Comtesse de Loynes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De Loynes.
Comtesse de Loynes
Madame de Loynes.jpg

Jeanne Detourbay, future comtesse de Loynes, par Amaury-Duval - Musée d'Orsay.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité

Marie-Anne Detourbay, dite mademoiselle Jeanne de Tourbey et par son mariage comtesse de Loynes, est une demi-mondaine (Reims, 18 janvier 1837 - Paris 1908) qui tint un salon littéraire et politique influent sous le Second Empire et la Troisième République, maîtresse en titre du critique littéraire Jules Lemaître.[réf. nécessaire]

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie-Anne Detourbay, fille naturelle, est née à rue Gambetta à Reims dans une famille pauvre et nombreuse[1] ; « on prétend que durant son enfance, elle fut employée à rincer les bouteilles de champagne. Elle déménage à Paris où sous le nom de « Mademoiselle Jeanne de Tourbey » son étoile ne tarda pas à briller d'un grand éclat au firmament de la galanterie. »

Elle a pour premier protecteur Marc Fournier, directeur du théâtre de la Porte-Saint-Martin, qu'elle ruine et qui doit la céder au prince Napoléon, cousin de Napoléon III, qui l'installe magnifiquement dans un appartement de la rue de l'Arcade, à deux pas de l'avenue des Champs-Élysées. Elle y reçut une assemblée exclusivement masculine où l'on voyait le « Tout-Paris des Lettres » : Ernest Renan, Sainte-Beuve, Théophile Gautier, Lucien-Anatole Prévost-Paradol, Émile de Girardin.

Par sa meilleure amie, la comédienne Joséphine Clémence d'Ennery, surnommée « Gisette », elle fait la connaissance de Gustave Flaubert et Khalil-Bey, qui tombent amoureux d'elle. De Tunis, où il s'est rendu pour l'écriture de Salammbô, il lui écrit : « Ce n'est pas pour tenir à ma promesse que je vous écris, chère et belle voisine, mais parce que je songe à vous presque continuellement ! Et je n'ai que cela à vous dire, pas autre chose ! Je le jure par vos beaux yeux et vos belles mains. […] Dans huit jours je repars et dans trois semaines je vous reverrai. C'est là l'important. — Avec quelle joie je me précipiterai vers votre maison et comme mon cœur battra en tirant votre sonnette ! — Quand je serai à vos pieds, sur votre tapis, nous causerons de mon voyage, si cela vous amuse. […] Si vous saviez comme je pense à votre appartement, qui vous contient, et jusqu'aux meubles qui vous entourent ! N'avez-vous pas depuis mon départ senti, quelquefois, comme un souffle qui passait sur vous. C'était quelque chose de moi, qui, s'échappant de mon cœur, traversait l'espace, invisiblement, et arrivait jusque là-bas ! J'ai vécu depuis cinq semaines avec ce souvenir (qui est un désir aussi). Votre image m'a tenu compagnie dans la solitude, incessamment. J'ai entendu votre voix à travers le bruit des flots et votre charmant visage voltige autour de moi, sur les haies de nopals, à l'ombre des palmiers et dans l'horizon des montagnes. Il me semble que j'ai emporté de votre chère personne une sorte d'émanation qui me pénètre, un parfum dont je suis embaumé, qui m'assoupit et qui m'enivre. Je vous en veux d'occuper tant de place dans ma pensée. Quand je veux rêver à Carthage, c'est la rue de Vendôme qui se représente.[2] »

Vers 1862, elle rencontre Ernest Baroche, fils du ministre de Napoléon III, maître des requêtes au Conseil d'État et directeur du commerce extérieur au ministère de l'agriculture et industriel du sucre, qui en tombe extrêmement amoureux, et se serait fiancé avec elle. Commandant du 12e bataillon des mobiles de la Seine, il fut tué au combat au Bourget le 30 octobre 1870 - le lendemain de la mort de son père, enfui à Jersey - lui laissant l'énorme somme de 800 000 francs-or[3] ce qui lui permit d'épouser en 1872 l'authentique comte Victor Edgar de Loynes, officier carabinier démissionnaire. Ce mariage la fait accéder à la haute société, mais les époux ne tardent pas à se séparer, le Comte partant pour l'Amérique, où il disparut.

Bien que le mariage n'ait été que religieux, car la famille de son époux s'était opposée à leur union civile, elle porta et conserva l'usage des nom et titre de Comtesse de Loynes[4]. Ses réceptions gagnèrent en prestige ; désormais, elle recevait tous les jours entre 5 et 7 heures. Sa surface mondaine s'accroit encore lorsqu'elle s'installe sur l'avenue des Champs-Élysées même. Aux célébrités du Second Empire succédaient celles de la Troisième République naissante, nouveau régime que la comtesse de Loynes n'aimait guère : Georges Clemenceau, Georges de Porto-Riche, Alexandre Dumas fils, Ernest Daudet, Henry Houssaye, Pierre Decourcelle, et bientôt beaucoup de jeunes écrivains et musiciens emmenés par Maurice Barrès, qui lui offre ses deux livres Huit jours chez M. Renan (1890) et Du sang, de la volupté, et de la mort (1894), luxueusement reliés pour elle par Charles Meunier en 1897[5], Paul Bourget, Marcel Proust, Georges Bizet et Henri Kowalski.

Entre 1880 et 1885, elle rencontre chez Arsène Houssaye le critique Jules Lemaître, de quinze ans son cadet, qui allait devenir l'homme de sa vie. Sous son impulsion, il fonde en 1899, la Ligue de la patrie française, dont il deviendra le premier président. Encourageant le nationalisme, ils mirent leurs espoirs politiques - comme, entre autres personnalités, la duchesse d'Uzès - dans le général Boulanger et devinrent passionnément anti-dreyfusards, entraînant la rupture avec certains de leurs amis comme Georges Clemenceau (qui aurait été son intime), Georges de Porto-Riche ou Anatole France. Elle reçut alors dans son salon Édouard Drumont, Jules Guérin ou Henri Rochefort.[réf. nécessaire]

« Vers 1901, [...] tous les soirs, un peu avant sept heures – on dînait très exactement à sept heures chez Mme de Loynes – M. Jules Lemaître remontait la rue d'Artois [...] pour se rendre au fameux entresol où l'attendait une femme blondie, fardée, et qui paraît de satins clairs une soixantaine largement dépassée. [...] Dans son salon, Mme de Loynes opposait crânement ses cheveux décolorés, ses rides et ses atours tapageurs au portrait qu'avait fait d'elle Amaury-Duval : une jeune femme brune, aux cheveux sages, strictement vêtue de velours noir »[6]. À la fin de sa vie, en janvier 1908, Mme de Loynes aida Charles Maurras et Léon Daudet à fonder L'Action française en offrant 100 000 francs-or.

La comtesse de Loynes a été inhumée au cimetière Montmartre, où elle a rejoint ses parents (30e division, 8e ligne, no 20, chemin Guersant). On pensa un temps que sa tombe, longtemps abandonnée, avait été détruite pour défaut d'entretien et la concession reprise, mais elle est jusqu'à ce jour restée en place, seulement dissimulée par une végétation luxuriante.

Résidences[modifier | modifier le code]

Reims :

  • 58, rue neuve, actuellement rue Gambetta, à sa naissance en 1837[1]
  • 16, rue du Cadran-Saint-Pierre (en 1852);
  • 8, rue de la Grosse-Écritoire (en 1854, pension bourgeoise);

Paris :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Eugène Dupont, La rue neuve (Gambetta) 1830-1914, Reims, Matot-Braine, 1934[évasif]
  2. Gustave Flaubert, Correspondance, t. II, Paris, Gallimard (Pléiade), 1980, Lettre à Jeanne de Tourbey du 15 mai 1858, pp. 813-814
  3. équivalente à 2,4 millions d'euros[réf. nécessaire]
  4. ce nom est encore porté par une famille des Deux-Sèvres[réf. nécessaire]
  5. "Vente de très beaux livres des XIXe et XXe siècles" à Paris-Drouot le 4 juin 1986
  6. Becq de Fouquières, Mon Paris et mes Parisiens. Vol. 1, p. 45-46

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (avril 2016).
Découvrez comment la « wikifier ».

[réf. incomplète]

Liens externes[modifier | modifier le code]