Conférence Berryer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Le contenu de cet article ou de cette section est peut-être sujet à caution et doit absolument être sourcé. (septembre 2012).

Si vous connaissez le sujet dont traite l'article, merci de le reprendre à partir de sources pertinentes en utilisant notamment les notes de fin de page. Vous pouvez également laisser un mot d'explication en page de discussion (modifier l'article).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Cet article contient une ou plusieurs listes. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.

La Conférence Berryer est un événement public français récurrent d'expression orale situé au palais de justice de Paris, qui met en scène les douze avocats lauréats du concours de la Conférence des avocats du barreau de Paris, un invité célèbre, deux valeureux candidats, un ancien Secrétaire de la Conférence et les spectateurs.

Contexte et objectifs[modifier | modifier le code]

Historiquement, la Conférence Berryer, qui existe depuis 1871, était un lieu d'entraînement des candidats au concours de la Conférence des avocats du barreau de Paris. Les critiques qu'ils y enduraient visaient à améliorer la qualité de leurs discours.

Depuis plusieurs dizaines d'années, il s'agit d'un exercice oratoire cruel et jubilatoire, pour les secrétaires, voire pour les candidats.

Les candidats préparent un discours sur l'un des deux sujets proposés, connus à l'avance, et le déclament devant les douze secrétaires, l'invité et le public (le peuple de Berryer). Ensuite c'est au tour des Secrétaires de critiquer son art oratoire déplorable… Le ton des réactions des Secrétaires peut être sévère, salace, mais est souvent assez fin et certainement pointé de beaucoup d'humour.

La conférence Berryer est souvent décrite comme un exutoire pour les Secrétaires de la Conférence, astreints à demeurer impassibles pendant le concours de la Conférence quelle que soit la qualité des discours.

L'exercice est également un entraînement pour les Secrétaires car l'obligation de réagir, à chaud, aux prestations imprévisibles des candidats se rapproche de la réactivité qu'un avocat doit avoir, en matière pénale, pour réagir sans délai aux réquisitions du procureur, à la déposition d'un témoin, ou aux déclarations imprévisibles de son propre client.

Les sujets sont connus 15 jours à l'avance. Il existe une variante, assez peu pratiquée, la Conférence Tronchet, pour laquelle le candidat ne connaît le sujet que 5 heures avant de discourir.

De manière exceptionnelle, une Berryer des candidats au bâtonnat se déroule l'année des élections du Bâtonnier du Barreau de Paris. La dernière s'est tenue dans la première chambre de la Cour d'Appel de Paris le 27 mai 2015. Les candidats étaient alors les neufs prétendants pour devenir Bâtonnier du Barreau de Paris.

Enfin, la Berryer internationale, organisée à tour de rôle à Paris et à l'étranger, rassemble une partie des Secrétaires de la Conférence avec les lauréats des jeunes barreaux francophones : Bruxelles, Genève, Montréal. La dernière a eu lieu à Genève le 21 février 2015.

Ailleurs qu'à Paris[modifier | modifier le code]

Chaque année, la Conférence Berryer se délocalise à Bruxelles[1] le temps d'une soirée avec les douze Secrétaires de la Conférence des avocats du barreau de Paris.

Par ailleurs, neuf conférences Berryer ont été organisées à Lausanne[2] (la dernière datant du 26 septembre 2015) avec Marc Bonnant comme contre-critique.

Cinq conférences Berryer se sont déroulées à Toulouse[3] (la dernière ayant eu lieu le 29 octobre 2015).

La Conférence Berryer a aussi eu lieu à Genève, Marseille ou bien encore Ouagadougou.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

  • Lieu prestigieux : Palais de justice de Paris (4 Bd du Palais, Métro 'Cité'). Historiquement dans la salle des Criées mais, suivant les disponibilités, dans la première chambre de la Cour d’appel, dans la bibliothèque de l’Ordre des avocats ou bien encore dans l'auditorium de la Maison du barreau.
  • Fréquence, horaire, durée : une douzaine par an (une par Secrétaire), d'une durée de 2 à 3 heures, le soir typiquement à partir de 21 heures.
  • Exercices voisins : Concours de la Conférence qui désigne les 12 Secrétaires de la Conférence des avocats du barreau de Paris et la petite Conférence (à destination des élèves-avocats près la Cour d'appel de Paris). Ces événements sont d'accès libre. Les deux exercices précités ne sont pas à proprement parler « jumeaux ». Le concours de la Conférence est destiné à désigner les Secrétaires de la Conférence qui, entre autres choses, organiseront les Conférences Berryer tandis que la petite Conférence est un exercice destiné aux élèves-avocats.

Protagonistes[modifier | modifier le code]

  • Douze Secrétaires de la Conférence. Parmi eux, le quatrième Secrétaire (Louis-Romain Riché en 2015) est le responsable de la Conférence Berryer tant au niveau de son organisation que de son déroulement.
  • Les candidats : il s'agit en priorité d'avocats, candidats ou non au Concours de la Conférence. Depuis quelques années, des étudiants en droit voire même des personnes extérieures au milieu juridique se présentent comme candidat.
  • Un invité
  • Un ou plusieurs ancien(s) Secrétaire(s) faisant office de contre-critique
  • Un public dénommé « peuple de Berryer »

Déroulement de la soirée[modifier | modifier le code]

Frédéric Beigbeder, le 27 janvier 2009, répondant à son portrait « approximatif » dressé par le quatrième secrétaire de la Conférence Berryer. Ce Berryer a lieu dans la salle des Criées du Tribunal de grande instance de Paris. Les douze secrétaires sont de part et d'autre de Beigbeder.
  • Les secrétaires et l'invité font une entrée tonitruante, en général dans la salle des Criées du Palais, haranguant le Peuple de Berryer ;
  • Présentation de l’invité par le secrétaire invitant, qui dresse par un discours un portrait de l'invité ;
  • Réponse de l’invité ;
  • Présentation du premier candidat et du sujet qu'il a choisi par le quatrième secrétaire ;
  • Discours du 1er candidat. Certains orateurs croient par erreur que le sujet n'est qu'un prétexte, et se mette à déclamer sur n'importe quoi ; il s'agit d'un contresens, un sujet est fait pour être traité ;
  • À la fin du discours, chacun des secrétaires (du no 12 au no 1) critique le discours du candidat. Il doit limiter sa critique au discours : les attaques ad hominem sont déconseillées, car elles font descendre le secrétaire de son piédestal ; les critiques doivent impérativement répondre aux discours prononcés, en improvisation ; par facilité certains secrétaires préparent parfois des formulations à l'avance, ôtant toute une partie de l'intérêt de l'exercice ; chaque secrétaire doit s'adapter aux critiques émises par ses confrères pour éviter les répétitions.
  • L’invité aura un mot gentil, ou pas, pour le candidat (souvent blême à ce point) ;
  • L'exercice se reproduit autant de fois qu'il y a de candidats (autrefois jusqu'à quatre, aujourd'hui deux) ;
  • In fine, le quatrième secrétaire interroge la salle pour savoir si un ancien secrétaire souhaite prendre la parole:
  • L'ancien secrétaire (ou les anciens secrétaires) qui interviennent alors sont dénommés contre critiques ; ils font dans l'ordre décroissant du douzième au premier la critique des secrétaires, de leur prise de parole et de leur comportement lors de la conférence Berryer ;
  • Conclusion de l’invité ;
  • Annonces diverses concernant le concours de la conférence, la petite conférence ou les Berryer à venir.

Le public a tout loisir de manifester durant les échanges, notamment par invectives.

La Conférence Berryer est une des multiples tâches des Secrétaires de la Conférence, parmi lesquelles figure principalement la défense des démunis lors des procès criminels, et plus largement la participation active à la défense pénale d'urgence (permanences au Palais de Justice, audiences sur renvois de comparution immédiate, etc.).

Exemples de sujets[modifier | modifier le code]

Il y a deux sujets pour chaque conférence Berryer, un par candidat. Les sujets sont généralement des jeux de mots plaisants en rapport avec l'activité ou le nom de l'invité.

    • Invité : Jacques Weber
      • 1er sujet : La comédie est-elle un petit coin de paradis ?
      • 2e sujet : Faut-il faire l'éloge des insolents ?
    • Invité : Jean-Marie Messier
      • 1er sujet : Veni, Vidi, Vivendi
      • 2e sujet : L'ego est-il un je interdit ?
    • Invité : Florent Pagny, chanteur et acteur.
      • 1er sujet : N'importe quoi mène-t-il au zénith ?
      • 2e sujet : Ne reste-t-il aux Pagny percés que la liberté de penser ?
    • Invité : Jacques Cheminade, homme politique
      • 1er sujet : Faut-il être candidat à l'échec ?
      • 2e sujet : Est-ce que Jacques chemine à dos d'âne ?

Critiques[modifier | modifier le code]

Le COSAL, syndicat d'avocats très critique à l'égard du reste de la profession, s'était plaint — en vain — de l'invitation de l'actrice pornographique Ovidie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]