Congrégation de Solesmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dom Prosper Guéranger, osb, qui sollicita la création de la congrégation.

La congrégation de Solesmes est une des vingt-et-une congrégations de la confédération bénédictine de l'Ordre de Saint-Benoît.

Après la fondation de l'Abbaye Saint-Pierre de Solesmes, elle a été érigée en 1837 par le pape Grégoire XVI, sous le nom de « Congrégation de France » : le pape décide que la Congrégation remplace les anciennes Congrégations de Cluny, des Saints-Vanne-et-Hydulphe et de Saint-Maur, et participe à leurs privilèges dont elle devient héritière.

Développement[modifier | modifier le code]

La nouvelle congrégation s'étend rapidement au rythme des fondations successives de Solesmes et des autres monastères de la congrégation : Ligugé en 1853, Marseille (qui devient Ganagobie) en 1856, Silos en 1880, Wisques en 1889, Clervaux en 1890, Sainte-Marie (à Paris) en 1893, Saint-Wandrille en 1894, Kergonan en 1897.

La loi sur les associations de 1901 entraînant la quasi impossibilité de créer de nouvelles communautés monastiques en France, la congrégation est amenée à faire des fondations dans ses lieux d'exil à partir de 1901 : Saint-Benoît-du-Lac (Québec) en 1912, Quarr (Île de Wight, Angleterre) en 1922.

Après la Seconde Guerre mondiale, l'abbaye de Solesmes peut à nouveau fonder en France : Fontgombault en 1947, puis dans les pays de mission : Keur Moussa (Sénégal) en 1961, Palendriai (Lituanie) en 1998. Fontgombault fonde quant à elle Randol en 1968, Triors en 1984, Gaussan en 1994 et Clear Creek (États-Unis) en 1999[1]. La congrégation comporte aujourd'hui plus de 915 moines et moniales, ce qui en fait l'une des premières congrégations bénédictines.

Organisation[modifier | modifier le code]

En 2009, la congrégation est composée de 32 maisons dont 14 situées en France, 4 en Espagne, 1 au Luxembourg, 2 en Grande-Bretagne, 2 au Canada, 1 aux Pays-Bas, 2 au Sénégal, 1 en Guinée, 1 en Lituanie, 2 aux États-Unis, et de 2 prieurés situés en Martinique.

Chaque monastère est autonome, mais cherche à conserver une vraie unité autour de l'héritage reçu de Dom Guéranger, sous la présidence du père abbé de Solesmes.

La Congrégation de Solesmes a, jusqu'à présent, refusé le régime de la « reconnaissance légale », pour retenir celui de l'« association de fait »[2]. La congrégation n'a pas de personnalité morale. Elle ne peut signer aucun contrat au nom de l'abbaye, ni être propriétaire de ses propres bâtiments, ni recevoir des dons ou des legs, ouvrir un compte bancaire, obtenir une carte grise[3]...

Liste des maisons[modifier | modifier le code]

Abbaye Saint-Pierre de Solesmes.
Abbaye de Randol.

[Chiffres de mai 2009]

Arbre[modifier | modifier le code]

Branche masculine

L'arbre ci-dessous présente les différents abbayes et prieurés masculins de la congrégation de Solesmes organisés par lien de « parenté ». Entre parenthèses figure la date de fondation — ou refondation — par l'abbaye mère[4] et éventuellement la date de fin.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Saint-Pierre de Solesmes
(1833)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Saint-Martin de Ligugé
(1853)
 
 
 
Notre-Dame de Ganagobie
(1856)
 
Saint-Paul de Wisques
(1889)
 
Saint-Maurice-et-Saint-Maur
(1890)
 
Sainte-Anne de Kergonan
(1897)
 
Notre-Dame de Quarr
(1922)
 
Notre-Dame de Fontgombault
(1948)
 
Keur Moussa
(1961)
 
Saint-Benoît de Palendriai
(1998)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Saint-Dominique de Silos
(1880)
 
 
 
Sainte-Marie de Paris
(1893)
 
Saint-Wandrille de Fontenelle
(1894)
 
 
 
Saint-Paul d'Oosterhout[5]
 
 
 
 
 
 
 
Notre-Dame de Randol
(1971)
 
Notre-Dame de Triors
(1984)
 
Notre-Dame de Gaussan
(1994-2009)
 
Notre-Dame de l'Annonciation de Clear Creek
(1999)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Notre-Dame de Montserrat
(1939)
 
Saint-Sauveur de Leyre
(1954)
 
Sainte-Croix de la vallée de los Caídos
(1958)
 
Saint-Benoît-du-Lac
(1912)
 
Notre-Dame du Mont des Oliviers
(1947)
 
Mont Saint-Benoît
(1951)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Notre-Dame de Donezan
(2007)


Branche féminine

L'arbre ci-dessous présente les différents abbayes et prieurés féminins de la congrégation de Solesmes organisés par lien de « parenté ». Entre parenthèses figure la date de fondation — ou refondation — par l'abbaye mère[6].

 
 
 
 
 
 
 
 
Sainte-Cécile de Solesmes
(1866)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Notre-Dame de Wisques
(1889)
 
Saint-Michel de Kergonan
(1898)
 
Keur Guilaye
(1970)
 
Sainte-Marie-des-Anges
(1977)
 
Sainte-Cécile de Ryde
(1950[7])
 
 
 
Sainte-Marie-des-Deux-Montagnes
(1936)
 
 
 
Cœur-Immaculé-de-Marie de Westfield
(1981)

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arbre de la congrégation de Solesmes
  2. Congrégation religieuse en droit français
  3. Vincent Cador et Grégor Puppinck, « De la conventionnalité du régime français des congrégations » dans la Revue du droit public et de la science politique en France et à l'étranger, 2018.
  4. « La Congrégation de Solesmes », Abbaye Saint-Pierre de Solesmes (consulté le 14 mars 2012)
  5. L'abbaye Saint-Paul d'Oosterhout ne fait plus partie de la congrégation de Solesmes depuis 1969.
  6. « Autres monastères de moniales de la Congrégation de Solesmes », Abbaye Sainte-Cécile de Solesmes (consulté le 14 mars 2012)
  7. Date de rattachement de l'abbaye Sainte-Cécile de Ryde (aussi appelée abbaye Pax Cordis Iesu) à la congrégation de Solesmes.

Articles connexes[modifier | modifier le code]