Infection aiguë des voies respiratoires inférieures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Une infection aiguë des voies respiratoires inférieures, également appelée infection respiratoire basse, est une infection aiguë touchant les voies aériennes inférieures ou les poumons.

Typologie[modifier | modifier le code]

Cette entité désigne un groupe de pathologies pouvant inclure la bronchiolite, la bronchite aiguë, certains cas d'exacerbation de BPCO, la grippe et la pneumonie.

Prévalence[modifier | modifier le code]

Les personnes âgées, immunodéficientes ou atteint de maladies pulmonaires chroniques risquent plus d'être touchées. Et on a récemment noté que certaines infections à virus multiples (coinfections virales) sont chez les enfants liés à un risque plus élevé de développer une Infection aiguë des voies respiratoires (LRTI pour les anglophones)[1].

Pronostic[modifier | modifier le code]

Ces infections sont fréquentes et la majorité a une évolution spontanément favorable. Cependant, elles constituent une des principales causes de mortalité dans le monde, notamment du fait des pneumonies.

Causes[modifier | modifier le code]

Les agents causals sont habituellement des virus ou des bactéries (ou une co-infection).

Symptômes[modifier | modifier le code]

Ce type d'infection s'exprime habituellement par des signes respiratoires, principalement la toux, éventuellement associés à des signes généraux comme la fièvre.

Traitement[modifier | modifier le code]

Si la cause est bactérienne, ou en présence d'une surinfection bactérienne, le patient se voit prescrire un antibiotique (essentiellement réservé aux cas de pneumonie).

Prévention[modifier | modifier le code]

Certaines infections respiratoires basses spécifiques peuvent être prévenues par la vaccination, lorsqu'elle existe (contre le pneumocoque par exemple).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Chun-Yu Yen et Wan-Tai Wu, « Viral etiologies of acute respiratory tract infections among hospitalized children – A comparison between single and multiple viral infections », sur Journal of Microbiology, Immunology and Infection, (DOI 10.1016/j.jmii.2019.08.013, consulté le 17 avril 2020), p. 902–910

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]