Communes d'arrondissement du Sénégal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les communes d'arrondissement de Dakar

Les communes d'arrondissement du Sénégal sont des subdivisions administratives du Sénégal apparues en 1996. Ce nouveau découpage permet le fractionnement des grandes communes urbaines. Après plusieurs réformes, on en dénombre 46 aujourd'hui (2009).

Histoire[modifier | modifier le code]

En raison de l'explosion démographique autour de la capitale, les villes ne pouvaient plus être gérées par un seul maire et la création d'une nouvelle entité s'est avérée nécessaire. C'est ainsi que la commune d'arrondissement a été créée par le décret no 96-745 du , sur le modèle de la ville de Paris qui compte 20 arrondissements.

Le décret no 2002-174 détermine la composition des conseils municipaux dans ces nouvelles communes[1].

Le nombre de conseillers par commune est fixé par le décret no 2002-175[2].

Début 2008 il y a 43 communes d'arrondissement, dont 5 sont dirigées par des femmes[3].

Le [4], la dissolution de 2 communes d'arrondissement est envisagée en Conseil des Ministres : il s'agit de HLM à Dakar et de Golf Sud à Guédiawaye. Ce projet ne s'est pas concrétisé pour le moment.

Le [5] , 3 communes d'arrondissement sont créées à Thiès : Thiès Nord, Thiès Est et Thiès Ouest.

Au moment des élections locales de mars 2009 le Sénégal comptait donc 46 communes d'arrondissement.

Découpage[modifier | modifier le code]

Ces 46 communes d'arrondissement permettent le découpage de cinq villes de grande taille, toutes situées dans l'ouest du pays, principalement dans la presqu'île du Cap-Vert :

Les communes d'arrondissement de Dakar[modifier | modifier le code]

Enjeux et difficultés[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de compétences (notamment les tâches d’utilité courante comme la gestion des marchés de quartier, la participation à la collecte des ordures ménagères, le désensablement ou l’entretien des rues[6]) ont été transférées à ces nouvelles entités, mais elles n'ont pas été accompagnées des ressources suffisantes[7]. En particulier, il n'y a pas eu de transfert de fiscalité entre la mairie de la ville et ces nouvelles instances et certaines initiatives ont pu proliférer de manière anarchique.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Décret nno 2002-174 fixant la composition des conseils municipaux des communes d'arrondissement des villes de Dakar, Pikine, Guédiawaye et Rufisque [1]
  2. Décret no 2002-175 déterminant le nombre de conseillers de la ville par commune d’arrondissement dans la région de Dakar [2]
  3. « Fête des mères : Faites-le avec des cadeaux », Wal Fadjri, 24 mai 2008
  4. Conseil des ministres du 2 mai 2008 [3]
  5. Décret no 2008-1344 du 20 novembre 2008 portant création de communes d’arrondissement dans la Ville de Thiès, Journal Officiel de la République du Sénégal, no 6446 du 31 décembre 2008
  6. Voir le cas particulier de Guédiawaye [4]
  7. Djibril Diop, Décentralisation et gouvernance locale au Sénégal, p. 106-109

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Ibrahima Diallo, Le droit des collectivités locales au Sénégal, Paris, L'Harmattan, 2007, 380 p. (ISBN 978-2-296-03770-0)
  • (fr) Djibril Diop, Décentralisation et gouvernance locale au Sénégal. Quelle pertinence pour le développement local ?, Paris, L'Harmattan, 2006, 268 p. (ISBN 2-296-00862-3)