Aller au contenu

Abbaye Saint-Dominique de Silos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abbaye Saint-Dominique de Silos
Image illustrative de l’article Abbaye Saint-Dominique de Silos
Vue du cloître.
Présentation
Nom local Monasterio de Santo Domingo de Silos
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Rattachement Ordre de Saint-Benoît
Début de la construction Xe siècle
Style dominant Architecture romane
Protection Bien d'intérêt culturel (1931)
Site web http://www.abadiadesilos.es/
Géographie
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Drapeau de Castille-et-León Castille-et-León
Province Province de Burgos
Ville Santo Domingo de Silos
Coordonnées 41° 57′ 43″ nord, 3° 25′ 09″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Espagne
(Voir situation sur carte : Espagne)
Abbaye Saint-Dominique de Silos
Géolocalisation sur la carte : Castille-et-León
(Voir situation sur carte : Castille-et-León)
Abbaye Saint-Dominique de Silos

L'abbaye Saint-Dominique de Silos (Monasterio de Santo Domingo de Silos) est une abbaye bénédictine appartenant à la congrégation de Solesmes. Elle a été fondée au Xe siècle dans le nord de la Castille, dans la partie orientale d'une petite vallée que le premier document des archives de Silos, datant de 954, désigne comme la vallée de Tabladillo. Aujourd'hui, elle se situe dans le village de Santo Domingo de Silos, dans la partie sud de la province de Burgos.

Histoire[modifier | modifier le code]

Située dans une contrée montagneuse, la vie monastique y a commencé au IXe siècle au moment du début de la reconquête castillane. C'est à partir du Xe siècle que les documents font mention d'un monastère Saint-Sébastien de Silos. C'est en 1041 qu'une lettre du roi Ferdinand de Castille mentionne le moine émilien Dominique qui en est l'abbé. Il meurt le après avoir relevé le monastère et lui avoir donné un nouvel essor. Considéré comme thaumaturge, Dominique de Silos est canonisé en 1076 et l'endroit devient lieu de pèlerinage. Divers bâtiments romans sont construits.

Devenu abbaye Saint-Dominique de Silos, le monastère s'agrège en 1512 à la congrégation bénédictine de Valladolid. Au XVIIIe siècle, l'architecte Ventura Rodríguez construisit une église néo-classique et modernisa l'abbaye, tout en respectant le cloître roman. C'est pour cette raison qu'aujourd'hui l'abbaye se compose d'une partie médiévale et d'une partie néo-classique.

Vue générale de l'abbaye.

L'abbaye est expropriée et les moines dispersés par les décrets de Mendizábal en novembre 1835. La vie monastique reprend le , lorsque de jeunes moines de l'abbaye Saint-Martin de Ligugé en France rachètent l'endroit. L'abbaye, qui n'est alors que prieuré, entre dans la congrégation de Solesmes sous la direction de Dom Hildefonse Guépin. Silos est alors sauvée de la destruction totale. Les moines parviennent à sauver les murs, mais aussi les archives médiévales et à restaurer la liturgie.

Silos a fondé à son tour plusieurs maisons, comme l'abbaye de Leyre en Navarre, Notre-Dame d'Estibaliz dans la province d'Alava, et des maisons en Argentine et au Mexique.

Elle édite des disques de chants grégoriens mondialement connus.

Le cyprès de Silos[modifier | modifier le code]

À leur arrivée, les moines plantent dans le cloître un cyprès qui est aujourd'hui l'emblème du monastère.

Après une visite du monastère, le poète Gerardo Diego (1896-1987) a composé son fameux sonnet El ciprés de Silos, considéré comme un des meilleurs sonnets de la littérature espagnole.

Enhiesto surtidor de sombra y sueño
que acongojas el cielo con tu lanza.
Chorro que a las estrellas casi alcanza
devanado a sí mismo en loco empeño.

Mástil de soledad, prodigio isleño,
flecha de fe, saeta de esperanza.
Hoy llegó a ti, riberas del Arlanza,
peregrina al azar, mi alma sin dueño.

Cuando te vi señero, dulce, firme,
qué ansiedades sentí de diluirme
y ascender como tú, vuelto en cristales,

como tú, negra torre de arduos filos,
ejemplo de delirios verticales,
mudo ciprés en el fervor de Silos.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marius Férotin, Histoire de l'abbaye de Silos, Ernest Leroux éditeur, Paris, 1897 (lire en ligne)
  • Elisabeth Valdez del Alamo, Palace of the Mind. The Cloister of Silos and Spanish Sculpture of the Twelfth Century, Turnhout, Brepols, 2012, (ISBN 978-2-503-51711-7), 532p. (compte-rendu par Manuel Castiñeiras, Cahiers de civilisation médiévale, 2017, no 60, p. 324-327 (lire en ligne))
  • Peter K. Klein, Une vision partiale de Silos, dans Bulletin monumental, 2016, tome 174, no 2, p. 187-193, (ISBN 978-2-901837-63-3)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]