Ernest Baroche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baroche.
Ernest Baroche
Commandant Baroche, mort au combat du Bourget.jpg
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 41 ans)
Le BourgetVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Père
Autres informations
A travaillé pour
Grade militaire
Distinction

Ernest Baroche est un haut fonctionnaire, homme politique et écrivain français né à Paris le et mort au Bourget (Seine-Saint-Denis) le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Pierre Jules Baroche (1802-1870), ministre de la Justice de Napoléon III, Ernest Baroche devient maître des requêtes au Conseil d'État, puis fut nommé directeur du Commerce extérieur au ministère de l'Agriculture.

Il siégea au Corps législatif de 1852 à 1870 comme représentant de la 4e circonscription de Seine-et-Oise (Mantes-la-Jolie). Il s'occupa d'industrie et fut propriétaire de sucreries.

En 1862, il rencontra la courtisane Jeanne de Tourbey dont il tombe éperdument amoureux et avec laquelle il se serait fiancé : à sa mort, il lui laissa l'énorme somme de 800 000 francs-or — équivalente à 2,4 millions d'euros — ce qui permit à celle-ci d'accéder à la haute société et d'épouser le comte Victor Edgard de Loynes, officier carabinier démissionnaire.

Il se battit en duel avec Henri Rochefort.

En collaboration avec Frederick Hankey et Henri Duponchel, il est l'auteur d'une pièce de théâtre érotique, L'École des biches ou Mœurs des petites dames de ce temps, publié anonymement en 1873.

En septembre 1870, son père, fort compromis avec le régime impérial déchu, ayant fui en Grande-Bretagne puis à Jersey où il mourra le 29 octobre, il s'engagea dans la garde mobile en 1870 avec le grade de commandant. À la tête du 12e bataillon des Mobiles de la Seine, le 30 octobre au Bourget, il est blessé à l'œil par un caillou mais refuse de se laisser soigner, se contentant d'un bandeau, et repart au combat ; c'est en traversant la cour du 24, rue de(s) Flandre(s), qu'il est tué par une balle reçue en plein cœur. 

Un monument, déplacé rue John-Fitzgerald-Kennedy, commémore cet événement et une rue du Bourget fut baptisée « rue du commandant Ernest Baroche » en son honneur.

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'École des biches ou Mœurs des petites dames de ce temps, 1873 (en ligne).
  • Attention, dépucelage immédiat, rééd. Univers Poche, 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • Ernest Baroche, commandant du 12e bataillon de mobiles de la Seine au Bourget, 28, 29, 30 octobre 1870, 1872 [source insuffisante].
  • Pierre Robert Leclercq, La comtesse de Loynes : du Second Empire à l'Action française, de Dumas père et fils à Proust, 2008.