Abbaye Saint-Maurice-et-Saint-Maur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abbaye
Saint-Maurice-et-Saint-Maur
Image illustrative de l’article Abbaye Saint-Maurice-et-Saint-Maur
Clocher de l'église abbatiale.
Présentation
Nom local (lb) Benediktinerabtei Hellege Moritz
Culte catholique
Type abbaye
Rattachement bénédictin
Début de la construction 1908
Fin des travaux 1910
Architecte Franciskus Klomp (de)
Style dominant néoroman
Site web Site officiel
Géographie
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Canton Clervaux
Commune Clervaux
Coordonnées 50° 03′ 16″ nord, 6° 01′ 46″ est
Géolocalisation sur la carte : Luxembourg
(Voir situation sur carte : Luxembourg)
Abbaye Saint-Maurice-et-Saint-Maur

L’abbaye Saint-Maurice-et-Saint-Maur ou abbaye de Clervaux est une abbaye bénédictine sise à Clervaux, dans le Grand-Duché de Luxembourg. Abritant une douzaine de moines de différents pays, elle a été fondée en 1909 faisant partie de la congrégation de Solesmes[1] et attachée à la confédération bénédictine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Du fait des mesures d'exception visant les congrégations religieuses les moines de l’abbaye de Glanfeuil (près d’Angers) s’exilent en 1901. Ils passent quelque temps à Baronville, en Belgique, avant d’être accueillis au Grand-Duché de Luxembourg. En 1909 une nouvelle abbaye est mise en chantier[2] : elle est construite en style néo-roman sur les hauteurs de la petite ville de Clervaux, dans le nord du Grand-Duché de Luxembourg. Son splendide clocher clunisien se dresse comme un phare pour toute la région d’alentour.En 1935 le peintre Nicolas Untersteller y peint a fresco

En , les moines sont expulsés de leur abbaye par les autorités allemandes qui occupent le Grand-Duché. Les moines ne peuvent ré-intégrer le bâtiment qu'en 1945.

L’abbaye est affiliée à la congrégation de Solesmes. Suivant la règle de saint Benoît, les moines partagent leur temps entre la prière chorale commune, l’étude méditative de l’Écriture sainte (Lectio divina) et le travail intellectuel ou manuel (Ora et labora). L’office divin les appelle à se retrouver sept fois à l'église pour les diverses ‘heures’, rythmant leur journée du chant des psaumes à la gloire de Dieu. La célébration eucharistique solennelle communautaire et publique est le centre de leur vie.

L'abbaye s'illustre également de la tradition du chant grégorien, en tant que fondation de Solesmes. Notamment, son maître de chœur Dom Pierre Thomas fut nommé en 1948 professeur du chant grégorien auprès de l'Institut pontifical de musique sacrée à Rome. Toutefois, il y décéda soudainement en 1951[3].

Robert Weber, qui dirigea la première édition de la Vulgate de Stuttgart, y décéda en 1980[4].

Figures marquantes[modifier | modifier le code]

Le moine de l'abbaye Dom Jean Leclercq, éminent érudit de patristique, a aidé à guider le renouveau de la vie monastique catholique au cours de la dernière moitié du XXe siècle.

Un autre moine de l'abbaye, Dom Paul Benoit, était un compositeur de musique d'orgue principalement liturgique.

Alors ambassadeur à Bruxelles, Paul Claudel passa la Semaine sainte de 1934 à l’abbaye où il composa La nuit de Pâques.

L'écrivain islandais Halldór Laxness (1902–1998), s'est converti au catholicisme durant un séjour à l'abbaye en 1923. La communauté monastique a financé une mission catholique en Scandinavie pendant de nombreuses années.

Le compositeur australien d’origine luxembourgeoise Georges Lentz a écrit son morceau de guitare électrique d'une heure Ingwe lors d'un séjour à l'abbaye.

Liste des abbés[modifier | modifier le code]

Autel tétramorphe de l'église abbatiale.
  • Dom Edouard du Coëtlosquet (1894-1903), père abbé de la communauté à Saint-Maur de Glanfeuil, avant l'expulsion à Baronville (1901)[5]
  • Dom Paul Renaudin (1907-1919)[6], à Baronville, puis à Clervaux (1910)
  • Dom Joseph-Odon Alardo (1919-1939)
  • Dom Jacques Winandy (1947-1956)
  • Dom Henri Marcotte de Sainte-Marie (1958-1971)
  • Dom Vincent Truijen (1971-1991)
  • Dom Michel Jorrot (depuis 1994)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'arbre généalogique de la congrégation
  2. Un des fondateurs est Dom Paul Renaudin (18 avril 1864 Mont-Saint-Jean,Sarthe- 3 août 1947 Bourguillon Fribourg, Suisse) abbé du 25 janvier 1907 au 11 novembre 1919 et qui ne doit pas être confondu avec l'écrivain Paul Renaudin (1873-1964)
  3. Abbaye Saint-Pierre de Solesmes, Études grégoriennes, tome XXXIX 2012, p. 301-302
  4. Revue d'histoire ecclésiastique, volume 76, Université catholique de Louvain, 1981, page 161.
  5. « Histoire » (consulté le 22 octobre 2015)
  6. Prieur dès 1903, à la démission de Dom du Coëtlosquet

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]