Convoi n° 1 du 4 août 1942

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Convoi n° 1 du 4 août 1942
Caserne Dossin à Malines
Caserne Dossin à Malines

Contexte Seconde Guerre mondiale
Mode de transport Ferroviaire
Numéro I
Départ Drapeau de la Belgique Belgique (4 août 1942)
Arrivée Auschwitz, Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Déportés Juifs
· Total 999
· Moins de 16 ans 140
Survivants en 1945 6
But de la déportation Extermination

Le convoi du fut le premier convoi de déportation à quitter le territoire belge en direction d'Auschwitz-Birkenau[1].

À l'été 1942, les Allemands commencèrent à planifier la déportation des juifs de Belgique. Ils sommèrent l'Association des Juifs en Belgique (AJB) de transmettre des convocations pour le Service du travail obligatoire. Le responsable allemand chargé de cette question était Kurt Asche. Les Juifs étaient tenus de se présenter à Malines, à la caserne Dossin, transformées pour l'occasion en Camp de rassemblement (SS-Sammellager) comme l'était Drancy en France. Le , 10 000 convocations partent. Le succès ne fut cependant pas à la hauteur des espérances des allemands qui durent organiser des rafles à Bruxelles et Anvers. Afin de ne pas éveiller l'indignation populaire, les allemands commencèrent à "évacuer" les juifs étrangers étant sur le territoire belge.

Malines étaient, selon les desseins allemands, situé de manière optimale entre Bruxelles et Anvers, où habitaient les deux principales communautés juives de Belgique. Par ailleurs, Malines était sur un important nœud ferroviaires permettant un accès aisé à l'Est.

Le , la caserne Dossin accueille les premiers juifs répondant à la menaçante "convocation à Malines". Le , un train de troisième classe (les wagons à bestiaux plombés ne seront utilisés qu'à partir du vingtième convoi) est affecté au premier convoi de la déportation des Juifs de Belgique. 999 personnes monteront à bord, ignorantes de leur funeste destination. Parmi eux, 140 enfants de moins de 16 ans[2],[3].

Hanna Karpowitz parviendra à s'échapper du train. Elle sera reprise quelques jours plus tard et sera réinscrite pour le convoi no 5 du [4].

Seules six personnes ayant pris place dans ce train survivront à la déportation[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. encyclopédie bséditions.fr
  2. Maxime Steinberg, La persécution des Juifs en Belgique (1940-1945, Bruxelles, Editions Complexe, coll. « Questions à l'histoire », , 316 p. (ISBN 978-2-804-80026-0, OCLC 255094611, lire en ligne)
  3. Le Soir, Michel Bailly, Voici 50 ans, départ de Malines des premiers convois pour Auschwitz, mardi 4 août 1992, page 16
  4. a et b Caserne Dossin.be

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Convois de la déportation des Juifs de Belgique