Colette Nys-Mazure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Colette Nys-Mazure
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (79 ans)
WavreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web

Colette Nys-Mazure, née le 14 mai 1939 à Wavre (Belgique), est un écrivain belge de langue française couverte de nombreux prix et distinctions.

Présentation[modifier | modifier le code]

Titulaire d'une maîtrise de lettres à l'Université catholique de Louvain où elle a effectué ses études de 1957 à 1961, elle est devenue professeur de lettres de 1961 à 1999. Elle a également été assistante à l'Université catholique de Louvain de 1974 à 1980 et conférencière à partir de 1989 au Centre Vauban de la Fédération universitaire et polytechnique de Lille.

Après la mort de ses parents, elle part habiter chez des membres de sa famille dans le Tournaisis, une région qu'elle affectionne beaucoup et qu'elle ne quittera plus.

Son premier recueil, La vie à foison, est publié en 1975 par le centre Froissart de recherches poétiques.

Sa poésie célèbre l'espérance de la présence de Dieu.

Si la poésie reste son territoire de prédilection, elle a également écrit des essais sur Suzanne Lilar et Tahar Ben Jelloun, des nouvelles et des pièces de théâtre[Lesquelles ?] qui connaissent un grand succès[Lequel ?]. Elle anime aussi des ateliers d'écriture et de lecture. Elle est membre de l'Association des Écrivains belges de Langue française.

Colette Nys-Mazure fait partie du groupe Unimuse avec, entre autres, Paul André, Jacky Legge, Françoise Lison-Leroy, Marie-Clotilde Roose et Michel Voiturier. Créée en 1952, cette association d'écrivains du Tournaisis et des environs peut être considérée comme la « Maison de la Poésie » du Hainaut occidental, même si elle ne possède pas de local fixe.

Sur le plan privé, Colette Nys-Mazure est la mère de cinq enfants et la grand-mère d'une dizaine de petits-enfants. Elle souhaite être inhumée au jardin des Poètes dans le cimetière du Mont-Saint-Aubert.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Poésie
  • La Vie à foison et amour et de cendre. Valenciennes : Froissart, 1981. (Premières parutions : 1975 et 1977, respectivement).
  • Haute enfance.* Amay (B) : L'Arbre à Paroles, 1990.
  • Singulières et plurielles. Charlieu : La Bartavelle, 1992.
  • Arpents sauvages. Mortemart : Rougerie, 1993.
  • La Criée d'aube. Amay (B) : L'Arbre à Paroles, 1995. (contient Pénétrance* , 1981 ; Petite fugue pour funambules, 1985 ; Haute Enfance, 1990)
  • La Nuit résolue. Mortemart : Rougerie, 1993. (En collaboration avec Françoise Lison-Leroy).
  • Trois suites sans gravité*. Mortemart : Rougerie, 1999.
  • Le For intérieur*. Chaillé-sous-les-Ormeaux : Le Dé Bleu, 1996.
  • Enfance portative. Avin (B) : Luce Wilquin, 1997.
  • Issue des lisières. Amay (B) : L'Arbre à Paroles, 1998.
  • Champs mêlés. Avin (B): Luce Wilquin, 1998. (En collaboration avec Françoise Lison-Leroy).
  • Palettes. Noville-sur-Méhaigne (B) : L'Esperluète Editions, 1999 (Dessins d'Alain Winance).
Nouvelles
  • Contes d'espérance. Paris : Desclée de Brouwer, 1998.
  • Battements d'elles. Paris : Desclée de Brouwer, 1999. (Plusieurs autres textes publiés en revues, ouvrages collectifs, anthologies, etc).
Essais et proses diverses
  • Suzanne Lilar. Bruxelles : Labor, 1992.
  • Célébration du quotidien. Paris : Desclée de Brouwer, 1997.
  • Les Ombres et les Jours. Bruxelles : Alice Editions, 1999 (Entretien avec Edmond Blättchen).
  • Célébration de la mère. Paris : Albin Michel, 2000 (En collaboration avec Eliane Gondinet-Wallstein).
  • Célébration de Noël. Paris : Desclée de Brouwer, 2000.
  • Secrète Présence. Paris : Desclée de Brouwer, 2001.
  • La liberté de l'amour[1]. Conversation avec Christophe Henning. Paris : Desclée de Brouwer, 2005.
  • L'enfant neuf. Paris : Bayard, 2005.
  • L'âge de vivre. Paris : Desclée de Brouwer, 2007.
  • L'Envers & l'Endroit, précédé de Tapisserie angevine, Le Mans : Éditions Cénomane, 2011
  • Pensionnaire de Saraceni, Le Reniement de saint Pierre, Éditions Invenit, 2011.
  • Vallotton, le soleil ni la mort, éditions Invenit, 2013.
  • La vie poétique, j'y crois, Bayard, 2015.
  • Cette obscure clarté, Salvator, 2015 (ISBN 978-2-7067-1317-0)
Anthologies
  • Piqués des vers ! (sous-titré 300 coups de cœur poétiques) en collaboration avec C. Libens, Bruxelles, Renaissance du Livre, 2010
  • L'eau à la bouche : poésie, ma saison, Paris : Desclée de Brouwer, 2011

Distinctions[modifier | modifier le code]

Colette Nys-Mazure a obtenu le Prix Charles Plisnier en 1981.

Publié par les éditions L'Arbre à Paroles en 1990, son recueil Haute enfance obtient le Grand Prix de Poésie pour la Jeunesse décerné par le Ministère français de la Culture.

En 1996, elle reçoit le prix Max-Pol Fouchet pour son recueil,Le For intérieur préfacé par Daniel Gélin.

En 2002, la princesse Mathilde de Belgique lui remet au Palais des Académies de Bruxelles le Grand Prix du Centenaire de l'Association des Écrivains Belges de langue française pour sa nouvelle Moi qui pâlis au nom de l'Alpha.

En mai 2006, Colette Nys-Mazure a reçu à Chimay le Prix Maurice et Gisèle Gauchez-Philippot 2006 (d'une valeur de 620 euros) pour son recueil de nouvelles Sans y toucher, publié aux éditions Renaissance du Livre en 2004 et aux éditions Labor en 2005.

En mars 2009, les clubs Richelieu de Belgique et du grand-duché de Luxembourg remettent à Colette Nys-Mazure le Prix Richelieu pour sa contribution à la promotion de la langue et de la culture françaises.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « "La liberté de l'amour" (Colette Nys-Mazure) », sur journalpetitbelge.blogspot.fr, (consulté le 17 juillet 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mathieu Gimenez, Colette Nys-Mazure, accordée au vivant, Avin, Belgique, Éditions Luce Wilquin, 2014
  • Blandine Douailler et Pierre-André Poinsignon, Redéployer le tissu de la vie, entretien avec Colette Nys-Mazure, A verse, n°3, automne 2009.
  • Anne Prouteau (dir), Colette Nys-Mazure ou l'attention vive, Salvator, 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]