Abbaye Notre-Dame de Randol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Abbaye Notre-Dame de Randol
L'abbaye Notre-Dame de Randol depuis la route qui mène à Saint-Saturnin.
L'abbaye Notre-Dame de Randol depuis la route qui mène à Saint-Saturnin.

Ordre Bénédictin
Abbaye mère Abbaye Notre-Dame de Fontgombault
Fondation 1971
Diocèse Archidiocèse de Clermont
Style(s) dominant(s) Moderne
Site web www.randol.org
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Commune Cournols
Coordonnées 45° 38′ 36″ nord, 3° 04′ 23″ est
Géolocalisation sur la carte : Auvergne
(Voir situation sur carte : Auvergne)
Abbaye Notre-Dame de Randol
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Notre-Dame de Randol

L'abbaye Notre-Dame de Randol est une abbaye bénédictine masculine de la congrégation de Solesmes, située à six cents mètres du village de Randol, dans la commune de Cournols, dans le Puy-de-Dôme.

D'un point de vue civil, elle constitue une congrégation reconnue depuis 1971.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1966, sollicité par l'évêque de Clermont pour restaurer la vie bénédictine disparue d'Auvergne depuis 1790, l'abbé[1] de l'abbaye Notre-Dame de Fontgombault, découvre le site des gorges de la Monne. La fondation est décidée peu après. La première pierre du monastère est bénie le 31 mai 1969. En 1971, les premiers moines, venus de Fontgombault, s'installent dans les bâtiments. Le prieuré de Randol est tout d'abord dirigé par Dom Dominique Marc (né en 1933) jusqu'en 1979, année où lui succède comme prieur Dom Éric de Lesquen (né en 1938). Celui-ci sera nommé comme premier abbé par l'abbaye-mère de Fontgombault, lorsque le prieuré sera érigé en abbaye le 21 mars 1981. Il reçoit la bénédiction de l'évêque de Clermont, Mgr Jean Dardel, le de la même année, en présence de nombreux évêques et abbés.

L'abbaye compte en 2020 trente-six moines, relativement âgés (seuls huit moines ont moins de 60 ans, le plus âgé ayant 93 ans). L'abbé actuel, depuis 2003, est Dom Bertrand de Hédouville, né en 1952 et profès depuis 1976.

Liturgie[modifier | modifier le code]

Appartenant à la congrégation de Solesmes, et étant fille de Fontgombault, le prieuré de Randol a suivi au début de la fondation le missel tridentin modifié de 1965. À la fin de l'année 1974, le nouveau rite de la messe (1969) a été adopté. À partir de la fête de l'Annonciation de 1985, les prêtres ont pu dire la messe en semaine selon l'ancien missel de 1962, profitant de l'indult envers la forme tridentine du rite romain. Enfin, en 1989, l'abbaye a repris l'ancien rite (missel de 1962) pour toutes les messes, tout en conservant les nouvelles préfaces et le nouveau sanctoral. Elle dépendait à ce titre de la commission pontificale Ecclesia Dei, depuis 1988 et jusqu'à la suppression de cette commission en 2019.

L'office divin est chanté en latin, dans la musique grégorienne, avec accompagnement d'orgue pour soutenir le ton. À l’inverse de Fontgombault et de Solesmes, l’abbaye de Randol n'est pas référencée comme un lieu d’exécution exceptionnelle du chant grégorien, bien qu'ayant six disques à son actif : Noël, Pâques, Pentecôte, Assomption, Dédicace et Temps de la Passion.

Le monastère[modifier | modifier le code]

Il a été construit par les architectes Paul-Jean Monnoyeur et Louis Piessat au cours des années 1970, dans un style contemporain, et il est placé sous la protection de Notre-Dame de la Visitation.

Il est composé de deux cloîtres formant ainsi les deux parties de l'abbaye, avec une partie propre aux moines dite de la clôture, et une partie destinée à l’hôtellerie où les moines accueillent des jeunes gens, des étudiants et des hommes, en retraite ou en étude, en leur offrant ainsi un cadre privilégié de prière et de ressourcement. Cette partie, bien que faisant partie du même bâtiment que l'abbaye, est un espace complètement à part et quasi autonome, afin de rendre celle-ci la moins dépendante des moines.

Dans la partie commune, il y a l'église où les moines se réunissent huit fois par jour pour les offices du jour selon la règle établie par saint Benoît. L'église est composée d'un narthex, en général dans l'obscurité, avec un bénitier central, où le fidèle passe ainsi de l'obscurité à la nef. Le chœur, composé d'un autel central et de stalles, est réservé aux moines, et à gauche, attenant au chœur, se trouve la chapelle de la Sainte-Famille. La crypte, sous l'église, est composée de dix autels, où le matin chaque moine-prêtre peut célébrer sa messe sous la forme d'une messe basse.

Le village[modifier | modifier le code]

Vue du village de Randol à partir de l'oppidum gaulois

L'abbaye a pris son nom du village de Randol (ou Randolle), bien qu'étant construite à plus de six cents mètres à l'est du village. Au milieu du XXe siècle, ce village comportait une dizaine de familles d'agriculteurs ; à l'arrivée des moines, il restait encore trois maisons habitées. Peu à peu, les moines, par l'intermédiaire de la Société immobilière de la Monne, ont acheté toutes les maisons, ainsi que la quasi-totalité des parcelles agricoles environnantes. Néanmoins, les rues du village restent dans le domaine public, et tout le monde peut y venir, y compris en voiture.

Le village est aujourd'hui inclus dans le site classé des gorges de la Monne.

Les moines de l'abbaye de Randol ont entrepris et achevé la restauration des maisons du village. Elles sont louées tout au long de l'année, mais plus particulièrement durant la période estivale, pour des familles en retraite spirituelle.

Les bâtiments, par leur aspect et leur disposition, font du village un site touristique intéressant, par ailleurs exceptionnellement préservé grâce à la législation sur les sites classés qui a imposé aux moines un cahier des charges très strict pour toute restauration. Le village de Randol compte quelques granges qui servent à entreposer du matériel, du foin ou à abriter les moutons des moines[2].

Abbés[modifier | modifier le code]

L'abbaye Notre-Dame de Randol depuis la route qui mène au village.
AbbésVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDurée
DébutFin
Éric de Lesquen (d)[3]22 ans
Bertrand de Hédouville (d)En cours17 ans

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Les scouts d'Europe ont fréquenté l'abbaye dès le milieu des années 1970, et de très nombreux scouts ont travaillé bénévolement pour rénover le village ou pour mettre en valeur les propriétés agricoles du monastère (plantation de cèdres, entretien des chemins par exemple). Encore aujourd'hui, plusieurs unités viennent camper pendant l'été sur les terres de l'abbaye. Plusieurs moines sont des anciens du mouvement scout, dont le premier moine entré à Randol : dom Etienne Henry[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Abbaye Notre-Dame de Randol », Bonne adresse, sur famillechretienne.fr, (consulté le 3 septembre 2014)
  2. http://www.unavoce.fr/content/view/175/90/
  3. « http://www.saint-saturnin.com/Randol.html »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]