plus beaux exemples de l'architecture néo-gothique de Belgique.
  • Le village fait partie de l'association qui regroupe les plus beaux villages de Wallonie.
  • Durant la Seconde Guerre mondiale le village fut le point ultime de l'avancée allemande lors de l'offensive de la bataille des Ardennes en décembre 1944. Un char allemand rappelle l'extrême limite. Une patrouille allemande ayant revêtu des uniformes américains a cependant atteint la ville proche de Dinant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Delmelle, Abbayes et béguinages de Belgique, Rossel Édition, Bruxelles, 1973, p. 65.

Liens externes[modifier | modifier le code]